L'Ordinateur Individuel n°47 avril 1983
L'Ordinateur Individuel n°47 avril 1983
  • Prix facial : 20 F

  • Parution : n°47 de avril 1983

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Groupe Tests

  • Format : (202 x 281) mm

  • Nombre de pages : 262

  • Taille du fichier PDF : 243 Mo

  • Dans ce numéro : intelligence artificielle, robotique, insertion des handicapés... un assistant efficace.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 114 - 115  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
114 115
donnée, un puzzle-grenouille doit prendre forme... « La plupart de ces programmes sont écrits en Basic, explique Yves Rabasse, ergothérapeute, ils nous servent à évaluer les progrès de chacun... » « Si Jean-Jacques, paralysé complet et sans voix, parvient à un très bon résultat aux Tours de Hanoi ; cela signifie quelque chose tout de même », s'exclame fièrement André Sylvestre. Celui-ci n'est, bien sûr, pas sans savoir que pour établir une véritable évaluation des sujets, il faut au minimum un étalonnage pertinent. Or, le nombre réduit des handicapés non vocaux du centre de Kerpape ne permet pas de tirer une règle générale. Suivons ce psychologue, ancien champion de France de basket en fauteuil roulant, sur les traces... des prothèses linguistiques. Cet après-midi là, André Sylvestre nous ramène à l'école primaire vers Annie, quatorze ans. Vous êtes inconnu d'elle ? Qu'importe I Elle vous dévisage sans vergogne. La gêne vous envahit. Alors ses yeux vous laissent, interrogent Joël, l'instituteur, le pressent de répondre. Annie ne vit que de Ées yeux. Le reste, tout le reste, est mou, pesant, étalé à vie sur un lit roulant, définitivement fixé. Pour communiquer avec l'extérieur, son instituteur, en particulier Annie, utilise une « prothèse linguistique ». Ce tableau rectangulaire construit autour d'un processeur Z80 comprend 486 cases (27 X 18). Chacune d'elle est parcourue tour à tour par un point lumineux rouge. Mais écoutez André Sylvestre... « Entre les systèmes de communication fondés sur des codes-images et ceux basés sur l'écriture-lecture, il n'y avait rien. Avec une équipe du Cnet à Lan- L'Ordinateur Individuel nion (Centre national d'études des télécommunications), nous avons mis au point ce tableau. Son principe est de réserver pour chacune des cases un nom avec un symcipe est de réserver pour chacune bote. Remarquez l'analogie avec le système Bliss. On l'a un peu modifié pour l'adapter à chaque cas particulier, et fabriquer ainsi une prothèse linguistique. » Je pose une question à Annie : « Kerpape, c'est quoi ? ». Elle répond par l'intermédiaire du bouton-poussoir qui agit sur le tableau : « parc ». Pour Annie, allon- Ueffi LES PlitlX88144LS 011rr48 P R MSSIM vurc taAt iWI QI Li) FLUX Mie e eli 4 L el:541.7,ter, te g À Le breton ne perd pas ses droits : ce menu est bilingue... Dans la classe des grands, Jean- Jacques joue et... gagne. Quelques explications Une personne IMC est atteinte avant ou depuis sa naissance de lésions non évolutives limitées à des régions motrices du cerveau. Cette localisation entraîne des séquelles physiques telles que la paralysie partielle ou totale, sans déficits intellectuels prépondérants. L'ergothérapie se donne pour but de rééduquer des personnes infirmes et invalides par un travail physique et manuel. A noter que des orthophonistes assurent un travail individualisé. La myopathie est une maladie des muscles dont une forme est caractérisée par une atrophie de divers groupes musculaires, d'évolution très grave. Le système Bliss est un langage composé de symboles visuels (idéographiques) qui représentent le sens des mots et des concepts. Il permet de former un vocabulaire relativement étendu. 114 gée à vie sur un lit roulant, Kerpape est un parc... Il faut bien avouer que ce système à balayage est très lent, puisque l'enfant doit attendre que le point lumineux passe devant la case sélectionnée. « Une amélioration possible, explique André Sylvestre, consisterait à greffer sur le tableau un manche à balai type jeux-vidéo. » D'autres espoirs ? « Oui. La « prothèse de parole », répond André Sylvestre. leiphone filé vision Elo 9 Un prototype est à l'étude à Lannion et dans quelques semaines, il sera à Kerpape : chaque mot du tableau est « dit » par la machine, transformant l'appareillage en « prothèse de parole ». Ainsi, du jouet programmable à la prothèse de parole en passant par l'ordinateur, « l'entraînement » pour tout petits et les didacticiels pour les plus grands, le Centre de Kerpape est équipé comme peu d'organismes de rééducation. C'est ainsi que l'aide fonctionnelle des ordinateurs vient redoubler leur apport. pédagogique. Un robot, dont on trouvera un banc d'essai dans ce numéro, a été transformé en « robotfourchette » susceptible de suivre une séquence « une pour papa, une pour maman... » et ainsi de servir de fourchette articulée à des personnes paralysées des bras. Pour André Sylvestre, il s'agit là d'une « prothèse de manipulation ». A chaque handicap, l'équipe d'André Sylvestre n'a pas proposé une machine spécifique, mais a choisi d'adapter un matériel et un logiciel existant. De l'accidenté atteint de traumatismes crâniens au tétraplégique muet, en passant par le myopathe, le pari semble gagné... pour les enfants. Car même le collège a son atelier pour handicapés. Mais audelà, point de salut pour « ces enfants qui n'ont pas d'avenir professionnel », de l'avis même des responsables de l'opération. Le « télétravail » (travail à distance) ne peut-il les concerner ? Ici, plus qu'ailleurs, même si l'ordinateur n'est pas — loin de là — une panacée, Kerpape a des bricoleurs de génie qui font l'impossible avec ce qui existe ici ou aux Etats-Unis. Christian Tortel ri° 47 Avril 83
reconnaissance de la parole dites- le avec un ordinateur « Je parle à la machine. La machine me répond ». L'idée fixe de nombre de chercheurs est un rêve fabuleux mais paradoxal. Les informaticiens n'ont-ils pas inventé des langages sans cesse plus performants, mais aussi plus complexes ? Le comble — parler à un ordinateur dans la langue de Shakespeare ou de San Antonio — nécessite un surcroît de codes, de combinaisons logiques et d'algorithmes élaborés. Avec, derrière cette puissance du raisonnement, le secret espoir que la machine réponde enfin à nos interrogations. Il a fallu attendre les années cinquante pour qu'un gros système informatique reconnaisse dix chiffres prononcés par le même locuteur. Dans les années soixante-dix, le Pentagone (ministère de la Défense) lance aux Etats-Unis une recherche pour la reconnaissance de mots prononcés en continu dans une phrase. Quinze millions de dollars sont investis dans l'opération Sur (Speech Understanding Research). Bilan : un millier de mots reconnaissables. Mais les problèmes restent entiers : le locuteur est une personne donnée. Si une autre personne se met en tête d'adresser la parole à la machine, celle-ci reste coite, les circuits figés, son « intelligence » n'est plus qu'à placer entre guillemets... Avec les années quatre-vingts, arrivent les ordinateurs individuels. La « dictée magique », par exemple, est un petit appareil qui illumine les yeux des enfants. En appuyant sur les touches d'un miniclavier, la machine énonce des lettres et des mots. Parallèlement, faisant fi de cette application « gadget » de la synthèse vocale, d'autres jouetsrr 47 Avril 83 retournent au laboratoire. On leur prend leur processeur. L'obstacle majeur est levé : les gros ordinateurs étaient puissants, rapides à la détente du calcul et développés « éléphantesquement » en mémoire. Ces valeurs sont maintenant au coeur des 01 : des cartes standards accueillent les processeurs et les placent tout à côté des circuits intégrés classiques. Puis vient l'étape finale : la commercialisation et la naissance 115 de véritables « prothèses auditives ». Les laboratoires ont des idées de marketing : s'associer avec des sociétés privées. Deux exemples sont significatifs de cette nouvelle étape du traitement de la parole. Le Limsi (Laboratoire d'informatique pour la mécanique et les sciences de l'ingénieur) à Orsay s'est mis de mèche avec Vecsyx, une nouvelle société. Est né... Moïse, un système de reconnaissance de cent mots isolés provenant d'un seul locuteur. Cette carte est construite autour d'un processeur Intel 8 088. Elle dispose de 24 Ko de mémoire vive et de 16 Ko de mémoire morte. Second exemple : l'association Crin-Bertin. Le Centre de recherches informatiques de l'université de Nancy, laboratoire associé du CNRS, a pris ses bâtons de pélerin pour la Provence. En effet, c'est à Aix que la société Bertin prépare, pour la fin de l'année 1983, un système de reconnais- L'Ordinateur Individuel



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 1L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 2-3L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 4-5L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 6-7L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 8-9L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 10-11L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 12-13L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 14-15L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 16-17L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 18-19L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 20-21L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 22-23L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 24-25L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 26-27L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 28-29L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 30-31L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 32-33L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 34-35L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 36-37L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 38-39L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 40-41L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 42-43L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 44-45L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 46-47L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 48-49L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 50-51L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 52-53L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 54-55L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 56-57L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 58-59L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 60-61L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 62-63L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 64-65L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 66-67L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 68-69L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 70-71L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 72-73L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 74-75L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 76-77L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 78-79L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 80-81L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 82-83L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 84-85L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 86-87L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 88-89L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 90-91L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 92-93L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 94-95L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 96-97L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 98-99L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 100-101L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 102-103L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 104-105L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 106-107L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 108-109L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 110-111L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 112-113L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 114-115L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 116-117L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 118-119L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 120-121L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 122-123L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 124-125L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 126-127L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 128-129L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 130-131L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 132-133L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 134-135L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 136-137L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 138-139L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 140-141L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 142-143L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 144-145L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 146-147L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 148-149L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 150-151L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 152-153L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 154-155L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 156-157L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 158-159L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 160-161L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 162-163L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 164-165L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 166-167L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 168-169L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 170-171L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 172-173L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 174-175L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 176-177L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 178-179L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 180-181L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 182-183L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 184-185L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 186-187L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 188-189L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 190-191L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 192-193L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 194-195L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 196-197L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 198-199L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 200-201L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 202-203L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 204-205L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 206-207L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 208-209L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 210-211L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 212-213L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 214-215L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 216-217L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 218-219L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 220-221L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 222-223L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 224-225L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 226-227L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 228-229L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 230-231L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 232-233L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 234-235L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 236-237L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 238-239L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 240-241L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 242-243L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 244-245L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 246-247L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 248-249L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 250-251L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 252-253L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 254-255L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 256-257L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 258-259L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 260-261L'Ordinateur Individuel numéro 47 avril 1983 Page 262