La Gazette du Var n°100 1er fév 2020
La Gazette du Var n°100 1er fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°100 de 1er fév 2020

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 10,9 Mo

  • Dans ce numéro : municipales 2020, Jean-Pierre Ghiribelli lance un appel aux maires.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 Métropole Février 2020 - #100 Toulon Hubert Falco  : « Avec le dispositif Escales Zéro Fumée, nous allons réduire les émissions de soufre de 85% » ! Le 16 janvier, Renaud Muselier, Président de la Région et Hubert Falco, Maire de Toulon, Président de la Métropole, ont confirmé leur engagement dans le dispositif régional « Escales Zéro Fumée ». Initié par la Région Sud en septembre dernier, ce dispositif permet aux acteurs publics de travailler en étroite collaboration avec les armateurs dans une démarche environnementale unique en France, afin d’améliorer la qualité de l’air dans les villes portuaires. Ainsi, les partenaires ont signé une convention pour l’équipement à quai du Port de Toulon et pour le financement de l’équipement des navires de l’armateur Corsica Ferries. Pour mémoire, en septembre 2019, Élisabeth Borne, Ministre de la Transition écologique et solidaire, et Renaud Muselier ont dévoilé la mise en place d’un dispositif d’électrification à quai des navires en escale dans les trois grands ports de la façade méditerranéenne de la région Sud  : le Plan « Escales Zéro Fumée ». Ces initiatives, mises en place grâce au travail conjoint des partenaires, vont permettre au port de Toulon de réaliser son ambition « Escales Zéro fumée », seulement 4 mois après le lancement du dispositif. AMELIORER LA VIE DES TOULONNAIS Pour Hubert Falco  : « Avec Renaud Muselier et Christian Estrosi, nous avons le même objectif, celui d’améliorer encore et toujours la qualité de vie de nos concitoyens. Nous avons la même ambition, celle de préserver la mer Méditerranée, notre mer Méditerranée, connue dans le monde entier. C’est le rassemblement de la complémentarité, le collectif, le partenariat qui pousse ensemble avec 2 piliers Marseille et Nice et Toulon qui talonne. C’est un pack solide. Ce pack joue un collectif, et ce collectif est efficace. Nous n’avons pas d’autres solutions que de jouer collectif ». Puis, le maire de Toulon a ajouté  : « Sur l’environnement comme sur tant d’autres sujets, il y a ceux qui parlent et il y a ceux qui agissent. Nous avons un patrimoine exceptionnel et notre devoir, c’est de le préserver ! Dans cette période particulière où nous sommes confrontés aux adeptes du « y’a qu’à, faut qu’on ! » les élus locaux, eux, bien au fait des réalités du terrain, travaillent et agissent ! Être un Président d’une collectivité, être un Maire, être un élu local, c’est avant tout travailler, encore travailler, toujours travailler, à l’amélioration de la qualité de vie de nos concitoyens  : c’est être au service de l’intérêt général d’un territoire et de ses habitants ; c’est tout mettre en œuvre pour conjuguer le nécessaire développement d’un territoire et l’indispensable préservation de notre environnement naturel exceptionnel. Dans ce territoire, il faut pouvoir y vivre mais aussi y travailler ». SUPPRESSION DE 85% DU TEMPS D’EMISSIONS Le président de la Métropole reprend  : « En février dernier, nous avons annoncé, avec le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Var et le Président de Corsica Ferries, le lancement d’un grand projet d’électrification de l’ensemble des quais du Port de Commerce de Toulon (quais de la Corse, Minerve et Fournel) d’un montant global de près de 25 millions d’ € , qui permettra à terme aux bateaux d’être fournis en électricité par le quai et de ne plus laisser tourner leurs moteurs en dehors des manœuvres et dès lors de supprimer 85% du temps d’émissions de fumées à quais. La plus grosse difficulté, c’était d’avoir un poste source pour assurer le branchement des bateaux à quai. Nous n’avons pu faire cette annonce qu’après de longs mois de travail et de concertation avec nos partenaires, ENEDIS notamment, afin de trouver une solution technique assurant la capacité énergétique nécessaire à l’électrification des quais. Voilà le quotidien du travail de l’ombre des élus locaux » (...). TRAFIC MARITIME PLUS PROPRE Pour le Président de la Métropole  : « Se rassembler, ce n’est pas se ressembler ! À Toulon, à Nice ou à Marseille, nous partageons la même mer, nous sommes tous des enfants de la Méditerranée, nous respirons le même air, nous habitons la même région, la plus belle de France et avons les mêmes innombrables atouts à préserver. Et, si les caractéristiques du port de Toulon sont différentes de celles des ports de Nice, ou de celui de Marseille, si nos villes ont chacune leurs propres contraintes et leurs propres spécificités, seule une réponse et une démarche communes pouvaient être apportées (…). À Toulon, en complémentarité de notre projet d’électrification des quais, dont les travaux débuteront, comme je m’y étais engagé, en février prochain. Nous avons pris de nouvelles mesures le 15 novembre dernier, en adoptant en conseil portuaire un abattement sur les droits de ports pour les navires dits propres, équipés d’un dispositif d’épuration de fumées notamment. De la même façon, la CCI, concessionnaire, a adopté un abattement de la taxe d’outillage public (TOP) ». « Nous avons ainsi incité les armateurs à s’équiper, tant en matière de courant que de scrubbers, ces filtres à fumées indispensables qui permettent de neutraliser les particules et gaz toxiques. Depuis le 1er janvier 2020, une nouvelle réglementation en matière de transport maritime a fixé à 0,5% la teneur maximale d’oxyde de soufre (SOx) dans le carburant des navires, il était de 1,5% auparavant pour les navires transportant des passagers ». PAS DE REPONSE DE L’ETAT Pour l’élu, « le rôle d’un état régalien est de donner des moyens aux élus locaux de protéger ses concitoyens ! La Métropole TPM était disposée, comme sa voisine Niçoise, à aller encore plus loin en étant favorable à la création en Méditerranée, comme dans la Manche, la Mer du Nord ou encore la Baltique, d’une Zone d’Émissions Contrôlées (ECA) dans laquelle la teneur maximale d’oxyde de soufre dans le carburant est de 0,1% et où des contrôles stricts des navires sont établis. L’établissement de cette Zone ECA en Méditerranée est du ressort de l’État et de son Gouvernement. Nous en avons fait la demande officielle, nous n’avons toujours pas de réponse ! Une fois de plus les élus locaux prennent des initiatives régaliennes à la place de l’État. L’état d’urgence climatique que nous avons officiellement déclaré à Toulon comme à Nice impose des décisions concrètes et rapides. Si l’État n’a pas jugé utile de mettre en place en urgence cette zone ECA pour notre si belle Méditerranée, nous, élus locaux, prenons nos responsabilités en décidant d’instaurer les mêmes règles strictes d’une zone ECA, aux abords de nos ports ». De son côté, Renaud Muselier a précisé  : (…) « L’histoire de notre développement passe par nos trois ports. Nos ports ont fait notre richesse. Ils ont assuré le développement de notre région pendant des dizaines de siècles. Ils ont fait la civilisation méditerranéenne dans toute sa mosaïque. Mais nos ports sont devenus des cibles pour l’opinion publique. Se rassembler, ce n’est pas ii se ressembler ! À Toulon, à Nice ou à Marseille, nous partageons la même mer, nous sommes tous des enfants de la Méditerranée… C’est un renversement extraordinaire, presque une première dans l’histoire ! Ces ports, jusquelà synonymes d’enrichissement matériel et culturel, deviennent pour le citoyen qui vit à proximité, un vecteur de pollution et de dégradation de sa propre santé » (…). « Ici, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, nous avons choisi une réponse régionale. Voilà pourquoi dans la Métropole de Toulon, dans la Métropole de Nice, et sur l’emprise du Grand Port Maritime de Marseille, nous agissons de façon concertée autour de la stratégie « Escales Zéro Fumée » (...) ! « En 2023, tous les car-ferries y compris ceux d’Algérie Ferries et de la Compagnie tunisienne de navigation pourront se brancher, pour aboutir au 100%. En 2025, les navires de croisière, ces mastodontes qui consomment autant que la ville de Toulon pourront se brancher aussi, au prix d’investissements massifs (…). Dans 10 ans, les flottes commenceront à être renouvelées partout en Méditerranée pour passer au GNL, à l’hydrogène. Mais nous ne pouvons pas ignorer que pendant ces dix années, la santé de nos concitoyens est mise en danger. C’est pourquoi nos réponses sont immédiates, et coordonnées » (…). « À Tunis, à Alger, partout en Méditerranée, les grands ports du bassin se penchent sur nos trois grandes villes portuaires pour y transposer le modèle ! Avec notre engagement auprès de Toulon, nous montrons que nous sommes capables d’obtenir des résultats rapides et essentiels » (…). Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR EN PRESENCE DE  : Philippe VITEL, Vice-président de la Région, Yannick CHENEVARD, Vice-président de la Région, Jacques BIANCHI, Président de la CCI du Var, Jacques VERDINO, Vice-président de la CCI du Var, Pierre MATTEI, Président de Corsica Ferries, Nathalie ALEXANDRE, Directrice Départementale ENEDIS, François de CANSON, Président du Comité Régional de Tourisme, Robert MASSON, maire de Carqueiranne.
HI &OH RATION 9{ l'FC9¢IIARTIER CliALUCET M nu - 7 yMétropole Toulon « L’Écoquartier Chalucet a été bâti avec le cœur et avec le soleil » Plus de 25 000 personnes sont venues découvrir le quartier tout au long du week-end d’inauguration de Chalucet, Quartier de la créativité et de la connaissance, à Toulon, réalisé par l’agence Corinne Vezzoni et associés architectes, le 17, 18 et 19 janvier derniers. visiblement avec un très grand plaisir qu’Hubert Falco, entouré C’est de nombreux élus, conseillers et spécialistes, a participé, le 17 janvier dernier à l’inauguration de l’Écoquartier Chalucet de la Créativité et de la Connaissance. Ce nouveau quartier est une opération de cœur de ville inédite en Europe, qui s’étend sur 3.5 ha, en lieu et place de l’ancienne friche hospitalière. Il est composé d’espaces publics et d’espaces privés autour de l’ancien jardin botanique de la Marine Royale, entièrement réhabilité et agrandi de 5 000 m². QUARTIER INCONTOURNABLE Pour Hubert Falco  : « Le nouveau quartier de la Créativité et de la Connaissance Chalucet, situé en plein centre-ville, non loin du pôle d’échanges multimodal de la gare et de la place de la Liberté, sera un quartier incontournable où se côtoient monde universitaire, acteurs culturels, entrepreneurs, habitants, lycéens, étudiants… Reconnu pour son exemplarité environnementale, labellisée Écoquartier par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, le quartier de la Connaissance et de la Créativité de Chalucet, dans sa volonté de développement urbain durable de la transition écologique, est déjà une référence pour la ville et pour l’ensemble du territoire métropolitain » ! « DE L’AUTRE COTE DES RAILS » De son côté, Jean-Luc Videlaine ajoutait  : « Ainsi, j’aurai vu naître le quartier de la Créativité et de la Connaissance. Je l’aurai vu de ma fenêtre, au sens propre, puisque la préfecture, en surplomboffre un angle adéquat sur les beaux-arts et qu’on peut y reconnaître, non pas dans son destin, mais dans sa forme, la tour de Babel tel que Brueghel l’a peinte. Je l’aurai vu depuis l’autre côté des rails « other side of the tracks », mais sans le sens péjoratif que l’expression a en