La Gazette du Var n°103 1er mar 2020
La Gazette du Var n°103 1er mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°103 de 1er mar 2020

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 10,6 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Louis Masson, à la conquête de la Garde.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Méditerranée Porte des Maures Mars 2020 - #103 Pierrefeu-du-Var Jean-Luc Battista (ADI)  : « Pour que le possible devienne une réalité » L’aéronautique et le Var, c’est plus de 100 ans d’histoire ! C’est plus de 100 ans d’histoire pour l’aéronautique navale, c’est plus de 100 ans d’histoire pour l’Atelier Industriel de l’Aéronautique de Cuers/Pierrefeu (AIA-CP). Cette année, l’ADI souhaite promouvoir comme thème majeur, le développement de la formation professionnelle et de l’apprentissage pour les métiers de l’industrie aéronautique (voir notre encadré). Pour mémoire, l’ADI a été créée en août 2017, visant à promouvoir l’implantation et le développement d’activités aéronautiques civiles dans le Var et en particulier autour du site de Cuers-Pierrefeu. « QUE L’ETAT JOUE LE JEU » ! Pour François de Canson  : « Tout les clignotants sont au vert ! Et, on a de bons espoirs de parvenir à développer le site de l’aérodrome. Avec le site industriel des Bormettes, à La Londe-les-Maures, le territoire de MPM possède deux sites exceptionnels. Avec les Bormettes, nous avons également de bons espoirs d’aboutir. Les choses évoluent dans le bon sens. Avec la base de Cuers-Pierrefeu, on a parcouru un bon bout de chemin. Aujourd’hui, il y a beaucoup d’entreprises qui tapent à la porte. Mais, rien ne se fera sans l’aval de l’ADI. Mais, rien ne sera non plus sans l’aval des élus et de la population ! Maintenant, il faut avoir un prix d’achat du terrain correct. Si l’État ne joue pas le jeu, rien ne pourra se faire. Le Département et la Région sont prêts à mettre de l’argent dans le projet. Si l’État fixe un prix raisonnable, on aboutira ». Et de son côté Patrick Martinelli, insistait  : « On ne peut que se réjouir de vous accompagner et de vous faire participer au Comité de pilotage. Mais, un tel projet ne se mène pas seul. Il est important d’y associer les professionnels d’autant que cette filière représente un besoin dans le Var. Nous avons envie de développer le site de l’AIA. C’est l’objectif que nous nous sommes fixés avec MPM, en coordination avec tous les acteurs. Les problèmes d’accès ne nous empêchent pas d’avancer. Car, quand le projet est là, on trouve toujours des solutions » ! DEVELOPPER UNE FILIERE AERONAUTIQUE « Notre association participera aux événements et rencontres proposés par la CCI pour le développement d’une filière aéronautique dans le Var et aux actions et réunions du comité de pilotage conduit par MPM pour le développement économique de l’aérodrome de Cuers/Pierrefeu. Pour que le possible devienne une réalité », a promis Jean-Luc Battista. Le président de l’ADI ajoutait  : « Je tiens à remercier François de Canson, maire de La Londe-les-Maures et président de Méditerranée Porte des Maures ainsi que Patrick Martinelli, maire de Pierrefeu-du-Var et M. Perugini, maire de Cuers, qui ont pris en compte nos propositions dans les travaux du Comité de pilotage de MPM pour le développement économique de l’aérodrome de Cuers/Pierrefeu ». « Notre association n’aurait pas pu se développer sans une démarche partagée et une relation forte avec la CCI du Var. Au travers de son président, Jacques Bianchi, je remercie ses élus et collaborateurs. Leur soutien sans faille s’est traduit à la fin de l’année 2019, par le renouvellement de notre convention annuelle d’objectifs ». En 2019, l’ADI a été force de proposition auprès des acteurs économiques et des institutions du territoire, afin de valoriser et rendre attractif les métiers de l’industrie aéronautique ainsi que ses activités de recherche, de développement et de maintenance d’aéronefs. Accompagnant certaines des actions de l’ADI, Valérie Gomez-Bassac, députée de la 6ème circonscription, s’est réjouie du développement de l’association par la voix de François Volpi, son collaborateur  : « Je m’engage dans une relation avec les différents acteurs économiques et institutionnels du territoire dans la valorisation de l’industrie aéronautique. Au cours de cette année, j’ai obtenu la prorogation de l’autorisation d’occupation temporaire (AOT) de l’association de la zone civile sur l’aérodrome de Cuers-Pierrefeu ». Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR Souvenir Français Le devoir de mémoire pérennisé Le 8 février, le Comité du Souvenir Français a tenu son assemblée annuelle, en présence de nombreux invités et des autorités civiles et militaires. Présidé par Colette Cateni, le Comité de Pierrefeu a rendu un hommage aux victimes des conflits en opérations extérieures ainsi qu’aux victimes civiles et militaires des attentats. Alain Illich, Délégué général pour le Var, s’est réjoui de la forte activité du Comité, rappelant les missions du Souvenir Français. Puis, Patrick Martinelli, le maire, s’est félicité de l’action dynamique du Comité  : « La commune apportera tout son soutien aux diverses actions de l’association ». Remerciant les partenaires du Comité, Colette Cateni a constaté une hausse du nombre des adhérents  : « Je souhaite insister sur l’action du devoir de mémoire auprès de la jeune génération. Ainsi, un projet de visite au mémorial du Faron est envisagé au cours de l’année, avec un groupe d’élèves de la commune. Et, cette année, le Comité va initier une grande exposition à la galerie de Pierrefeu, du 2 au 15 novembre ». De son côté, Chantal Amic, vice-présidente, a détaillé les points forts de l’année 2019, marqués par la présence aux commémorations, et la participation aux expositions. Enfin, Suzanne Marcelin, secrétaire, a présenté le bilan d’activités  : « Dans le cadre des commémorations sur le 75ème anniversaire du Débarquement de Provence, le Comité a été associé à de nombreuses expositions, en partenariat avec les associations culturelles, mémorielles et patriotiques parmi lesquelles l’ACSPMG et les Sections et Comités des communes voisines. Six expositions départementales ont été présentées, mettant en avant l’importance des opérations militaires lors du Débarquement de Provence ». Puis, le bilan financier a été présenté par Jean Pierre Militch, trésorier  : « Les finances sont saines et les dépenses modérées, le montant des cotisations reste fixé à 10 €  ». PAS DE CURSUS AERONAUTIQUE « Louis est un jeune homme de 15 ans originaire de Flassans-sur-Issole. Il veut travailler dans l’aéronautique. Au printemps 2020, il effectuera un stage à de l’AIACP, à l’issue de son année en classe de seconde aéronautique à Alès, à plus de 200 kilomètres de son domicile. Je vous laisse imaginer les coûts de scolarité induits pour ce jeune homme et sa famille. L’AIACP a signé sur les 5 dernières années, 66 contrats d’apprentissage. Sur les 17 apprentis en alternance, actuellement présents dans cet établissement en Bac Pro aéronautique, aucun n’est scolarisé dans le Var. Parce qu’il n’existe aucun cursus de formation en Bac Pro Aéronautique dans le Var. Et plus largement, il n’existe aucun centre de formation dédié aux métiers de l’aéronautique. Pourtant, trois bases aéronautiques sont implantées dans le département, la base aéronautique du Luc en Provence, l’AIACP et la BAN de Hyères. Dans ces trois bases, vivent et travaillent plus de 3 500 personnels civils et militaires «, a relaté Jean-Luc Battista. Les deux rapports ont été votés à l’unanimité. Par ailleurs, SteveLeleu, adhérent et passionné d’histoire, a fait état de ses recherches en lien avec le devoir de mémoire. À l’issue de la réunion, un film retraçant les activités du Comité a été présenté à l’assemblée. Nicolas TUDORT LES PERSONNALITES PRESENTES Patrick MARTINELLI, maire, Marc BENINTENDI, adjoint en charge des associations, Alain ILLICH, Délégué général du Souvenir Français du Var, MDL Chef Nicolas MOULIN, représentant la gendarmerie de Pierrefeu et président de l’ACSPMG, Daniel BAERT, président des amis du Dixmude, Alain MAURIN (UNPRG), Yves LOPEZ, président des Anciens combattants de Pierrefeu, Jean-Pierre BONTE (Médaille militaire), Les présidents des Sections et Comités des communes voisines.
