L'Ordinateur Individuel n°45 février 1983
L'Ordinateur Individuel n°45 février 1983
  • Prix facial : 20 F

  • Parution : n°45 de février 1983

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Groupe Tests

  • Format : (202 x 281) mm

  • Nombre de pages : 254

  • Taille du fichier PDF : 257 Mo

  • Dans ce numéro : création artistique et informatique... tout un programme !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 142 - 143  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
142 143
De très bonnes possibilités graphiques mais une image instable L'écran, de couleur verte, vient d'afficher le dessin d'une main pointée vers la droite. Intuitivement (l'épaisseur de la documentation ne nous incite guère pour l'instant à procéder méthodiquement !), nous pressons la touche « B » (comme Boot) et le mot « boot » s'affiche effectivement à droite de la main. Nous plaçons alors les deux disquettes de démonstration qui nous ont été fournies dans les unités (disquette 1 dans l'unité de gauche et disquette 2 dans l'unité de droite — aucun repère n'est signalé mais cela paraît logique) et nous terminons par un appui sur la touche RETURN. Ensuite, il n'y a plus qu'à s'asseoir et à savourer... Tracés de figures géométriques, d'histogrammes en deux et trois dimensions se succèdent, appelés automatiquement par un fichier de commandes. Il y a même un dessin animé ! La vitesse et la précision du tracé sont remarquables. Vient ensuite une présentation de la gamme en lettres gothiques avec les schémas des différents ordinateurs. Cette démonstration est un véritable spectacle, qui donne un bon aperçu des possibilités extraordinaires de ce matériel. Elle est évidemment effectuée en mode 8088 (16 bits), en partie à l'aide des fonctions graphiques du Z-Basic (adapté pour Zenith et Microsoft) fonctionnant sous Z-DOS. Toutefois, la précision n'atteint pas celle obtenue sur le Sirius, ce qui est tout naturel attendu que la définition n'est ici (si l'on peut dire) que de 144 000 points. Zenith fait mention d'une résolution de 320 000 points (celle du Sirius précisément) obtenue par l'emploi du procédé dit de « vidéo entrelacée », qui est, selon toute proba- L'Ordinateur Individuel BANC D'ESSAI I LE ZENITI 2111 12345670 ! 1-'+$*()\i/'`$5 5 111EITTOIOPISIFINICIZACYINN quertymiopisdfshjklzwbna. 1 ? !': ; [101 bilité, optionnel. La documentation, bien qu'abondante, reste très muette sur ce sujet, de même qu'en ce qui concerne tout renseignement technique sur le matériel. Quant au Z-Basic, il n'accepte que des coordonnées permettant de gérer 144 000 points — ce qui est déjà plus qu'honorable (ne soyons pas blasés !). En mode texte, l'écran peut afficher vingt-quatre lignes de quatre-vingts caractères et il est, paraît-il, possible d'exploiter une vingt-cinquième ligne en frappant la séquence « ESC X 1 » depuis le clavier. Cela paraît pourtant simple, mais nous n'y sommes point arrivés ! Le graphique, en revanche, utilise bien cette portion inférieure de l'écran. Les caractères sont dessinés dans une matrice de 5 X 7 points plus une ligne de points pour les jambages des minuscules. Néanmoins, il est possible de redéfinir leurs graphismes par logiciel dans un fichier disque, qui est alors chargé à l'initialisation du système. Chacune des disquettes SED (CP/M et Z-DOS) possède d'ailleurs toute une série de fichiers adaptés aux principales langues (nous avons bien essayé le fichier « FRENCH » mais le clavier se comporte comme un Azerty — ce qui laisse bien espérer de l'avenir, et comme les caractères gravés sur les touches ne changent pas, il devient alors très difficile de frapper la moindre commande, surtout si celle-ci utilise des caractères spéciaux, ce qui est inévitable). A y regarder de près, les qualités visuelles du moniteur vidéo ne sont pas sans défaut, car le haut du texte bouge légèrement de gauche à droite, ce qui devient fatigant pour particulièrement en haute résolution (l'alimentation placée sous le moniteur n'y est pour rien). De plus, un filtre antireflets aurait été très apprécié. Le logiciel est facile à mettre en oeuvre. Que ce soit en mode 8 bits 142 (8085) ou 16 bits (8088), la procédure de chargement reste identique, le système s'adaptant automatiquement au mode adéquat. Notons que le moniteur vidéo de notre essai est monochrome, mais que le constructeur doit prochainement proposer un moniteur vidéo couleurs à un prix voisin de 6 500 FF ttc, moniteur non encore disponible à l'heure où nous écrivons ces lignes. Conclusions partielles Excellentes possibilités graphiques. Générateur de caractères programmable. Image peu stable pour un matériel de cette gamme. Mise en oeuvre facile du logiciel. 