L'Ordinateur Individuel n°141 jui/aoû 2002
L'Ordinateur Individuel n°141 jui/aoû 2002
  • Prix facial : 4,20 €

  • Parution : n°141 de jui/aoû 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Groupe Tests

  • Format : (202 x 278) mm

  • Nombre de pages : 224

  • Taille du fichier PDF : 441 Mo

  • Dans ce numéro : spécial futur... vos 20 prochaines années high-tech.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
Mono Fourlv/REA Dossier  : Spécial futurL.)Eiriè 10, i ri Six technologies qui peuvent tout changer La programmation sans bug L'instabilité des logiciels actuels est l'un des plus grands freins aux progrès de l'informatique. Pas étonnant que les chercheurs s'efforcent de trouver des algorithmes imperméables à tout plantage ! L'objectif  : un logiciel 100% fiable Une erreur cachée dans les milliers de lignes de code d'un programme peut suffire à provoquer une catastrophe. Le 4 juin 1996, une défaillance du logiciel de contrôle du vol d'Ariane 5 avait contraint à faire exploser la fusée en plein ciel. Pour éradiquer l'erreur, les chercheurs mettent au point des outils de programmation qui tolèrent un bug et le corrigent automatiquement. Des théoriciens envisagent même de développer un langage informatique dont la syntaxe rendrait impossible l'existence de la moindre erreur. Les applications  : voiture automatique, avion sans pilote... Vous conduisez votre voiture sur l'autoroute en lisant tranquillement votre journal. Inutile de tenir le volant  : un pilote automatique surveille votre vitesse, le tracé de la route et la position des autres véhicules. L'expérience a déjà été tentée aux Etats- Unis par une équipe de l'université de Carnegie Mellon. Mais avant de laisser l'ordinateur de bord piloter seul une voiture ou un avion, mieux vaut être convaincu qu'il ne commettra jamais d'erreur d'appréciation, ou ne se bloquera pas sans prévenir. Cette exigence de fiabilité est cruciale pour le développement de nombreuses applications. Ainsi, au cours d'une opération chirurgicale à distance, le logiciel du bras robotisé qui tiendra le scalpel n'aura pas le droit d'interpréter une commande de travers ou de tomber en panne ! Les obstacles  : on n'est pas sûr que ce soit possible ! En France, en Israël et aux Etats- Unis, des chercheurs ont mis au point des algorithmes capables d'assimiler un bug sans se bloquer ni générer d'erreur. C'est la méthode dite de l'autostabilisation. « Même si le logiciel rencontre une anomalie, il reviendra tout seul vers un état stable  : l'erreur sera automatiquement éliminée », explique Christophe Genolini, chercheur au Laboratoire de recherche informatique de l'université Paris-Sud à Orsay. Le principal terrain d'application >Grâce à des algorithmes mathématiques, les ingénieurs des sociétés Clearsy et Steria ont testé la fiabilité du logiciel de pilotage automatique du métro parisien Météor. Résultat  : en quatre ans, aucun bug n'a encore été signalé parmi les 100000 lignes de code du programme. est celui des réseaux, où l'erreur d'un ordinateur peut se propager et faire planter en cascade les machines qui y sont reliées. Prenez une imprimante partagée par plusieurs PC en réseau. Lorsqu'une impression est lancée par l'un d'eux, un message alerte les autres PC pour réclamer l'accès au périphérique. Si un bug entraîne un ordinateur à lancer une impression alors qu'un autre PC fait de même, une panne peut survenir. L'intérêt des algorithmes d'autostabilisation est qu'ils éliminent dans ce cas les messages en doublon. Toutefois, ces algorithmes ne sont actuellement exploitables que sur des réseaux arborant une structure particulière, en forme d'arbre ou d'anneau. Autrement dit, ils ne peuvent encore s'appliquer à votre réseau local domestique ou à celui de votre entreprise. L'alternative des industriels pour remédier à ce type de situation reste la présence d'une mémoire tampon au sein de l'imprimante, qui met les documents des diffé- wwvv.oinet.com l'Ordinateur individuel - 94 -N°141 -Juillet-août 2002 rents PC en file d'attente. Cela réduit les risques de bug, mais ne les élimine pas totalement. D'ailleurs, certains chercheurs estiment que l'on continuera longtemps à corriger plutôt qu'à prévenir les défauts. « N'importe quel programmeur sait qu'il est impossible de concevoir un logiciel complexe sans aucun bug », estime Andy Gordon, chercheur au laboratoire R&D de Microsoft. De fait, chercher et trouver la petite bête au sein des millions de lignes de code d'un programme comme Windows exige un travail de fourmi et un investissement de taille. Calendrier >Christophe Genolini, spécialiste de la théorie d'autostabilisation des logiciels au Laboratoire de recherche informatique de l'université Paris-Sud à Orsay. Des programmes de vérification automatique ir identifieront tous les bu&s grâce à des scenanos de panne préétablis. Sur un téléphone mobile ou une carte à puce, des petits modules logiciels deviennent sûrs à 100%.
Six technologies qui peuvent tout changer Le suivi médical à distance Equipez de capteurs un cardiaque ou un dialysé. Reliez-les par radio à l'hôpital qui le suit. Au moindre symptôme défavorable, le médecin pourra intervenir. Nous n'en sommes pas loin. L'objectif  : sauver des vies Demain, les progrès de la télémédecine devront permettre à une personne malade ou convalescente de quitter l'hôpital, tout en restant sous surveillance thérapeutique constante. Il s'agit d'automatiser certains examens médicaux pour les effectuer à distance et sans l'intervention d'un praticien, donc plus souvent. Une fréquence qui devrait permettre de détecter plus rapidement toute crise ou symptôme inquiétant chez le patient ; le médecin, alerté, prenant ensuite le relais pour préconiser des soins à distance ou demander une hospitalisation d'urgence. Les applications  : pacemakers télémétriques, secours aux soldats blessés... Aujourd'hui, un opéré du coeur doit se rendre à l'hôpital plusieurs fois par an pour effectuer un check-up. Et ces fréquents examens n'éloignent pas complètement le risque d'une soudaine défaillance cardiaque. Cette situation est amenée à disparaître. Demain, des capteurs sans fil glissés dans les vêtements transmettront quotidiennement un minibilan du patient. Ce contrôle permettra au praticien de détecter toute anomalie et de donner l'alerte. La société allemande Biotronik vient ainsi de mettre au point un pacemaker qui envoie, par ondes radio, des informations sur le rythme cardiaque et la pression sanguine. L'appareil a été implanté en avril dernier, en Italie, sur un patient de 63 ans victime de plusieurs crises cardiaques. Une expérience prometteuse. Dans quelques années, nous pourrons peut-être nous connecter à Internet et, grâce à une batterie de capteurs, effectuer un bilan de santé. Il est déjà question d'équiper les militaires de sondes de diagnostic par radio. Blessés au combat, ils pourraient recevoir immédiatement les conseils adaptés à leur état ! L'obstacle  : les habitudes des médecins On croit souvent que surveiller le fonctionnement des organes humains nécessite un appareillage médical de haute technologie. A tort. Selon Norbert Noury, chercheur à l'institut d'informatique et de mathématiques appliquées de l'Université Joseph Fourier de Grenoble, la plupart des appareils sont déjà au point. « On dispose déjà d'appareils numériques, optiques ou à base d'électrodes, pour mesurer le pouls et la pression artérielle. Indolores, ils se collent sur la peau au niveau du poignet ou de l'abdomen », explique le tee, Le pacemaker Philos, de Biotronik, envoie des informations sur le rythme cardiaque par ondes radio. scientifique. Avec l'aide de Vincent Rialle, son collaborateur, Norbert Noury a aménagé un appartement expérimental d'environ 50 m2, équipé d'une quantité de capteurs permettant de relever des informations sur l'état physiologique et le comportement des patients. « Des capteurs de poids permettent de vérifier jour après jour si un dialysé, malade des reins, ne fait pas de rétention d'eau », commente le chercheur. Le médecin pourra également recueillir des données comportementales à chaque fois qu'un patient ne donne pas d'indications suffisamment précises sur son alimentation ou son sommeil. Il suffit par exemple de placer des accéléromètres dans ses vêtements pour détecter s'il est en position debout ou couchée, s'il marche ou court, bref, s'il se dépense physiquement ou non. Mais si la technologie est presque au point, reste à convaincre les professionnels de Calendrier le- Tous les deux chercheurs à l'université Joseph Founer de Grenoble, NUI ber t Noury (a gauche) et Vincent Rialle (à droite) ont équipé un appartement d'appareils permettant un suivi médical à distance. santé d'en faire usage. La plupart d'entre eux considèrent en effet que l'échange verbal et la palpation, au cœur de la pratique médicale, sont un élément irremplaçable de l'auscultation. « Aujourd'hui, de nombreux soins ne sont assurés qu'à l'hôpital. Demain, ces actes se déplaceront vers le patient. Ce sera une révolution culturelle pour le corps médical », admet Norbert Noury. les pacemakers seront équipés d'un émetteur capable de transmettre instantanément un bilan cardiaque du patient. des appareils de suivi médical seront insérés dans les vêtements ou dissimulés dans le mobilier. les tenues de combat des soldats pourront détecter une blessure et en indiquer immédiatement la nature. l'Ordinateur individuel - 95 -N°141 -Juillet-août 2002 www.Olnet.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 1L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 2-3L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 4-5L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 6-7L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 8-9L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 10-11L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 12-13L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 14-15L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 16-17L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 18-19L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 20-21L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 22-23L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 24-25L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 26-27L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 28-29L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 30-31L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 32-33L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 34-35L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 36-37L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 38-39L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 40-41L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 42-43L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 44-45L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 46-47L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 48-49L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 50-51L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 52-53L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 54-55L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 56-57L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 58-59L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 60-61L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 62-63L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 64-65L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 66-67L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 68-69L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 70-71L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 72-73L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 74-75L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 76-77L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 78-79L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 80-81L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 82-83L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 84-85L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 86-87L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 88-89L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 90-91L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 92-93L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 94-95L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 96-97L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 98-99L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 100-101L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 102-103L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 104-105L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 106-107L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 108-109L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 110-111L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 112-113L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 114-115L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 116-117L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 118-119L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 120-121L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 122-123L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 124-125L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 126-127L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 128-129L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 130-131L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 132-133L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 134-135L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 136-137L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 138-139L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 140-141L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 142-143L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 144-145L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 146-147L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 148-149L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 150-151L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 152-153L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 154-155L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 156-157L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 158-159L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 160-161L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 162-163L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 164-165L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 166-167L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 168-169L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 170-171L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 172-173L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 174-175L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 176-177L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 178-179L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 180-181L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 182-183L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 184-185L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 186-187L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 188-189L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 190-191L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 192-193L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 194-195L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 196-197L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 198-199L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 200-201L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 202-203L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 204-205L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 206-207L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 208-209L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 210-211L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 212-213L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 214-215L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 216-217L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 218-219L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 220-221L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 222-223L'Ordinateur Individuel numéro 141 jui/aoû 2002 Page 224