L'essentiel Luxembourg n°3262 17 nov 2021
L'essentiel Luxembourg n°3262 17 nov 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3262 de 17 nov 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : les trafiquants roulaient sur l'or.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Luxembourg MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021/LESSENTIEL.LU Vite lu 129 nouvelles infections LUXEMBOURG Sur 2 535 tests PCR effectués en 24 heures, 129 se sont révélés positifs, selon le bilan publié hier. Aucun nouveau décès n'a été recensé. Le total reste à 859. 54 patients sont à l'hôpital (-3 en un jour). La pandémie surveillée METZ Si la Moselle n'impose pas de restrictions de déplacements pour les résidents luxembourgeois non vaccinés, « nous suivons l'évolution de l'épidémie au Luxembourg », confie le cabinet du préfet de la Moselle. Contact Tracing débordé LUXEMBOURG En raison des taux d'infection élevés, l'équipe du Contact Tracing atteint ses limites, a indiqué hier la ministre de la Santé à la Chambre. L'armée et les fonctionnaires de la Ville ont été appelés en renfort. La troisième dose pour tous commence à prendre forme LUXEMBOURG Les députés se sont prononcés pour une troisième dose volontaire. Un pas vers la troisième dose généralisée du vaccin contre le Covid-19 a été franchi hier, avec le vote par la Chambre des députés d’une motion invitant à la proposer à l’ensemble de la population sur la base du volontariat. Cette nouvelle dose « est importante pour tout le monde. (…) Le gouvernement ne doit pas hésiter, sinon les citoyens hésitent aussi », indique la fraction CSV, auteur de l’initiative. Mars Di Bartolomeo, président de la commission Santé, estime qu'il faut « tenir compte des avis des experts, tout en étant prêts à agir rapidement ». Surtout, « il fallait une large majorité à la Chambre, car nous devons être à 100% pour combattre le virus ». Il se réjouit que la motion ait été votée par 58 des 60députés. Seules les deux Les troisièmes doses sont injectées aux soignants, aux personnes vulnérables et aux plus de 65 ans. 54% des résidents pour la vaccination obligatoire LUXEMBOURG Selon les premiers résultats du sondage Poltimonitor de TNS Ilres pour RTL et le « Wort », 54% des résidents luxembourgeois interrogés sont favorables à une obligation vaccinale contre le Covid. Une position que rejettent 70% des 18-24 ans. En outre, 75% des sondés se disent satisfaits du travail du gouvernement, contre 85% au printemps dernier. Le logement reste la préoccupation n°1 (82%) , devant les perspectives d'avenir des enfants (61%). Le 112 nouveau est arrivé au cœur des secours LUXEMBOURG Le 112, dont les locaux étaient auparavant situés rue Stümper, se trouve désormais à côté du Centre de gestion des opérations (CGO), au sein du Centre national d’incendie et de secours (CNIE), dans le quartier de Gasperich, à Luxembourg. « Tout rassembler pour une meilleure coordination », tel est l’objectif affiché par Christopher Schuh, le chef du département de la conduite opérationnelle du CGDIS. Plus vastes, les locaux comprennent douze postes. -PHOTO : OLIVIER LOYENS LUXEMBOURG Créés pour soutenir les restaurants et cafés touchés par les mesures sanitaires, les bons pour un test à 5 euros distribués par la ville de Luxembourg s'opposent-ils à la politique gouvernementale pour inciter à la vaccination ? « Il y a deux considérations qui ont leur justification, mais ne sont, en partie, pas alignées », admet le directeur de la Santé, Jean-Claude Schmit, qui dit comprendre à la fois l'objectif du gouvernement « de vacciner le plus de gens possible » et celui de la ville de Luxembourg, « qui aimerait rendre la vie plus facile à des personnes voulant soutenir le commerce local ». « Le CovidCheck permet le test rapide, rappelle la ministre de la Santé, Paulette Lenert. élues déi Lénk se sont abstenues. « La troisième dose ne se justifie que pour les personnes vulnérables. Car beaucoup de personnes dans le monde n’ont pas encore eu accès au vaccin », développe Nathalie Oberweis. Elle préfère donner les doses aux pays en développement : « Dans une pandémie mondia- r le, le protectionnisme vaccinal est ridicule ». Paulette Lenert, ministre de la Santé, a rappelé que l’idée devait être validée au niveau scientifique : « Il ne s’agit pas de distribuer des bonbons ». L’exécutif discutera la mesure vendredi. Mais pour être effective, elle doit d’abord être validée par le Conseil supérieur des maladies infectieuses qui, pour l’instant, n’a validé le rappel vaccinal que pour les plus de 65ans, les soignants et les personnes fragiles. La campagne de vaccination a jusqu'à présent coûté 14millions d'euros à l'État, selon le ministère. JOSEPH GAULIER La Santé pas inquiète des tests à 5 euros Même avec ce bon, ce test reste une contrainte. L'idée était d'enlever cette facilité des autotests, sur place, à la dernière minute. L'important est que le CovidCheck soit respecté. Les fraudes m'inquiètent bien plus que le tarif de 5 euros ». Les autorités sanitaires pas opposées aux bons de la Ville.
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021/LESSENTIEL.LU Luxembourg 3 Vite lu Sensibiliser au diabète ETTELBRUCK Ce mercredi, le Centre hospitalier du Nord (CHdN) à Wiltz et Ettelbruck organise de 13 à 17 h une journée de sensibilisation autour du diabète. Des dépistages et conseils préventifs seront notamment proposés. Un gouvernement digital LUXEMBOURG Grâce à une remontée de six places en un an, le Grand-Duché se retrouve dorénavant cinquième au classement européen sur l'eGouvernement. Cela mesure le développement des services publics en ligne. La digitalisation a été accélérée par la pandémie. L'atome de la discorde LUXEMBOURG Le Luxembourg n'a pas été prévenu en amont de l'annonce par la France du développement à venir de mini-réacteurs nucléaires, affirme le gouvernement. Celui-ci s'oppose toujours à la technologie nucléaire. La Chambre des métiers a demandé une simplification des procédures. Les tatoueurs s’apprêtent à perdre bien des couleurs LUXEMBOURG Dès janvier, les restrictions de l’UE sur des composants chimiques vont priver les tatoueurs d’une part de leurs encres. « Après janvier, il ne nous restera plus qu’une encre noire encore conforme pour tatouer. Les fabricants parlent de sortir de nouvelles encres d’ici la fin de l’année, mais tous les tatoueurs d’Europe vont se ruer dessus. Et en attendant, je vais devoir jeter tout mon stock », commente, dépité, Jean-Claude Wiseler, tatoueur chez Holy Ghost Tattoo, à Luxembourg. L’an prochain, 4 000 substances chimiques dans les encres de tatouage et de maquillage permanent seront limitées Les défis de l'artisanat LUXEMBOURG L’artisanat doit affronter le changement climatique et la digitalisation, « deux opportunités qui sont aussi des défis », a lancé hier Tom Wirion, directeur général de la Chambre des métiers. Il demande un soutien de l’État à un secteur dominé par les petites entreprises, qui « n’ont pas les moyens humains et financiers » pour s’adapter. La Chambre déplore le manque de terrains et de main-d’œuvre qualifiée. Un ménage sur cinq a déjà participé au recensement LUXEMBOURG À la date d'hier, « 60000ménages (sur un total de 280000) avaient répondu au questionnaire » du recensement décennal lancé le 8novembre, se réjouissait François Peltier, chercheur à la section « Population » du Statec. Vu qu'il s'agit encore de formulaires électroniques, « nous avons été perturbés par la panne des sites de l'État vendredi », note le chercheur. Mais « tous les ménages ont reçu un flyer de relance ». Une deuxième séance d'information online (en luxembourgeois) est prévue demain à 14h, car « si tout se déroule sans problème majeur, des petits soucis se font jour, notamment à la question de la surface du logement, qui peut bloquer certains en fonction de leur réponse, ou encore lorsqu'il s'agit de trancher entre "actif" ou "retraité", où il faut tenir compte de la source de revenus la plus élevée », précise François Peltier. Le recensement de la population se poursuit jusqu'au 6décembre. De nouvelles encres vont devoir être conçues par les fabricants. dans leur concentration par Bruxelles, pour cause de toxicité. Cela réduira largement la palette des professionnels. Concernant les pigments Blue PUB 15:3 et Green 7, une période de transition d’un an est prévue. Subtilité : « Ça ne veut pas dire qu’on pourra garder nos encres bleues et vertes jusqu’en 2023. ep) JOURS 12-29 Novembre LVEXCEPTIONNELS Des prix exceptionnels dans toutes les collections. BERTRANGE -126A rue deMamer 8081 Luxembourg Ouvertures les 12, 18 et 25 novembrejusqu’à21h et le dimanche 28 novembrede14h à18h. La tolérance ne concerne que les pigments, pas forcément les autres composants de ces encres », explique Marion Pierre Thill, vice-président de la Confédération Hair Beauty and Tattoo Guild et tatoueur de chez One More Tattoo. « La directive a été votée en plein Covid, ça n’a pas laissé beaucoup de temps aux fabricants pour créer des alternatives ». Bruxelles cible ces substances en raison de risques d’allergies ou encore d’autres effets plus graves comme des mutations génétiques et des cancers. Une prévention que, du côté des tatoueurs, on trouve « exagérée. Nous n’avons jamais eu de cancer avéré », avance Marion Pierre Thill. SÉVERINE GOFFIN Tissus rocheboboisRIS Photo by Michel Gibert and Baptiste Le Quiniou, for advertisingpurposes only.Éditions Zulma.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :