L'Ordinateur Individuel n°135 janvier 2002
L'Ordinateur Individuel n°135 janvier 2002
  • Prix facial : 25 F

  • Parution : n°135 de janvier 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Groupe Tests

  • Format : (202 x 278) mm

  • Nombre de pages : 272

  • Taille du fichier PDF : 225 Mo

  • Dans ce numéro : les 100 meilleurs logiciels gratuits.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 218 - 219  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
218 219
Comment ça marche... effectivement d'accroître la bande passante disponible pour les internautes. Mais leur généralisation provoque une augmentation de la demande de débit. Ce sont alors les serveurs des fournisseurs d'accès et des sites qui risquent de ne plus suivre. Agrandir les « tuyaux » ne suffit pas. Il faut revenir, rien de moins, sur les principes de bases d'Internet. Un véritable « réseau de réseaux » A l'origine, Internet a été pensé comme un « réseau de réseaux ». Installés à l'échelle d'un campus, d'une ville, d'une région ou d'un pays, des réseaux indépendants sont interconnectés par des routeurs (des ordinateurs installés chez les opérateurs de télécommunications). Quand un site Web expédie une page à un internaute, il lui adjoint l'adresse du destinataire. Le message chemine alors de routeur en routeur. Chacun d'eux lit l'adresse, puis transmet le message dans la bonne direction. C'est le principe du protocole TCP/IP. Grâce à lui, la structure du réseau mondial n'a aucune importance. Les positions géographiques respectives d'un ordinateur et du site sur lequel il se connecte n'influent pas sur la qualité de la transmission ni sur le délai (dans les fibres optiques, l'information voyage à la vitesse de la lumière). Les distances sont abolies. Mais tout cela n'est vrai qu'en théorie. Depuis longtemps, il a fallu ajouter des voies rapides sur des itinéraires très empruntés devant supporter des débits importants. Quant à la distance, elle influe tout de même sur les temps de transmission car les routeurs n'aiguillent pas les messages instantanément et ils peuvent en outre se trouver saturés. Pour parcourir une longue distance, les données doivent traverser de nombreux routeurs, ce qui finit par allonger le voyage. Une solution de fortune a été mise en place : rapprocher l'information de l'internaute dans des serveurs caches (équivalents des mémoires caches des ordinateurs), appelés proxy et instal- Un peu d'intelligence dans le réseau Après les « voies privées » d'Akamaï, l'évolution future viendra sans doute d'une amélioration des réseaux Internet, appelée CDN. Chacun des serveurs calculera les meilleurs itinéraires en fonction de l'état du trafic, mais aussi de la nature même des informations transmises. Une étape indispensable, notamment pour acheminer les vidéos sans à-coups. lés par des fournisseurs d'accès. Les pages les plus fréquemment demandées y sont stockées. L'internaute peut configurer son navigateur pour qu'il consulte d'abord le proxy. Si la page à charger s'y trouve déjà, elle lui NeW "111111111111111111 Contourner les tronçons embouteillés Chaque routeur communique avec les autres et quand il est averti qu'un tronçon est saturé (rouge), il l'évite. Le flux vidéo prendrait trop de retard s'il empruntait cette voie, et il est donc aiguillé vers un autre routeur. Le chemin sera plus long, mais plus rapide. Le protocole (codage des informations) utilisé sur Internet (TCP/IP) n'est pas du tout adapté à la vidéo. En mode TCP/IP, les données sont tronçonnées en multiples « paquets » qui voyagent indépendamment. Si l'un d'eux se perd en route, le destinataire (l'ordinateur de l'internaute ou un routeur) redemande obstinément son envoi jusqu'à ce qu'il le reçoive. Dans le cas de la transmission d'une vidéo, cette insistance peut se révéler catastrophique puisqu'une image risque Calculer le meilleur itinéraire Chaque routeur de ce réseau « intelligent », ou CDN, collecte des informations pour calculer le meilleur itinéraire (bleu). Il tient compte du contenu (ici, de la vidéo en direct) et de l'état du réseau (saturations des autres serveurs, engorgement des voies de communications, lignes indisponibles). Pour la vidéo, un protocole spécial Un nouveau mode de transfert des données, spécialement adapté au flux vidéo, commence à se mettre en place sur Internet. parviendra plus vite. Cette idée a été poussée plus loin par une société américaine, Akamaï, créée par des chercheurs, spécialistes d'Internet. Akamaï propose de dupliquer sur ses propres serveurs caches non pas seule- www.oinet.com l'Ordinateur individuel-216 -N°135 - Janvier 2002 d'arriver après la suivante, perturbant ainsi le déroulement du film. Un autre protocole, UDP, est en général utilisé, consistant à regrouper les paquets entre eux, mais ce genre de « bricolage » manque de fiabilité. Dans l'Internet du futur, les serveurs du réseau reconnaîtront eux-mêmes qu'il s'agit de vidéo et adapteront leur calcul d'itinéraire en conséquence, par exemple en donnant une priorité haute à l'information et en la transmettant selon un flux continue. ment les pages les plus demandées, mais tout ou partie des sites qui paient pour ce service. Si un internaute veut consulter l'un de ces sites, la page qu'il a devant les yeux lui vient non pas du site originel, mais du serveur Aka-
Tenir compte du réseau tout entier Aucun routeur ne prend une décision définitive. Il ajoute des éléments de réponse aux informations dont il dispose. Ici, le flux vidéo pourra utiliser plusieurs routeurs servant aussi de mémoire cache pour « lisser » le flux vidéo, au plus près de l'internaute. maï le plus proche. Mieux encore, les serveurs d'Akamaï communiquent entre eux pour se tenir au courant de l'état du réseau et du trafic. Quand une page transite par l'un d'eux, il calcule le meilleur itinéraire pos- Choisir toujours le cache le plus efficace Lequel des trois caches enverra la vidéo ? Celui qui, au moment de l'envoi, sera le moins occupé et qui disposera des lignes les moins chargées. Dans quelques secondes, ce sera peut-être un des deux autres caches. Ainsi, l'itinéraire s'adapte en permanence au trafic. sible. Pour que ce principe soit convenablement appliqué, il faut que le nombre de serveurs caches soit suffisant. Akamaï en a déployé... 13 000 à travers le monde ! En revanche, pour les relier entre eux, cette start-up ne En fonction de la nature des données (vidéo ou pages Web), le mode d'acheminement peut varier. Pour être transmise sans interruption, la vidéo doit avoir priorité sur les autres informations. possède aucun « tuyau ». Elle achète de la bande passante (c'est-à-dire l'autorisation d'un certain trafic) aux opérateurs de télécommunications. Pour abriter ses serveurs, Akamaï n'a besoin d'aucun bâtiment : Glossaire CDN Les CDN (Content Delivery Networks) sont des réseaux inclus dans Internet, dèstinés à délivrer des données avec une grande qualité de service, quel que soit leur type. Un CDN doit pouvoir fournir en flux continu de la vidéo, des émissions sonores (radios sur Internet) ou des pages Web complexes. Internet 2 Créé entre 1995 et 1997 par une soixantaine d'universités américaines (il en compte aujourd'hui 180), ce projet pilote d'une deuxième génération d'Internet utilise de très hauts débits (mesurés en gigabits/s). Ses principes de base (contenus de priorités différentes, adresses collectives) s'orientent vers la qualité de service plutôt que sur le transport pur, comme le Web actuel. IPv6 Nouvelle version du protocole d'Internet (TCP/IP), actuellement IPv4. IPv6, qui n'est pas encore généralisé, apporte une énorme réserve d'adresses possibles (3,4 x 1038). Et de nombreuses fonctionnalités nouvelles : adresses collectives pour la diffusion vers un groupe d'internautes, adresse fixe pour un ordinateur même si celui-ci est déplacé, niveaux de priorité différents selon le contenu transmis, simplification du protocole pour accélérer la transmission, etc. Paquets Egalement appelés datagrammes. Sur Internet, les données sont découpées en paquets de longueur variable (en moyenne 1 500 octets). Ils contiennent les données ellesmêmes et un en-tête donnant des informations utiles (par exemple, l'adresse du destinataire). Une même page Web sera donc transmise par un grand nombre de paquets voyageant séparément. Routeur Installés pour la plupart chez les opérateurs de télécommunications et connectés les uns aux autres, ils constituent la trame d'Internet. Dans chaque paquet de données qui le traverse, le routeur lit l'adresse de destination et choisit celui à qui il le transmettra. Il peut aussi le découper pour en créer plusieurs de tailles plus petites. Les plus simples prennent la forme de racks. Mais au sein d'Internet, certains sont de puissants ordinateurs multiprocesseurs. Le Cisco 12016 peut ainsi manipuler 320 gigabits/s et aiguiller soixante millions de paquets par seconde. l'Ordinateur individuel - 217 -N°135 -Janvier 2002 www.Olnet.com Infographies Art Presse



