L'Illustration n°4941 13 nov 1937
L'Illustration n°4941 13 nov 1937
  • Prix facial : 5,50 F

  • Parution : n°4941 de 13 nov 1937

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Jacques-Julien Dubochet

  • Format : (275 x 371) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 58,8 Mo

  • Dans ce numéro : l'ouverture de la conférence de Bruxelles dans le palais des Académies.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
_ri y g - ---....., '-111 -' LI. ,.., ..., 1 . I e • 4.4,0. : PT \ . 4 c : S71/411 .1, "Item L nelte.gta_ LM 4 I, fil' ----THII› -••-.›.,,,,,., liiuni. MM --s-NN>i :Ta c 111: . 711• -} ce, c!la lara 11110»lb11 11E 71111 ile :11>e « Ire mir f:' 51 lital iell »MI fiemer. eill «m in val me Le grandhall d'entrée. Au fond, peinture décorative de Decaris. La porte monumentale. Grille et claustra en chêne massif. Tympan en bois sculpté de Le Bourgeois. /ri 11.1111111.111111111111111111111111111111W11 La grande salle de musique et de conférences. Lambris et portes en chêne massif. Plafond en panneaux de frêne dont l'alternance dissimule des réflecteurs électriques. Au fond, peinture de Decaris. Lustres en fer forgé de Gilbert Poillerat. LE PALAIS DU BOIS FRANÇAIS Le Même, archit.-décor.). — Photographies Che l'sinn. ....... • viu . •
DANS LE PALAIS DES CHEMINS DE FER LE DIORAMA c 'Esr dans un esprit très compréhensif des nécessités de la propagande touristique que les Grands Réseaux de Chemin de fer français ont conçu et réalisé le palais qui s'élève sur l'emplacement de la gare des Invalides. Entre autres documents remarquables, les visiteurs sont séduits par un diorama mobile établi sur plusieurs plans et présentant un caractère manifeste d'intérêt général, et non pas seulement d'intérêt ferroviaire. Ce diorama se compose très exactement de six plans successifs, le premier plan figurant un talus, le second les premiers éléments des paysages et les quatre derniers reproduisant les sites eux-mêmes. En outre, une toile de fond forme ciel, toile sur laquelle sont projetés des nuages. Le public prend place dans deux rames composées chacune de trois wagons. Ainsi le diorama doit être visible sur les deux faces latérales des rames. Par conséquent, et pour obtenir cette visibilité, le ciel et les systèmes d'éclairage sont dédoublés. L'ensemble de l'installation se développe sur 150 mètres de longueur. Si les toiles qui le composent étaient ajustées bout à bout, elles mesureraient plus de 900 mètres. Comme bien on pense, la réalisation de cet appareillage a exigé la solution de plusieurs problèmes délicats. Tout d'abord, il a fallu opérer un choix judicieux des sites à reproduire. Ce choix a exigé des auteurs du diorama un voyage à travers la France d'environ 15.000 kilo- Le quai d'embarquement pour le voyage symbolique à travers la France réalisé par le diorama mobile. mètres ainsi que de nombreuses prises de vues et de croquis. Le nombre total des paysages retenus étant de cinquante, il a été nécessaire de réussir une combinaison de ces paysages sur une bande continue. Au point de vue technique, les toiles les supportant étant fixées sur une machine mobile nécessairement mue par le bas, cela dans le but d'éviter aux spectateurs la vue du mécanisme en action, il convenait de leur assurer une rigidité absolue et d'éviter tout flottement. Mais, cette rigidité étant fonction elle-même du mode de traction la détermination de ce dernier a posé un autre problème auquel une solution rationnelle a été apportée par le choix d'un mécanisme de chaînes câblées. Un autre point malaisé à régler était celui du déroulement synchronisé des diverses toiles, lesquelles devaient être animées de mouvements de vitesses différentes, étant donné que pour un certain nombre d'entre elles leurs longueurs étaient différentes. Chaque plan est mû par un moteur, l'ensemble étant commandé par un système automatique avec réglage également automatique au moyen de relais placés aux deux extrémités de l'appareil. Quatre rampes lumineuses assurent l'éclairage sur chaque face du diorama. De ces quatre rampes, trois placées en haut éclairent les toiles, deux à la lumière blanche et une à la lumière bleue pour le ciel. De plus ce dernier reçoit un éclairage complémentaire par la quatrième rampe placée à sa base, celle-ci étant tri- Assis dans les compartiments, les voyageurs voient se dérouler les paysages les plus expressifs. Le site visible ici à travers la vitre est Château-Gaillard et la Seine aux Andelys Phntogrwplucl Steiner.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :