L'Illustration n°4943 27 nov 1937
L'Illustration n°4943 27 nov 1937
  • Prix facial : 5,50 F

  • Parution : n°4943 de 27 nov 1937

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Jacques-Julien Dubochet

  • Format : (275 x 371) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 61,4 Mo

  • Dans ce numéro : l'apothéose lumineuse des chateaux de France.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
348 — No 4943 L'ILLUSTRATION NOV NUIRE 1937 A la sûreté : M. Mondanel, inspecteur général de la police criminelle, lisant un communiqué aux journalistes. Assis, M. Moitessier, directeur de la sûreté. Caisses de grenades, fusils-mitrailleurs et bouteilles remplies de cartouches trouvées dans la villa de Villemomble. Photographies Keystone, Nyt, Saha. sieurs personnes, S'il y a eu proposition f ait' , ou non agréée de former un complot pour arriver aux crimes mentionnés dans les art ides St; et S7, celui qui aura fait une telle proposition sera puni (l'un emprisonnement d'un an in cinq ans. Lu coupable pourra., de plus, être interdit en tout ou en partie des droits mentionnés en l'article 12 (droits civiques, civils et (le famille). Des articles 86 et N7 visés par le texte précédent, l'article 86, modifié le 10 juin 1853 et concernant l'attentat contre la personne de l'empereur ou la flottille impériale, ne s'applique point. au président (le la République et ne peut être retenu ici. Seul doit donc être considéré l'article 87 réprimant « l'attentat dont le but est de détruire ou de changer le gouvernement. ». Mais il est un autre texte pénal, l'article 91, visant l'attentat, dont le but sera soit (l'exciter n la. guerre civile, en armant ou en portant les citoyens ou habitants à s'armer les uns contre les autres, soit de porter la dévastation, le massacre et le pillage dans une ou plusieurs communes. Les auteurs de tels attentat~ sont punis (le mort. Quant aux auteurs de complot — car, ici, il y a la même distinction juridique entre l'attentat et le complot — ils sont punis suivant les modalités de l'article 89 précité. Quelle est, ici et In, la, juridiction vomi q'tunte ? La loi constitutionnelle du 16 juillet 1875, en son article 12, décide que le Sénat peut être constitué en cour de justice par un décret du président de la République, rendu en conseil des ministres, pour juger toute personne prévenue d'attentat commis contre la sûreté de l'État. Mais la cour d'assises n'en reste pas moins en principe la juridiction de droit commun pour tous les crimes. Si le chef de l'Etat ne prend pas de décret contraire, elle peut donc juger s auteurs d'un complot. Pour que se justifie l'inculpation de complot il faut, bien entendu, des éléments (l'accusation précis. LA FÊTE DU TRONE A CASABLANCA !Voir notre gravure de première page.) La cominéintiration de l'anniversaire de l'accession au trône, en 1927, du sultan du Maroc, appelée fête (lu Trône, a été célébrée avec enthousiasme dons tout le protectorat. Elle a donné lieu à Casablanca, où se trouvait. Sa Majesté Chérifienne, à (les manifestations fort imposantes. Après avoir reçu, dans la matinée du 19 novembre, les hommages des délégations marocaines, puis les Chorfas et les membres (le la famille impériale qui lui présentèrent leurs voeux, le sultan accueillit solennellement le résident général Noguès, qu'accompagnaient le général François, les directeurs des grands services du protectorat, le contre-amiral Derrien, commandant la marine au Maroc, et les autorités civiles et militaires. Au cours de cette cérémonie, le général Noguès remit, au petit prince héritier Moulay Hassan le cordon de grand-croix du Ouissam Alaouite. De son côté, le sultan remettait le même cordon de grand-croix du même ordre au procureur général Bonelli et la plaque de grand officier à l'amiral Derrien ainsi qu'au directeur des affaires économiques, M. Lefèvre. UNE GRANDE SEMAINE POLONAISE A PARIS D'Mégatil es chambrées parisiennes ont assisté, au th( aire Mogador, aux représentations (les Bfdlets polonais, qui furent la dernière manifestation artistique internationale (le l'Exposition. Le ballet s'enorgueillit, en Pologne, d'une longue et glorieuse tradition. Les ballets impériaux russes n'ont. cessé de puiser dans le réservoir polonais leurs meilleurs danseurs, connue les Nijinski. Les nouveaux ballets polonais, qui sont précisément dirigés par Mme Bronislava Nijinska, s'enrichissent des précieuses conquêtes chorégraphiques de ces dernières années. et il faut savoir gré au poète .1,01 ,echon, conseiller à l'ambassade de Pologne a Paris, (l'avoir pris l'initiative de les faire venir jusqu'à nous. A l'issue (le la première représentation, une granule réception fut donnée à l'hôtel de l'ambassade de Pologne par M. Jules Lukasiewicz, auprès de qui Hedtvige Buck, M'unie du ministre polonais des Affaires Or:Ingères, faisait les honneurs. Mme Beck est bien connue dans les milieux diplomatiques (l'Europe, M"''' H. Beck. qu'elle a conquis par son charme et par la ;loess(' de son esprit. Tout ce qui touche à la vin artistique lui est familier et elle a beaucoup contribué à faire connaître à l'étranger l'art (le son pays. Pendant sou our à Paris, elle a pris part ;tu déjeuner que l'ambassadeur a donné en l'honneur 'de M. Camille Chautemps et à la veille du voyage de M. \'von Delbos à Varsovie. • L'APOTHÉOSE LUMINEUSE DES VIEILLES PIERRES DE FRANCE Pelotons de gardes mobiles venant renforcer la surveillance au ministère de l'Intérieur. Faisant iminédiatenient suite à notre série d'images des cathédrales illuminées à l'occasion (le l'Exposition internationale, voici, aujourd'hui, une sélection (les châteaux (le France, choisis parmi les plus nobles et les plus riches (l'histoire. Au cours des pages qui vont suivre nos lecteurs dénombreront donc tout à loisir les palais dans lesquels, au cours des siècles, a été vécue l'histoire nationale. Des châteaux royaux à ceux (les grands féodaux, ils suivront le déroulement des époques. Kt, (lu même coup, ils éprouveront, tout comme pour les cathédrales, des impressions artistiques inattendues. Pierrefonds leur livrera un aspect nouveau de son mystère hautain. Le donjon de Vincennes traduira, avec ime force accrue, son caractère traditionnel de prison d'Etat. Valençay sera le joyau de lumière noyé dan,( son parc immense. Et la grande futaie de Versailles opposera le clair-obscur de ses teintes à l'éclat de la façade géométrique du palais. Photographies L. Borremans.
CHATEAUX DE FRANCE Façade sur les parterres d'eau. Le bassin de Latone et le Tapis-vert. Le château et le parc de Versailles. (XVIIe siècle.)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :