La Gazette du Var n°100 1er fév 2020
La Gazette du Var n°100 1er fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°100 de 1er fév 2020

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 10,9 Mo

  • Dans ce numéro : municipales 2020, Jean-Pierre Ghiribelli lance un appel aux maires.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Département Février 2020 - #100 Université de Toulon Un Happy New Fair sous le signe du commerce équitable Les étudiants du master 2 Commerce International, Équitable et Développement (CIED) ont organisé le 14 janvier, le Happy New Fair, journée ludique, ouverte au public, pour découvrir les bons plans toulonnais d’une consommation responsable. Après les fêtes de fin d’année, place aux bonnes résolutions ! Alors pourquoi ne pas en profiter pour adopter de nouveaux gestes au quotidien pour une consommation responsable ? C’est pourquoi, le Fair Noël des étudiants de l’UFR Sciences économiques et Gestion s’est transformé, cette année, en Happy New Fair. C’est à dire une journée festive au cours de laquelle les étudiants et personnels de l’Université de Toulon ont pu s’initier au commerce équitable et durable à travers des ateliers ludiques. COMMERCE EQUITABLE Sandra, co-organisatrice précisait  : « C’est une journée de sensibilisation au commerce équitable, qui je le rappelle, offre de nombreux bienfaits aux petits producteurs. Tout d’abord, le commerce équitable permet à des petits producteurs de s’allier en coopération, ce qui augmente leur poids face aux géants du monde de la consommation. Ensuite, le commerce équitable permet une meilleure rémunération des producteurs, afin de les rémunérer de façon juste, par rapport au travail fourni. Enfin, une marge sur les produits va ensuite pour la construction d’infrastructures (comme des puits) afin d’améliorer la vie de ces travailleurs ». Et, de son côté, Eve soulignait  : « Cette journée nous tient chaque année énormément à cœur, car c’est un moment convivial que l’on partage avec les entreprises du coin, qui viennent présenter leurs produits, les associations également, qui viennent parler de leurs engagements, et enfin, les étudiants ». Cette année, le chiffre record de 330 personnes présentes a été atteint. Texte et photos Grégory VUYLSTEKER 8e édition de la Soirée des Lauréats de la Faculté de droit Trois étudiantes Majors de promotion pour la 3e année consécutive Début décembre 2019, la Faculté de droit de Toulon a mis à l’honneur les Majors des promotions 2019 de toutes les formations, et les Lauréats de Masters, au cours de la 8e édition de la Soirée des Lauréats. « La Soirée des Lauréats a pour vocation de célébrer les meilleurs étudiants de la Faculté de droit dans une ambiance conviviale et festive », explique la direction de l’Université. Ainsi, trente-et-un majors de promotion (de la capacité en droit aux Masters) de l’année 2018/2019 ont reçu, des mains du Doyen, M. Thierry Di Manno, un trophée et une attestation officielle de reconnaissance de leur rang. MAJORITE D’ETUDIANTES Cette année encore, les Majors de promotion sont majoritairement (68%) des étudiantes. Victoria Boissy, (Licence 3), Carla de Furia (Master 1 Droit notarial) et Faustine Leroy (Master 2 Contentieux administratif), notamment, se sont particulièrement distinguées  : toutes les trois sont Majors de promotion pour la 3e année consécutive. Thomas Joly (Licence 2), Sarah Besnard (Master 1 Droit des affaires en formation continue), Marc- Édouard Croce (Master 2 Droit notarial), Pauline Paris (Master 2 Contentieux judiciaire) et Loris Canivet (Institut d’études judiciaires) sont, quant à eux, Majors de promotion pour la seconde année consécutive. RECONNAISSANCE DU TRAVAIL ACCOMPLI La Soirée des Lauréats a réuni près de 300 personnes  : une vingtaine de personnalités institutionnelles, judiciaires et juridiques, les diplômés issus des Licences et des douze spécialités de Master de la Faculté de droit entouré de leur famille et amis, ainsi que de leurs enseignants et responsables de formation dans leur traditionnelle robe académique rouge et noire, marquant ainsi leur reconnaissance du travail accompli. Certains d’entre eux se sont vus décerner un prix par les officiels et partenaires de la Faculté de droit (Chambre des notaires du Var, Chambre régionale des huissiers de Justice, Région Sud, Ville de Toulon, Ordre des avocats du barreau de Toulon et de Draguignan, FNAIM, Tribunal de commerce, Marine nationale ou écoles militaires de Draguignan).