Méditerranée Porte des Maures Assainissement - Fosse septique - Bacs à graisses - Cuves à fioul Entretien. Nettoyage et Vidange — Une intervention dans les règles de l'art TEP 04 94 27 53 42 - La Farlède - -L. r ri 1I t 21 Pierrefeu-du-Var Patrick Martinelli  : « La commune ne peut pas tout faire » Pour le maire de Pierrefeu-du-Var  : « Rien n’est parfait dans la construction de notre maison commune. Des zones d’incertitude demeurent et c’est tant mieux » ! En effet, pour le magistrat de la cité  : « Elles sont aussi une opportunité pour que chacun, à son niveau, selon ses possibilités, puisse participer à faire vivre ce foyer en améliorant sa décoration, son jardin, son aménagement, ses extérieurs et bien entendu pour y trouver le bonheur d’y vivre ». Il répond aux questions de La Gazette du Var. Comment définissez-vous la fonction de Maire ? Patrick MARTINELLI. J’ai l’idée d’une maison commune pour laquelle nous montons les briques une à une. Les maçons, ce sont les élus et ils s’investissent au quotidien dans cette passionnante tâche, dans des délégations, au sein de commissions, dans la rue ou sur un projet, lors d’une AG, pendant le Conseil Municipal. La commune ne fait pas et ne peut pas tout faire. Nous créons seulement les conditions d’une vie sociale et économique dynamique dans un territoire de vie que nous avons choisi, que vous avez choisi. Quelles sont les limites à votre action ? PM. Nous sommes souvent sollicités dans cette maison commune et nous ne pouvons pas toujours répondre favorablement. Nous ne pouvons répondre favorablement à toutes les demandes d’emploi mais nous pouvons les accompagner, les recommander. Nous ne pouvons répondre favorablement à toutes les demandes de logement social, nous les suivons et accompagnons les dossiers. Il est toujours difficile de dire non mais c’est de notre responsabilité. Dans le fonctionnement de la ville, vous citez souvent les agents de la commune ? PM. Les élus ne sont pas les seuls à construire cette maison commune, ils sont accompagnés par les agents de la collectivité. Nous savons tous combien leur tâche est parfois difficile et combien, souvent, ils sont exposés à des mouvements d’humeur ou d’impatience de certains. Ils entretiennent, administrent, accompagnent, restaurent, pouponnent, les nombreux utilisateurs de nos services publics. En 2019, ce sont 500 repas qui ont été servis par jour au restaurant scolaire, 8 600 repas distribués à domicile, 300 personnes au repas des aînés et 710 colis de Noël. Ce sont aussi 41 colis alimentaires, les rendez-vous avec la Mission Locale, 2 jeunes aidés par la bourse au permis, l’accompagnement au Resto du Cœur, etc. En 2019, ce sont 73 permis de construire délivrés, 131 déclarations préalables, 1 500 personnes reçues au service urbanisme, 41 naissances, 22 mariages et 19 PACS. En 2019, ce sont 18 personnes aux cours de Gym douce, des ateliers du bien-être par la sophrologie, c’est l’accueil des associations et le prêt de matériel. En 2019, ce sont 72 000 visites du site Internet, avec un temps moyen de visite d’1 min 30, 5 700 auditeurs de Radio-Pierrefeu, le paiement en ligne pour la régie de l’eau, etc. Le rôle de la Municipalité ne s’arrête pas là ? PM. En effet. Le service public, c’est aussi la réfection d’une voirie, la pose d’une barrière ou de potelets, la création d’une passerelle sur le traversier, la réparation d’une fuite, la peinture d’une classe, la plantation d’un arbuste. C’est le service pour les vœux à la population. Entre nous, il faut savoir faire la part des choses et bien situer nos actions de quotidien car toutes ont une valeur inestimable pour ceux qui les réalisent. Il faut être fier lorsque l’on effectue une tache en régie au sein de la commune, si minime soitelle, comme il faut être fier lorsque on aboutit à un projet comme le complexe du Pas de la Garenne. Restaurants et collectivités  : Entretien et nettoyage - Remise d'un bordereau de suivi de déchets, Attestation du suivi légal de vos graisses, suivi réglementaire de vos matières de vidanges, en conformité avec les exigences du SPANC (Service d'Assainissement Non collectif) Nettoyage et dégazage de cuves à fioul par notre entreprise agréée Agrément préfectoral  : 201ONSNO 083 0007- Agrément transport de matières dangereuses  : 83 T 2018-04 Préfecture du Var www.tcpsun.fr Mars 2020 - #103



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :