L'Ordinateur Individuel n°139 mai 2002
L'Ordinateur Individuel n°139 mai 2002
  • Prix facial : 3,80 €

  • Parution : n°139 de mai 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Groupe Tests

  • Format : (202 x 278) mm

  • Nombre de pages : 260

  • Taille du fichier PDF : 216 Mo

  • Dans ce numéro : le spam, ça suffit !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 202 - 203  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
202 203
Comment ça marche... Du SMS au MMS  : sons et images sur un mobile Les messages échangés entre mobiles commencent à s'enrichir d'images, de sons, d'animations, en attendant la vidéo et les pièces jointes. Entre 15 et 20 milliards de messages SMS (Short Message Service) sont échangés chaque mois sur la planète. A côté du WAP, qui déçoit, du GPRS, qui tarde à s'imposer, et de l'UMTS, que l'on espère, ces petits messages remportent un grand succès, malgré leur limitation à 160 caractères et le clavier peu pratique des mobiles. Constructeurs et opérateurs entendent profiter au mieux de cette opportunité. Déjà payants, les SMS serviront bientôt à envoyer des informations surtaxées, un peu à la manière du kiosque Minitel  : des numéros spéciaux, communs à tous les opérateurs, permettront de recevoir des actualités boursières ou de voter lors de jeux télévisés. Techniquement, les SMS seront améliorés. Nokia a commencé avec son Smart Messaging, un système de SMS évolué capable de transférer quelques mélodies et des logos simplifiés. Hélas, le leader du GSM a défini ses propres spécifications, et l'échange de ces messages enrichis n'est possible qu'entre mobiles Nokia. Et encore, pas entre tous les modèles. Alcatel, Ericsson, Motorola et Siemens se sont entendus autour d'une autre évolution du SMS  : l'EMS (Enhanced Messaging Service). Celui-ci permet d'échanger des textes plus longs et de > > › Du texte seul aux animations Alors qu'un SMS n'est constitué que d'un texte et d'un en-tête, un message EMS se compose de plusieurs parties. Et les futurs MMS forment un ensemble complexe d'éléments multimédias. EMS  : un SMS illustré Les messages EMS utilisent les mêmes voies que les actuels SMS et ne nécessitent que très peu de modifications au sein des réseaux. Le mobile émetteur Il permet d'inclure dans le message des images, des sons et des animations rudimentaires. Celles-ci sont en fait déjà présentes dans la mémoire du téléphone récepteur. Tous les mobiles compatibles EMS n'offrent pas les mêmes possibilités, et Nokia a son propre système. Les messages dépassant 160 caractères (la limite d'un SMS) sont divisés en plusieurs messages afin de pouvoir être lus par un mobile classique. MMS  : un message multimédia Le mobile récepteur Sur un mobile EMS, le message long est affiché d'un seul tenant et doit éventuellement être déroulé à l'écran. L'image est affichée et la séquence sonore diffusée. L'animation prédéfinie apparaît. Sur un mobile classique, on ne voit que le texte. Et si ce dernier dépasse 160 caractères, le mobile reçoit plusieurs SMS successifs. Reposant sur les protocoles du WAP, les messages MMS permettront d'échanger des photos et même des vidéos. Mais il faudra attendre 2005 pour en profiter. Un texte enrichi ùe fichiers son, vidéo... Comme un mail, un message MMS est un texte enrichi de pièces jointes. On peut inclure une image, une photo ou une animation. Un MMS est écrit avec le langage WML, évolution du HTML adaptée au WAP. Le texte contient des codes pour la mise en page ainsi que des liens vers les éléments multimédias inclus. Ces liens ne sont rien d'autre que des adresses URL, comme celles d'une page Web, et peuvent aussi pointer vers des pages WAP, donc des éléments extérieurs au message. www.Oinet.com l'Ordinateur individuel -200-N°139 -Mai 2002 Un réseau à très haut débit Pour supporter une messagerie MMS, le débit du GPRS est tout juste suffisant. Les MMS nécessitent donc des réseaux à très haut débit, comme l'UMTS.
Trois organisations différentes du message Les SMS ne peuvent transporter que du texte. Avec une structure très proche, les EMS intègrent des images et des sons, mais de qualité médiocre. Bien plus évolués, les MMS peuvent contenir n'importe quel type de fichier. >Les SMS Un message SMS comprend tCTERES trois zones de données. En-tête Texte du message L'en-tête contient les numéros de téléphone du destinataire et de l'émetteur, ainsi que la date et l'heure de l'envoi. La deuxième zone contient le texte, d'un volume de 140 octets au maximum, soit 160 caractères puisque chacun d'eux est codé sur 7 bits et non sur 1 octet (8 bits). Une troisième zone, optionnelle, a été prévue, mais reste inutilisée dans un SMS. >Les EMS Entre l'en-tête et le texte se glissent un son, une image et une animation prédéfinie. Celle-ci n'est qu'un numéro, qui déclenche l'animation que le mobile destinataire trouve dans sa mémoire. En-tête tes MMS Animation Texte du message Entièrement différents des SMS et des EMS, les MMS sont des pages multimédias composées avec un langage de programmation, comme les e-mails. Ils contiennent plusieurs fichiers joints. En-tete Texte du message Image vidéo Musique I iii1111111) illin 1111 P « iiiiiilli/Et si on profitait du week-end pour faire du vol à voile ? Un SMS est un message très simple  : 11 ne contient que du texte. ek-en pour faire I vol à voile ? Un EMS est un message amélioré  : il inclut des sons, et des images rudimentaires. Un MMS est un « e-mail » très élaboré  : il contient des fichiers joints de toute nature. Des messages que l'on peut échanger avec les PC Un message MMS pourra être envoyé à un PC, qui le recevra comme un e-mail. Techniquement, il y a bien compatibilité entre ces deux types de messages écrits, puisque les MMS sont composés en WML, un langage proche du HTML. De même, un PC pourra expédier un MMS par courrier électronique. Une communication possible entre GSM, GPRS, et UMTS SMS, EMS et MMS coexisteront longtemps. Une compatibilité « descendante » sera donc assurée entre les trois, ainsi qu'entre réseaux différents (GSM, GPRS, UMTS...). Un mobile haut de gamme pourra expédier un classique SMS à un simple mobile GSM, qui devra pouvoir recevoir un message EMS purgé de ses effets graphiques ou sonores. l'Ordinateur individuel -201-N°139-Mai 2002 A quoi ça sert ? Le succès des SMS donne des idées commerciales aux opérateurs. Leurs évolutions techniques vers l'EMS et le MMS inspirent bien d'autres applications. Envoi d'images Dans un message MMS, il est possible j d'envoyer une photo numérique au format JPEG ou GIF. Le 7650, de Nokia, possède son propre appareil photo, mais on peut imaginer établir une connexion entre le mobile et l'appareil photo. Diaporamas A condition que le principe soit standardisé, des messages MMS pourraient transmettre des présentations animées du type de celles réalisées sur ordinateur à l'aide d'un logiciel comme Power- Point, de Microsoft. Un outil spécifique, SMIL, permet de réaliser ce genre d'animations. Services en tout genre Pour les informations boursières et l'actualité, il existe déjà des services de SMS, mais sans tarification spéciale. Bientôt, si l'utilisateur accepte de payer des SMS surtaxés, il pourra recevoir toutes sortes d'informations sur son mobile. Plus tard, avec la transmission d'images permise par les MMS, il pourra voir le graphique d'une analyse financière ou, pendant un match de foot, les images de chaque but. Vidéo en streaming On peut envisager qu'un message MMS serve à diffuser une vidéo en streaming, c'est-àdire sans qu'elle soit téléchargée sur le mobile. Dans ce cas, le message ne serait pas mémorisé puis affiché. On aurait donc un MMS très long, contenant une vidéo qui serait visualisée au fur et à mesure qu'elle est reçue. Association avec les e-mails Consulter ses e- mails sur l'écran de son mobile, ou recevoir ses MMS dans sa boîte aux lettres électronique et les exploiter sur son PC  : deux des possibilités des futurs messages écrits. www.01 n et.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 1L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 2-3L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 4-5L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 6-7L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 8-9L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 10-11L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 12-13L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 14-15L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 16-17L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 18-19L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 20-21L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 22-23L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 24-25L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 26-27L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 28-29L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 30-31L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 32-33L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 34-35L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 36-37L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 38-39L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 40-41L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 42-43L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 44-45L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 46-47L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 48-49L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 50-51L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 52-53L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 54-55L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 56-57L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 58-59L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 60-61L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 62-63L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 64-65L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 66-67L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 68-69L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 70-71L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 72-73L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 74-75L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 76-77L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 78-79L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 80-81L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 82-83L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 84-85L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 86-87L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 88-89L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 90-91L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 92-93L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 94-95L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 96-97L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 98-99L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 100-101L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 102-103L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 104-105L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 106-107L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 108-109L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 110-111L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 112-113L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 114-115L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 116-117L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 118-119L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 120-121L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 122-123L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 124-125L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 126-127L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 128-129L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 130-131L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 132-133L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 134-135L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 136-137L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 138-139L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 140-141L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 142-143L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 144-145L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 146-147L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 148-149L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 150-151L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 152-153L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 154-155L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 156-157L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 158-159L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 160-161L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 162-163L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 164-165L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 166-167L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 168-169L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 170-171L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 172-173L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 174-175L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 176-177L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 178-179L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 180-181L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 182-183L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 184-185L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 186-187L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 188-189L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 190-191L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 192-193L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 194-195L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 196-197L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 198-199L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 200-201L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 202-203L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 204-205L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 206-207L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 208-209L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 210-211L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 212-213L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 214-215L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 216-217L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 218-219L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 220-221L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 222-223L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 224-225L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 226-227L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 228-229L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 230-231L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 232-233L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 234-235L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 236-237L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 238-239L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 240-241L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 242-243L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 244-245L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 246-247L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 248-249L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 250-251L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 252-253L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 254-255L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 256-257L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 258-259L'Ordinateur Individuel numéro 139 mai 2002 Page 260