64 Ko de mémoire vive utilisateur en version CP/M 85 Pour le logiciel, commençons par le mode 8 bits avec le système d'exploitation CP/M-85. Il s'agit ici de la version standard qui comprend en outre quelques programmes utiles : CONFIGUR (altération des paramètres d'imprimante et d'interface série, assignation des organes d'entrées ou de sorties), FORMAT (formatage de minidisquettes en simple ou double face ou de disquettes en simple ou double densité), DUP (duplication totale de disquettes). Avec cette version, il semble plus facile de configurer son système, le noyau CP/M et le BIOS étant séparés sous forme de fichiers. Notons enfin la présence de l'utilitaire PREL qui permet, à partir de deux fichiers HEX assemblés avec des origines différentes, la création d'un fichier relogeable. Côté mémoire, CP/M peut être configuré pour un maximum de 64 K- octets. Le Basic que l'on a coutume de trouver sous CP/M est l'interpréteur M Basic de Microsoft. C'est encore le cas ici. Celui-ci étant livré sous sa forme la plus standard, il ne sera pas question d'utiliser (du moins simplement) les possibilités graphiques du Z-100. D'autres logiciels indissociables de CP/M nous sont fournis dont le célèbre trio de Micropro : Wordstar (dans sa version française 2.26), Calcstar et Datastar. Un petit problème avec Wordstar : il n'est pas configuré pour le Z- 100 et aucune précision n'est donnée pour le faire. n°45 Février 83
Conclusions partielles Compatibilité totale avec CP/M standard en configuration 64 Ko de mémoire vive, agrémentée de quelques programmes utiles. Des fonctions graphiques et couleurs développées En mode 16 bits (8088), nous trouvons Z-DOS comme système d'exploitation et Z-Basic comme langage évolué. Tous deux sont originaires de Microsoft. Z-DOS est une version adaptée de MS- DOS avec lequel il est strictement compatible. Quant à Z-Basic, c'est un M-Basic « étendu » (il était déjà difficile de faire plus...) principalement conçu pour gérer simplement les possibilités graphiques du Z-100. Z-DOS est très proche de CP/M auquel il emprunte la syntaxe et les fonctions principales : PIP devient COPY et DUP DSKCOPY, DDT devient DEBUG, ED s'appelle EDLIN (éditeur ligne) ERA prend le nom ERASE ou DEL, XSUB celui de MAKE, SYSGEN celui de SYS, STAT se décompose en MAP et CHKDSK, etc. Avec Z-DOS, la commande SUBMIT n'est plus nécessaire : il suffit d'invoquer le nom d'un fi- chier ayant «.BAT » comme extension. TIME et DATE permettent de connaître ou de fixer l'heure et la date courante. RDCPM permet de lire des fichiers CP/M pour les adapter au format Z-DOS. L'assembleur s'appelle MASM et est évidemment adapté aux mnémoniques des instructions du processeur 8088 (et 8086). Lui est également associée la commande CREF capable de créer une liste des références croisées d'un fichier source. FIL- COM compare deux fichiers alors que DSK COMP compare deux disquettes. De même qu'avec CP/M, un programme CONFIGUR permet d'altérer les paramètres imprimante et RS232. L'éditeur EDLIN est, comme son nom l'indique, de type « ligne », c'est-à-dire qu'en cela il n'a rien à envier à ED de CP/M. AUTOEXEC est un fichier de commande ; lorsqu'il est présent sur la disquette, il prend automatiquement le contrôle des opérations pour enchaîner une suite de tâches prédéterminées. Au chargement, Z-Basic (révision 1.0 créée le 1er octobre 1982) annonce 55 974 octets de mémoire disponible (sur les 64 Ko du segment mémoire alloué). L'éditeur intégré au Z-Basic est du type « pleine page », ce qui est très simple d'emploi (style éditeur Commodore). Il suffit, après avoir listé le programme à modifier, de déplacer le curseur par les flèches jusqu'à l'endroit voulu. On peut alors remplacer un texte, le supprimer ou en insérer un grâce à la touche DEL/INS < caractère > en n'oubliant pas de valider l'édition par un appui sur la touche RETURN. Le Basic proprement dit est très complet et fournit une précision en « flottant court » sur sept chiffres (seize en « flottant long »). Outre les fonctions et instructions du M-Basic, nous trouvons notamment : BLOAD et BSAVE (lecture et sauvegarde de programmes en langage machine), CLS (effacement de l'écran), BEEP (appel sonore), WIDTH LPRINT (fixation de la longueur des lignes en sortie imprimante), DEF SEG (détermination du segment mémoire à adresser), KEY, KEY LIST, KEY ON/OFF (traitement des touches programmables qui apparaissent en vingt-cinquième ligne de l'écran). L'instruction ON KEY GOSUB signalée brièvement dans la documentation permet de dérouter le programme sur la frappe d'une touche précise. OPEN COM permet d'ouvrir le « fichier » d'un canal de communication RS232 (même remarque que ci-dessus pour l'instruction ON COM GOSUB) tout en spécifiant les paramètres de transmission. Il est possible de gérer les variablesrr 45 Février 83 143 L'Ordinateur Individuel



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 1L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 2-3L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 4-5L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 6-7L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 8-9L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 10-11L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 12-13L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 14-15L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 16-17L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 18-19L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 20-21L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 22-23L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 24-25L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 26-27L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 28-29L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 30-31L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 32-33L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 34-35L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 36-37L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 38-39L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 40-41L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 42-43L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 44-45L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 46-47L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 48-49L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 50-51L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 52-53L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 54-55L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 56-57L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 58-59L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 60-61L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 62-63L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 64-65L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 66-67L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 68-69L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 70-71L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 72-73L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 74-75L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 76-77L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 78-79L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 80-81L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 82-83L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 84-85L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 86-87L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 88-89L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 90-91L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 92-93L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 94-95L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 96-97L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 98-99L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 100-101L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 102-103L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 104-105L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 106-107L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 108-109L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 110-111L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 112-113L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 114-115L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 116-117L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 118-119L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 120-121L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 122-123L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 124-125L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 126-127L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 128-129L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 130-131L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 132-133L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 134-135L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 136-137L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 138-139L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 140-141L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 142-143L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 144-145L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 146-147L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 148-149L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 150-151L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 152-153L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 154-155L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 156-157L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 158-159L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 160-161L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 162-163L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 164-165L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 166-167L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 168-169L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 170-171L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 172-173L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 174-175L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 176-177L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 178-179L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 180-181L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 182-183L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 184-185L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 186-187L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 188-189L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 190-191L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 192-193L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 194-195L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 196-197L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 198-199L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 200-201L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 202-203L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 204-205L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 206-207L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 208-209L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 210-211L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 212-213L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 214-215L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 216-217L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 218-219L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 220-221L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 222-223L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 224-225L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 226-227L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 228-229L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 230-231L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 232-233L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 234-235L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 236-237L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 238-239L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 240-241L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 242-243L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 244-245L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 246-247L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 248-249L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 250-251L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 252-253L'Ordinateur Individuel numéro 45 février 1983 Page 254