RÉPUBLIQUE FRANÇAISE-LIBERTÉ, ÉGALITÉ. FRATERNITÉ DÉPARTEMENT DU VAR ÉLECTIONS MUNICIPALES DIS 15 & 22 MARS 2020 11 » (011, 43 I Ill -) LA ROQUEBRUSSANNMENOUSVOULONS É É UNE MARCHE COLIECTIVE La Roque Que Nous Voulons www.Iaroquequenousvoulons.fr Département Municipales 2020 Lionel Brouquier  : « La Roquebrussanne que nous voulons » À l’occasion des prochaines élections municipales de mars 2020, Lionel Brouquier, élu de l’équipe sortante depuis 2008 et premier adjoint au maire depuis 2014, mais adversaire du maire actuel, milite pour « une démarche collective ». Lionel Brouquier répond aux questions de La Gazette du Var. Pourquoi vous présentez-vous contre le maire sortant à ces élections municipales ? Lionel BROUQUIER. La raison principale de ma candidature, après la décision du collectif sans étiquette politique que je représente, émane d’une trop grande divergence dans la conception du fonctionnement de la municipalité actuelle. Elle réduit la décision municipale au seul choix du maire ou d’un petit comité. Pour notre part, nous souhaitons nous engager pour une gouvernance plus horizontale et collaborative, tant au sein de l’équipe municipale qu’avec la population. Aujourd’hui, avec ce collectif de Roquiers, nous voulons être présents au quotidien auprès des administrés et souhaitons remettre les citoyens au centre de l’action municipale. Il faut intégrer à la gestion quotidienne de la commune un processus permettant la participation du plus grand nombre à l’élaboration des décisions. Notre objectif est d’instaurer une réelle démocratie locale, fondée sur le renforcement de la participation des citoyens à la vie politique de notre commune. Lors du dernier Conseil Municipal du 20 janvier dernier, le maire sortant avait mis à l’ordre du jour le vote du retrait de votre poste d’adjoint et de celui d’une de vos colistières... LB. Effectivement, après nous avoir enlevé nos délégations, il a voulu nous discréditer en nous enlevant la fonction que nous avait confié le Conseil Municipal. Mais la majorité des élus ne l’a pas suivi et a voté contre sa proposition, par neuf voix contre sept ! Quel désaveu ! Il a tenté de me discréditer parce que je me présente contre lui aux élections municipales. Il a donc été mis en minorité par son propre Conseil Municipal ? LB. Oui. Je n’ai pas été élu pour exécuter les vœux du maire mais pour prendre ma part dans un Conseil Municipal qui travaille et dont la mission est aussi de veiller à ce qu’il n’y ait pas un exercice personnalisé ou individuel du pouvoir par le maire. C’est parce que je dénonce les méthodes individualistes du maire que je me dois de poursuivre mon mandat jusqu’à son terme. Démissionner, ce qu’espérait le maire sortant, aurait été incohérent par rapport à ces dénonciations de l’exercice du pouvoir. Je n’ai plus de délégations et donc plus d’indemnité, mais je reste premier adjoint et officier d’état civil. Quel est votre projet pour La Roquebrussanne ? LB. Mon équipe et moi-même souhaitons mettre en valeur les richesses naturelles et historiques de notre beau village, pour le bien-être de ses habitants, et pour le faire rayonner à l’extérieur. Nous enrichirons et redynamiserons ensemble 9 La Roquebrussanne, à travers une économie de proximité, sociale et solidaire, soucieuse du développement durable. Nous préserverons et mettrons en valeur notre espace naturel à travers une politique de développement maîtrisée, soucieuse du centre-ville comme de sa périphérie, pouvant être inspirée par les projets des citoyens eux-mêmes. Comment voyez-vous l’avenir de la commune ? LB. Nous poursuivrons le développement d’une politique respectueuse de l’environnement dans tous les domaines de la vie publique et amorcerons une réelle transition écologique. Nous donnerons à chaque génération ce Mon équipe et moi-même souhaitons mettre en valeur les richesses naturelles et historiques de notre beau village, pour le bien-être de ses habitants, et pour le faire rayonner à l’extérieur. qu’elle est en droit d’attendre tout en assurant l’intergénérationnel qui les transcende. Nous promouvrons le bien-être ensemble en accompagnant les efforts solidaires de tous pour tous. Nous nous inscrivons dans cette démarche et partageons avec tous cet idéal pour La Roquebrussanne. Notre collectif est riche en expériences humaines et professionnelles. Le pouvoir pour le pouvoir ne nous intéresse pas. Nous n’avons aucun intérêt particulier à défendre. Notre priorité, c’est l’accomplissement de l’intérêt général servi par une démocratie participative. Enfin, pour celles et ceux qui souhaitent nous contacter, nous avons créé une page FACEBOOK « La Roque Que Nous Voulons » et un site internet www.laroquequenousvoulons.fr. Février 2020 - #100



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :