L'essentiel Luxembourg n°3285 20 déc 2021
L'essentiel Luxembourg n°3285 20 déc 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3285 de 20 déc 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 13,9 Mo

  • Dans ce numéro : le super-typhon Rai a tout fauché aux Philippines.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Sur mycar.lu, Paulo atrouvé sa vintage, en un clic ! l Et toi, tu cherches quoi ? ille mvcar.lu EASY FIN D. HAPPY DRIVE
LUNDI 20 DÉCEMBRE 2021/LESSENTIEL.LU Musique 23 Des albums qui ont marqué 2021 SÉLECTION Encore des cadeaux de Noël à trouver pour les mélomanes de la famille ? « L’essentiel » a concocté une petite sélection non exhaustive des albums qui nous ont surpris, émus, mis en joie... Bref, qui ont marqué 2021. L’année aura été particulière, mais comme toujours, il y aura eu de la musique pour mettre du baume au cœur. Et 2021, comme chaque année, aura Nick Cave, sommet de mélancolie ROCK Un an et demi après « Ghosteen », Nick Cave s’est associé à Warren Ellis pour une production plus amené son lot d’albums très attendus à commencer par le second opus de Billie Eilish. « Happier Then Ever ». 2021 nous aura également expérimentale, mais à la mélancolie débordante. Derrière le titre équivoque « Carnage », l’Australien navigue entre douleur, peine et moments de grâce dans un univers rêveur qui laisse une place à l’actualité, comme la mort de George Floyd sur « White Elephant ». « Un disque brutal, mais très beau, niché dans une catastrophe collective », résume l’auteur. « Carnage », Nick Cave et Warren Ellis, Goliath Records. balancé quelques galettes coup-de-poing bien efficaces, comme « Civilisation » du rappeur qu’on ne présente plus, Orelsan. La dimension dystopique d’un monde très actuel a également inspiré l’œuvre chorale d’autres Français, ceux de Feu ! Chatterton avec « Palais d’argile ». Toujours dans l’actualité, de son flow RAP C’est devenu une habitude chez Orelsan, les albums coups-depoing. Pour « Civilisation », le Français est revenu avec son bidon d’essence pour mettre le feu à nos certitudes. Dans cet opus entre ombre et lumière, il fait son bilan et pense à notre héritage. « Civilisation », Orelsan, Wagram Music. Solaire et d’une honnêteté crue POP Après le succès phénoménal de son premier album, ce n’est rien de dire que le second opus de Billie Eilish était très attendu. Et force est de constater qu’avec « Happier Than Ever » (Plus heureuse que jamais), l’adolescente américaine ne fait toujours pas de prisonniers. Porté par sa voix douce et éraillée, le long de sonorité groovy, l’album produit et coécrit par son frère Finneas peut se faire très solaire. Mais le titre sarcastique annonce la couleur. La jeune prodige y déroule avec une honnêteté crue les affres d’une célébrité précoce, sa santé mentale et de son corps disséqué par le regard du public. « Happier Than Ever », Billie Eilish, Darkroom/Interscope. La jeune prodige était très attendue au tournant. Œuvre chorale cybernétique ÉLECTRO Rencontre au sommet entre la poésie, la sensibilité et la clairvoyance de la bande à Arthur Teboul et la touche analogique de l’immense Arnaud Rebotini. Les Parisiens de Feu ! Chatterton nous ont livré cette année « Palais d’argile », un album incubé pendant plusieurs confinements. Œuvre chorale, elle met en scène d’intrigants personnages surgissant au gré d’une grande dystopie cybernétique. « Palais d’argile », Feu ! Chatterton, Caroline/Universal. Orelsan, un retour très enflammé Une merveille d’ambient jazz JAZZ Le temps suspend son vol. Fc. Quelques notes de clavecin, balise métronomique déclinée au long de neuf mouvements, tissent un fil conducteur. « Promises » proposé par le Britannique Floating Points, le saxophoniste de légende Pharoah Sanders et le London Symphony Orchestra est une merveille absolue d’ambient jazz, un voyage musical sans pareil. « Promises », Floating Points, Pharoah Sanders, London Symphony Orchestra, (Luaka Bop). Orelsan est à nouveau efficace. HIP-HOP La barre était haute. Avec « Grey Area », son troisième album sorti début 2019, Little Simz avait déjà fait très fort. « Sometimes I Might Be Introvert » va encore plus loin. Simbiatu Abisola Abiola Ajikawo, de son vrai nom, livre un classique. Son talent et son flow exceptionnels explosent à la face du rap. Ses textes afro-féministes et intimistes illuminent des instrus gorgées de soul et de jazz et des orchestrations riches et chaleureuses. exceptionnel, Little Simz nous parle de féminisme. 2021 nous aura réservé de merveilleuses surprises comme « Promises », l’odyssée sur un air de jazz dans lequel nous emmènent Floating Points, Pharoah Sanders et le London Symphony Orchestra. Ou encore « Carnage », une production mélancolique, signée de l’immense Nick Cave, qui a collaboré avec Warren Ellis… Taylor Swift, elle, nous emmène pour une petite virée dans le passé en revisitant ses albums « Fearless » et « Red ». Et pour nous remettre de toutes ces émotions, Mara TK nous offre une dose de « Bad Meditation », en guise de baume à l’âme. Un remède au vague à l’âme SOUL Ne pas se fier à son titre, « Bad Meditation » est le meilleur des remèdes. Il caresse les sens et câline l’âme. Mara TK livre un album d’une délicatesse infinie. Moitié Maori, moitié Écossais, le Néo-Zélandais navigue entre folk organique et soul intemporelle. « Bad Meditation », Mara TK, Extra Soul Perception. Parfois introvertie, toujours féministe Intemporel et universel, un vrai chef-d’œuvre. « Sometimes I Might Be Introvert », Little Simz, Age 101. La rappeuse anglaise a offert à son public un quatrième album. Taylor Swift par elle-même POP Cette année, Taylor Swift a revisité l’œuvre de Taylor Swift. « Red (Taylor’s Version) ». Au printemps, l’auteure-compositrice-interprète américaine sortait un réenregistrement de « Fearless » et à l’automne de « Red », outre les anciens morceaux d’une production plus nette et chantés d’une voix plus mûre, les deux galettes contiennent des inédits et des duos comme avec l’incontournable Ed Sheeran. « Fearless (Taylor’s Version) » et « Red (Taylor’s Version), Taylor Swift, (Republic).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :