L'iF n°45 sep/oct/nov 2019
L'iF n°45 sep/oct/nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de sep/oct/nov 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : IGN

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 15,8 Mo

  • Dans ce numéro : stations forestières, les caractériser à partir des données écologiques de l'inventaire forestier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
LES DONNÉES COLLECTÉES SUR LE TERRAIN Les données écologiques mesurées sur la placette d’inventaire se divisent en quatre grandes catégories (figure 2). 1- La situation du point Réalisée sur 2000 m² (placette circulaire de 25 m de rayon), elle a pour but de rendre compte des contraintes physiques et d’ensoleillement de la placette. Les équipes mesurent la pente maximale, l’exposition et le masque 2. La position topographique générale est aussi renseignée, ainsi que la proximité et le dénivelé d’un élément hydrographique dans un rayon de 50 mètres. 2- Le relevé floristique Toutes les espèces végétales présentes sur la placette de 700 m² (placette circulaire de 15 m de rayon) sont déterminées. Leur abondance est renseignée en fonction de leur taux de recouvrement sur la placette avec une notation proche du coefficient d’abondance dominance de Braun-Blanquet. L’inventaire se réalisant tout au long de l’année, les relevés sont moins riches au cours de la période hivernale. Pour couvrir la totalité de la diversité floristique, chaque département est inventorié au fil des années à des périodes de végétations différentes. Une exception est faite pour les zones de montagne qui ne sont visitées qu’à la belle saison. 3- La description de l’humus L’observation de l’humus 3 se fait en plusieurs endroits de la placette de 700 m², afin d’estimer son homogénéité. Sa description se fait tout d’abord en renseignant l’épaisseur de chaque couche (litière nouvelle, vieillie, brisée, fragmentée et humifiée), puis en croisant ces informations à l’aide d’une clé de détermination pour identifier le type d’humus. 4- La description du sol Une fosse pédologique d’au moins 40 cm de profondeur est creusée à la pioche, puis un sondage à la tarière est réalisé jusqu’à 1m, lorsque cela est possible. Sur ce profil pédologique, les différentes caractéristiques du sol sont notées  : profondeur d’apparition de l’oxydation, du pseudogley, du gley ou de la carbonatation, charge en cailloux, nature des cailloux trouvés dans la fosse, et de la roche mère. La (ou les) texture(s) du sol est évaluée(s) au toucher et la profondeur de chacune est renseignée. Comme pour l’humus, le chef d’équipe utilise la combinaison de ces données pour qualifier le type de sol. 2 Hauteur angulaire en pourcent du faîte du versant opposé à la pente de la placette de 2000 m². 3 Couches de feuilles et/ou d’aiguilles se décomposant progressivement 4 L’IF N°45 - JUIN 2019 IGN Fig. 2 - Rayon de la placette d’observation des quatre catégories de données écologiques XX m²5 m 15 m 15 m 15 m Placette concernée Rayon de la placette en mètre Situation du point Relevé floristique Description de l'humus Description du sol
COMBINER LES DONNÉES POUR PRODUIRE DES INDICES PERTINENTS Les données prises sur le terrain sont consultables et téléchargeables gratuitement sur le site internet de l’inventaire forestier (encadré 1). Toutefois, prises individuellement, elles permettent difficilement de faire transparaître les différents types de fonctionnements forestiers. Certaines, comme les profondeurs d’apparition d’oxydation, de pseudogley et de gley sont indissociables, et d’autres, comme la texture et la proportion de cailloux, sont fortement complémentaires. Pour une analyse plus complète, des indices écologiques peuvent être calculés pour représenter des phénomènes particuliers  : topographie, rayonnement, hydromorphie, substrat géologique, texture, charge en cailloux, profondeur de sol, réserve utile, acidité du sol, niveau hydrique et trophique, etc. Au sein de l’inventaire forestier, ces indices sont actuellement utilisés à différents niveaux. Sur le terrain, les niveaux hydrique et trophique ainsi que l’altitude compensée sont calculés à la fin du levé pour permettre de vérifier la cohérence du relevé floristique, l’articulation des données écologiques entre elles, et aider à l’identification des habitats forestiers. Ultérieurement, tous ces indices sont mis à disposition lors de la vérification des données pour que la caractérisation du point soit facile et rapide. Ils sont aussi utilisés pour la documentation des résultats. Dans le cadre du suivi temporel des habitats par exemple, l’inventaire forestier est en mesure de décrire chaque type d’habitat inventorié avec les indices écologiques qui le caractérisent. Dans les fiches qui suivent, vous trouverez le détail des principaux indices utilisés pour identifier le type de station forestière  : l’hydromorphie des sols, leur texture, leur capacité de rétention en eau, la topographie de la placette et ses niveaux hydrique et trophique. Pour compléter ces fiches, une notice détaillant le calcul de chacun de ces indices est disponible sur le site internet de l’inventaire forestier (voir encadré 1). Il est ainsi possible de recalculer chacun de ces indices à partir des données brutes. Les seuils choisis et des données prises en compte peuvent alors être adaptés pour perfectionner chaque indice et les adapter aux besoins spécifiques d’un thème d’étude ou d’une région. ENCADRÉ 1  : MISE À DISPOSITION DES DONNÉES BRUTES ET DES INDICES ÉCOLOGIQUES Les données brutes de l’inventaire forestier, recueillies sur le terrain, sont mises à disposition sur le site de l’inventaire forestier, dans sa rubrique « Les services en ligne »  : inventaire-forestier.ign.fr/ ? rubrique159 Deux possibilités s’offrent à vous  : - Télécharger les fichiers de données. Toutes les campagnes d’inventaire depuis 2005 sont en ligne. - Interroger les cinq dernières campagnes d’inventaire pour visualiser rapidement et directement en ligne le résultat sur une carte. Il est également possible d’exporter le tableau de résultats dans un fichier (figure a). Fig. a - Outil d’interrogation, visualisation et exportation des données brutes À partir des données brutes, il est possible de calculer de nouvelles données, de créer des indices écologiques. Afin de vous permettre d’utiliser les sept indices écologiques présentés dans ce numéro de L’IF, ils ont été rassemblés dans un ensemble de fichiers téléchargeables sur la page dédiée à l’écologie forestière  : inventaire-forestier.ign.fr/ ? rubrique262 Par ailleurs, les données brutes utilisées dans le calcul de ces indices et la documentation associée y ont été compilées. Cela vous permettra si besoin de les adapter, en modifiant par exemple les seuils ou les données intégrées, et de répondre aux besoins spécifiques d’un thème d’étude ou d’une région. L’IF N°45 - JUIN 2019 IGN 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :