L'Ordinateur Individuel n°47 avril 1983
L'Ordinateur Individuel n°47 avril 1983
  • Prix facial : 20 F

  • Parution : n°47 de avril 1983

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Groupe Tests

  • Format : (202 x 281) mm

  • Nombre de pages : 262

  • Taille du fichier PDF : 243 Mo

  • Dans ce numéro : intelligence artificielle, robotique, insertion des handicapés... un assistant efficace.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 118 - 119  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
118 119
imprimante classique, noir sur blanc. Le procédé fonctionne dans l'autre sens : un texte noir sur blanc peut être lu par une imprimante classique, affiché à l'écran et sorti sur une imprimante en braille ou en gros caractères. Dans le premier cas, lorsque l'ordinateur « lit » le braille, s'instaure une communication entre un voyant et un non-voyant (la plupart savent écrire le braille). Imaginez un enfant de dix ans qui veut « écrire » à son grand-père... L'invention est donc digne du plus grand intérêt. que vous m'avez de lors de notre conversation téléph Caractères graphiques pour mal-voyants, en grandeur nature, réalisés à partir d'une imprimante Soma tex. Le non-voyant (Jean-Claude Philip récuse le terme « aveugle » trop galvaudé) utilise alors une machine Perkins pour « taper » son texte en braille. L'appareil est gros comme la moitié d'une machine à écrire portable, mais apparemment moins complexe : six touches, pas une de plus, sont à la disposition du brailliste, chacune correspond à un point de la « lettre-braille ». L'ensemble des six points ressemble à un domino. lettre é lettre A noter qu'une machine Perkins coûte 2 800 FF et est disponible dans toutes les bonnes associations de braillistes. Pour lire un texte, le non-voyant dispose son index droit sur les petits picots du domino (qui sont en relief) ; pendant ce temps, son index gauche passe par derrière pour lire le mot. Comme pour d'autres écritures une forme « raccourcie » existe, le « braille abrégé » : chaque domino est alors composé non pas de six, mais de trois points. La première étape (non informatisée) est franchie : la page blanche est couverte de points blancs en relief. Le non-voyant lit. L'Ordinateur Individuel De même, il communique, par lettres en braille, avec un autre déficient visuel. La seconde étape est l'informatisation de la précédente : « saisir un texte sur un Apple, l'éditer, le modifier, le sortir en braille ou en gros caractères » explique Jean- Claude Philip. A quoi sert un texte en gros caractères ? « On transforme trop souvent les mals-voyants en aveugles, s'exclame l'ingénieur ; les premiers peuvent lire un texte en noir et blanc, mais agrandi. Notre problème était de sortir des lettres de 8 mm de haut. » Après moult démarches, rencontres, désillusions, l'équipe de l'Apeas tombe sur une imprimante graphique, l'imprimante braille — appelée « embosseuse » — étant réservée à la sortie du texte en braille. Comment connecter ces deux machines à l'ordinateur ? L'imprimante graphique qui édite des gros caractères est une « Somatex » dont le cerveau est un processeur Z80 qui contrôle une mémoire intégrée de 64 Ko. L'ordinateur n'est plus très loin. Depuis, l'Apeas a déjà sorti près de dix mille pages en braille à l'école primaire de la Rosière et au CES de Caillols. Avec Christophe Rondot, Alain Guénoche et Guy Redon, Jean-Claude Philip a bricolé l'imprimante pour que l'ordinateur puisse la diriger. Le logiciel est fait de Basic et de Pascal. A nouvelle étape, nouveau matériel Armé de la foi des inventeurs, notre équipe s'attaque à la troisième étape, la lecture du braille. Là aussi, la bataille fait rage. De congrès en visites, l'équipe de Jean-Claude Philip s'affronte à un domaine épineux, protégé. Il est vrai que certaines institutions tiennent à leurs produits, même 118 chers et mal adaptés. A nouvelle étape, nouveau matériel : une imprimante Sopraga est rapportée de la foire de Hanovre en 1982. Sa tête de lecture est tellement transformée qu'elle en arrive à lire les picots du braille précédemment tapés à la machine Perkins. Le texte s'affiche sur l'écran de l'ordinateur. Ensuite, c'est un jeu d'enfant pour l'imprimer en noir et blanc sur du papier. Tout cela se passe au siège de l'association (*), où quelque cent trente enfants déficients visuels ou auditifs attendent impatiemment. Le pari engagé par l'Apeas est de choisir un matériel du. 0 é Le texte tapé au clavier sort en braille sur l'imprimante ; nous avons noirci les picots pour qu'ils soient visibles.commerce (par exemple un Apple) adapté aux besoins des handicapés. C'est l'éternelle lutte des partisans d'un matériel spécifique performant, mais réservé à une élite parce que trop cher, contre les partisans d'un matériel du commerce, bricolé et adapté aux mêmes besoins, mais bon marché. L'Apeas a misé sur la seconde politique : l'Apple coûte moins cher que l'imprimante de la Sopraga, dont la commercialisation est annoncée pour le printemps 1983 (30 000 FF environ). Jean-Claude Philip répond à la critique en développant un autre projet. L'imprimante est un peu coûteuse ? Réservons-la aux associations. L'Apple est trop perfectionné pour une simple saisie de texte ? Parions sur un autre appareil... le Vic-20 par exemple, avec son stockage sur cassette : il vaut le prix d'une machine Perkins ; les parents d'enfants handicapés peuvent l'acheter sans trop de problèmes. L'association ne sert alors que de boîte aux lettres... un peu singulière il est vrai, véritable imprimerie à transformer ce que vous venez de lire en autant de petits picots de braille. (*) Apeas, 72 bd Danièle-Casanova 13014 Marseille. Christian Tortel n'47 Avril 83
échecs des petits qui n'ont (presque) plus peur des gros Aux échecs, les gros ordinateurs se font damer le pion par les 01, de jour en jour plus experts. C'est une des applications de l'intelligence artificielle. Les concepteurs des programmes redoublent d'ingéniosité pour en améliorer les performances. Dans cette compétition, quels sont aujourd'hui les mérites spécifiques des 01, et les atouts d'un bon programme d'échecs ? L'idée de concevoir une machine capable de jouer aux échecs est sans doute à peu près aussi vieille que ce jeu lui-même. Cette envie des hommes d'affronter une mécanique dans le plus prestigieux des jeux de l'esprit donna naissance, aux XVIII* et XIXe siècles, à plusieurs automates qui promenèrent et monnayèrent à travers l'Europe et l'Amérique du Nord « leur talent ». Peut-on parler d'intelligence artificielle ? C'était là bien sûr des supercheries — un joueur de petite taille était caché dans l'automate —, mais l'énorme succès populaire de ces pseudo-joueurs artificiels montrait déjà à quel point le grand public était fasciné par l'idée d'affronter une machine au « noble jeu ». Aussi n'est-il pas très surprenant que, dès l'apparition des premiers ordinateurs en 1945, le projet de faire jouer ceux-ci aux n'47 Avril 83 échecs soit immédiatement venu à l'esprit des informaticiens. C'est le 9 mars 1949 que le chercheur américain Claude Shannon publia son article « Comment programmer un ordinateur pour jouer aux échecs », qui donna naissance à de nombreuses tentatives dans les années cin quante. Dans les diverses tentatives de ces années-là, on pouvait noter des programmes qui essayaient d'explorer exhaustivement toutes les possibilités, des programmes à qui l'on donnait un « but » — mettre mat le roi adverse —, et surtout une tentative originale : des programmes qui mémorisaient leurs défaites de façon à ne pas les reproduire (*). Peut-on parler d'intelligence ? — « Faculté de connaître, de comprendre » dit Le petit Robert. C'est un bien grand mot et on ne notera dans les voies décrites plus haut que des tentatives d'analyse exhaustive, de but et d'auto-apprentissage. Avec la montée en puissance des ordinateurs s'est ajoutée, à 119 cette liste, la faculté de mémorisation — qui est de moins en moins l'apanage des « gros » ordinateurs. Mais révenons à l'historique du développement du jeu d'échecs. En 1970, les programmes étaient assez nombreux pour que soit organisé à New York le premier championnat officiel d'échecs sur ordinateurs avec six participants. Depuis, le championnat a lieu tous les ans et compte généralement douze à seize programmes. Le public a montré un intérêt certain pour les performances de ces machines, mais celles-ci souffraient tout de même d'un vice rédhibitoire : leur coût énorme, ainsi que celui de l'heure d'utilisation. Des programmes pour 0/aux machines dédiées Seuls quelques rares privilégiés avaient parfois l'occasion d'affronter ces automates des temps modernes lors de séances simultanées. Ainsi des artistes, des hommes politiques et d'autres personnalités jouant plus ou moins bien aux échecs mettaient en vedette les machines par leurs défaites. Tout cela suscitait l'intérêt du grand public... et sa frustration de ne pouvoir lui-même rencontrer la (') Voir à ce sujet la sérieie Les jeux et l'ordinateur » de David Lévy, qui a été publiée en vingt parties (de L'Ol n°16, avril 1980 à L'Oln°35, mars 19821. L'Ordinateur Individuel



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 1L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 2-3L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 4-5L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 6-7L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 8-9L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 10-11L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 12-13L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 14-15L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 16-17L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 18-19L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 20-21L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 22-23L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 24-25L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 26-27L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 28-29L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 30-31L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 32-33L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 34-35L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 36-37L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 38-39L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 40-41L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 42-43L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 44-45L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 46-47L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 48-49L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 50-51L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 52-53L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 54-55L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 56-57L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 58-59L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 60-61L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 62-63L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 64-65L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 66-67L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 68-69L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 70-71L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 72-73L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 74-75L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 76-77L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 78-79L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 80-81L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 82-83L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 84-85L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 86-87L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 88-89L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 90-91L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 92-93L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 94-95L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 96-97L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 98-99L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 100-101L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 102-103L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 104-105L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 106-107L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 108-109L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 110-111L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 112-113L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 114-115L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 116-117L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 118-119L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 120-121L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 122-123L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 124-125L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 126-127L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 128-129L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 130-131L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 132-133L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 134-135L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 136-137L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 138-139L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 140-141L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 142-143L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 144-145L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 146-147L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 148-149L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 150-151L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 152-153L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 154-155L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 156-157L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 158-159L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 160-161L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 162-163L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 164-165L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 166-167L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 168-169L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 170-171L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 172-173L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 174-175L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 176-177L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 178-179L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 180-181L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 182-183L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 184-185L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 186-187L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 188-189L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 190-191L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 192-193L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 194-195L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 196-197L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 198-199L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 200-201L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 202-203L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 204-205L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 206-207L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 208-209L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 210-211L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 212-213L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 214-215L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 216-217L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 218-219L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 220-221L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 222-223L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 224-225L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 226-227L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 228-229L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 230-231L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 232-233L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 234-235L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 236-237L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 238-239L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 240-241L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 242-243L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 244-245L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 246-247L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 248-249L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 250-251L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 252-253L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 254-255L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 256-257L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 258-259L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 260-261L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 262