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 1L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 2-3L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 4-5L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 6-7L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 8-9L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 10-11L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 12-13L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 14-15L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 16-17L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 18-19L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 20-21L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 22-23L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 24-25L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 26-27L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 28-29L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 30-31L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 32-33L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 34-35L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 36-37L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 38-39L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 40-41L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 42-43L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 44-45L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 46-47L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 48-49L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 50-51L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 52-53L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 54-55L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 56-57L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 58-59L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 60-61L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 62-63L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 64-65L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 66-67L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 68-69L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 70-71L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 72-73L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 74-75L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 76-77L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 78-79L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 80-81L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 82-83L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 84-85L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 86-87L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 88-89L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 90-91L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 92-93L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 94-95L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 96-97L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 98-99L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 100-101L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 102-103L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 104-105L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 106-107L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 108-109L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 110-111L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 112-113L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 114-115L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 116-117L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 118-119L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 120-121L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 122-123L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 124-125L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 126-127L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 128-129L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 130-131L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 132-133L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 134-135L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 136-137L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 138-139L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 140-141L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 142-143L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 144-145L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 146-147L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 148-149L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 150-151L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 152-153L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 154-155L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 156-157L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 158-159L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 160-161L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 162-163L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 164-165L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 166-167L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 168-169L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 170-171L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 172-173L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 174-175L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 176-177L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 178-179L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 180-181L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 182-183L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 184-185L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 186-187L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 188-189L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 190-191L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 192-193L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 194-195L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 196-197L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 198-199L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 200-201L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 202-203L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 204-205L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 206-207L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 208-209L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 210-211L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 212-213L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 214-215L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 216-217L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 218-219L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 220-221L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 222-223L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 224-225L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 226-227L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 228-229L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 230-231L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 232-233L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 234-235L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 236-237L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 238-239L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 240-241L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 242-243L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 244-245L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 246-247L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 248-249L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 250-251L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 252-253L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 254-255L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 256-257L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 258-259L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 260-261L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 262-263L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 264-265L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 266-267L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 268-269L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 270-271L'Ordinateur Individuel numéro 135 janvier 2002 Page 272