américain. À Toulon, il n’y a pas de mauvais côté des rails ! Le représentant de l’État précisait sa pensée  : « Toulon est rouge et noir. Avec ce nouveau quartier, il sera aussi blanc et vert. Le blanc d’un matériau unique, le béton blanc, en provenance de la carrière du Revest qui, tel un prisme qui dévie et décompose la lumière blanche, transforme la lumière en innovation, entreprise, recherche, culture et lieu de vie. Le vert, végétal du jardin Alexandre 1er et symbolique avec la labellisation Écoquartier. Ces considérations chromatiques une fois posées, c’est au contenu qu’il faut s’intéresser. On a ici, en quelque sorte, une volonté de fédérer les intelligences. Il y a du poumon mais il y a aussi et surtout du cerveau. Avoir voulu réunir en un même lieu LES PERSONNALITES Hubert FALCO, Maire de Toulon et Président de la Métropole, Jean-Louis BORLOO, ancien Ministre d’État, Jean-Luc VIDELAINE, Préfet du Var, Laurent ISNARD, Préfet Maritime de la Méditerranée, Geneviève LEVY, Députée du Var, Renaud MUSELIER, Président de la Région Sud, Philippe VITEL, Vice-président de la Région Sud, Marc GIRAUD, Président du Département, Thierry ALBERTINI, Maire de La Valette du Var, Jean-Claude CHARLOIS, Maire de La Garde, Robert MASSON, Maire de Carqueiranne, De nombreux conseillers municipaux et départementaux parmi lesquels Jérôme NAVARRO, Valérie MONDONE, Caroline DEPALLENS, Jacques BIANCHI, Président de la CCI du Var. cc 11 Toulon est rouge et noir. Avec ce nouveau quartier, il sera sera aussi blanc et vert. diverses manifestations de l’esprit humain, c’est s’assurer d’une cohabitation qui ne peut être que profitable. Faire coexister dans un espace vaste, mais pas distendu, ceux qui apprennent des choses, somme toutes différentes, c’est avoir la garantie d’échanges et d’ouvertures que la dispersion interdirait » (...). En conclusion, Hubert Falco lançait cette invitation  : « C’est un grand privilège de faire naître au XXIème siècle un nouveau lieu de vie tout à la fois profondément ancré dans les racines de notre ville, respectueux de son histoire et entièrement tourné vers le futur et la modernité. Sachons apprécier ce moment exceptionnel. Il est ouvert à tous. Ce nouveau lieu de vie est désormais le vôtre, je vous invite maintenant à le découvrir et à l’aimer ». Gilles CARVOYEUR QUARTIER CHALUCET Organisé autour de plusieurs maîtrises d’ouvrage - Métropole Toulon Provence Méditerranée, CCI du Var, Ville de Toulon et Département du Var - le Quartier de la créativité et de la connaissance regroupe une problématique de reconquête de centre-ville, d’urbanisme opérationnel et de création d’une véritable mixité. Le tout, dans un écrin vert préexistant dont il a fallu redéfinir les usages et s’inscrivant dans une vision verte à l’échelle de l’agglomération. L’opération est composée du Jardin Alexandre 1er, étendu dans le cadre du projet, et de 6 équipements  : les Beaux-Arts (regroupant École supérieure d’art et de design et TVT Innovation), la Médiathèque, la Maison de la Créativité (regroupant KEDGE BS et CAMONDO Méditerranée), deux bâtiments de bureaux pour le Département du Var et les logements de la Voile Blanche. JARDIN ALEXANDRE 1er Les visiteurs ont également profité de l’amphithéâtre de verdure et de la terrasse arborée et d’orangers, face au jardin Alexandre 1er. À cette occasion, le maire a lancé  : « Le jardin Alexandre 1er, les Toulonnaises et les Toulonnais le redécouvrent entièrement réhabilité et agrandi de 5 000 m². Ce poumon vert de près de 2 hectares, situé en cœur de ville, composé de différentes ambiances végétales méditerranéennes et agrémenté de bassins, d’un kiosque à musique, d’aires de jeux et de pique-nique, sera l’endroit idéal pour passer un agréable moment de détente en famille ou entre amis ». Février 2020 - #100



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :