L'essentiel Luxembourg n°3215 10 sep 2021
L'essentiel Luxembourg n°3215 10 sep 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3215 de 10 sep 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : que faisiez-vous, il y a 20 ans ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 11 Septembre VENDREDI 10 SEPTEMBRE 2021/LESSENTIEL.LU « Je sortais de l'église pour l'enterrement de mon père. Une fois dans la voiture, j'ai entendu la nouvelle à la radio. Cette journée a été pour moi synonyme d'une double peine » The Frayeur « On se souvient tous de ce qu'on faisait à ce moment-là car la violence de l'instant fut si inimaginable et insurmontable que nous en avons tous gardé un traumatisme » Isabelle Acquette « Ma professeur d'anglais s'est mise à crier et à pleurer, car elle avait un fils qui travaillait dans l'une des tours à New York. Plus tard, on a su qu'il ne travaillait pas ce jour-là » Denis Ninise « On était dans un bar au Brill, à Esch-sur-Alzette. Nous étions avec des copains militaires nordaméricains qui sont ensuite partis pour l'Afghanistan. Je ne sais plus rien d'eux » Linda « J'étais à New York avec mes élèves. Nous avions gagné un concours et étions dans le métro avec, en poche, un ticket pour le panorama des Twin Towers. Comme si c'était hier » Laurence Chevalier « J'avais rendez-vous pour mon échographie. Mais je me suis écroulée en pleurs. Dans quel monde allait naître ma fille ? Aujourd'hui, 20 ans plus tard, elle est devenue militaire » Laetitia V. Depuis sa terrasse, ce matin-là, Frédéric Jeorge immortalise l'impensable. Quelles conséquences principales retenez-vous du 11 septembre 2001 ? Jean-Claude Juncker : Tout a changé à partir de là. Nous avons connu deux guerres. En Afghanistan, puis en Irak, organisant un désastre intégral au Moyen-Orient. Des attentats ont frappé l'Europe, le terrorisme nous a accompagnés de longues années, jusqu'à récemment. La vie quotidienne a changé, car les libertés publiques peuvent être menacées si on ne prend pas garde. Les positions du Luxembourg et de l'Europe ont été à la mesure de l'événement ? La solidarité a d'abord été sans faille. Nous avons déclenché pour la première fois l'article 5 du traité de l'OTAN sur l'assistance mutuelle. Tous les Européens étaient d'accord pour que l'Amérique et la communauté internationale réagissent avec beaucoup de force, de résolution et de détermination au défi qui nous était lancé. Car ce n'était pas seulement une attaque contre les Américains, mais la communauté internationale dans son ensemble, à quelques exceptions près, se sentait attaquée. Pour autant, la réponse « va-t-en-guerre » américaine n'est-elle pas allée trop loin ? La réaction américaine aux attentats fut adéquate, mais par la suite des événements ont contribué à changer le regard des Européens. Les séances de torture, Guantanamo, tout cela dérangeait profondément les amis des Américains. Je ne pensais pas que nous allions suivre une logique de guerre qui allait durer NEW YORK Faire durer son petit-déjeuner a sauvé la vie de Frédéric, en retard au World Trade Center. « C'est la première fois que je le raconte en détail depuis des années », confie Frédéric Jeorge. « Si j'avais été au bureau comme prévu, je serais mort », raconte le Français, lecteur de « L'essentiel », âgé de 21 ans ce 11 septembre 2001. Un jeune loup de l'informatique expatrié à New York et sauvé par son… petit-déjeuner. Ce mardi matin, la présence d'un couple d'amis fait traîner tout le monde dans l'appartement situé à côté du World Trade Center. « Pas grave, on ira au bureau une heure plus tard », se disent Frédéric et son collègue-patron, qui vit avec lui. Le bureau en question, c'est un business center partagé avec d'autres sociétés, au 79 e étage de la tour nord. Une dizaine d'étages sous l'impact du premier avion détourné, à 8 h 46. « On a entendu un gros boum, j'ai cru que c'était sur un chantier voisin. Puis des sirènes, beaucoup », raconte Frédéric. Ils allument la télé puis rejoignent la terrasse commune de leur immeuble « Tout a changé à partir de là » LUXEMBOURG L'ex-Premier ministre luxembourgeois et président de la Commission européenne a vécu au plus près les bouleversements politiques post-11 septembre. Jean-Claude Juncker : « Il n'y a plus de gendarme du monde ». Sauvé par son « Au bureau, je serais mort ». 20 ans, alors que la cause principale, al-Qaïda, fut éliminée dans un laps de temps assez court. Les vrais problèmes qui ont suivi, c'est la guerre en Irak, qui n'était pas une guerre contre le terrorisme. La nature des relations internationales en a été chamboulée... Les relations Europe-États- Unis sont en train de se normaliser, bien que le président Biden n'ait pas consulté ses alliés sur le retrait d'Afghanistan. Il y a une certitude grandissante au sein de l'UE que nous devons prendre soin nous-mêmes de notre sécurité, que les Américains n'en sont plus garants. Après leur retrait d'Afghanistan, il n'y a plus de « gendarme du monde ». RECUEILLI PAR MATHIEU VACON
VENDREDI 10 SEPTEMBRE 2021/LESSENTIEL.LU 20 ans après 9 petit-déjeuner d'habitation, avec vue imprenable sur les tours jumelles. Le jeune informaticien prend des photos (cicontre), « une dizaine », puis arrête quand il se rend compte que des gens sautent par les fenêtres. 10h, « la première tour est tombée devant mes yeux ». Le courant est coupé, tout le monde doit partir, rejoindre « la marée humaine » dans les rues de Manhattan. Frédéric est alors « en tongs et en pyjama, sans papiers ni argent ». S'ensuit un périple, des images, « l'armée, les chars qui elf"Vtk.. L'informaticien appelait ses parents quand le second avion est arrivé. débarquent… ». Il pense à ceux venus à l'heure au boulot, qu'il ne reverra jamais. Lui dormira chez des amis ici et là avant de retrouver son logement et ses affaires. Sa petite start-up ne survivra pas, en avril 2002 il rentre en Europe et n'est pas retourné aux États-Unis depuis. « Ça a bouleversé ma vie, c'est sûr. Suis-je un survivant ? Oui. Est-ce que je me sens coupable ? Non, je n'aurais rien pu faire », glisse l'homme devenu un mari et un papa depuis. SARA LIMA ET NICOLAS CHAUTY 1 2 3 4 1 Marcy Borders s'échappant du World Trade Center. Elle décédera d'un cancer en 2015. 2 Cet instant où le président Bush, alors dans une école de Floride, apprend les attaques. 3 Le Pentagone, quartier général du département de la Défense américaine, près de Washington, est également visé. 4 Des victimes sautent par les fenêtres du World Trade Center. L'une des images fortes. 5 Instantané de ce 11 septembre 2001 qui marque l'histoire. 5 Il y a 20 ans, journée noire aux États-Unis 8 h 46 Un Boeing 767 d'American Airlines, parti à 7 h 59 de Boston pour Los Angeles avec 92 personnes à bord, percute la tour nord du World Trade Center, à New York. Les télés sont en direct, la thèse de l'accident est évoquée. 9 h 03 Un autre avion, de United Airlines, frappe la tour sud entre les 77 e et 85 e étages. La présence de pirates à bord est confirmée. George W. Bush, qui lisait une histoire à des écoliers en Floride, est prévenu par son chef de cabinet. 9 h 37 Le vol 77, avec 53 passagers et six membres d'équipage, frappe une façade du Pentagone, près de Washington. L'espace aérien américain est fermé, tout décollage est interdit, première dans l'histoire de l'aviation civile. 9 h 59 La tour sud du World Trade Center s'effondre, piégeant des centaines d'employés et secouristes. 10 h 03 Le vol 93 de United Airlines, parti de Newark pour San Francisco, s'écrase dans un champ en Pennsylvanie. Un groupe de passagers s'est révolté contre les pirates pendant six minutes. La cible était également Washington. 10 h 28 La tour nord du World Trade Center, à New York, s'effondre à son tour après 102 minutes d'incendie. 11 h Le monde entier découvre les images en direct et suit le fil des attaques sur le sol des États-Unis. 13 h 04 Le président Bush rejoint un bunker dans le Nebraska. Il retournera à Washington à 16 h 20 à bord d'Air Force One. L'armée américaine est en alerte maximale. 17 h 20 Un troisième immeuble, de 47 étages, la tour n°7 du World Trade Center, s'écrase, destabilisée par la chute des tours jumelles. 20 h 30 George W. Bush prend la parole depuis la Maison- Blanche : « Nous irons de l'avant et défendrons la liberté », lance-t-il. 23 h 30 Conduits par 19 terroristes, ces attentats ont fait 2753 morts au WTC, 184 au Pentagone et 40 à Shanksville. Et 6000 blessés. Ils seront revendiqués par l'organisation terroriste al-Qaïda, fondée en 1987 par Oussama ben Laden. « Je suis une des rares personnes à avoir vu les images 15 jours après... je n'avais pas la télé. Rentré vers 15h, un bouquin, souper et dodo. Le lendemain, j'étais stupéfait en achetant le journal » Bertrand Jacques « Ma maman m'a récupérée à l'école primaire, me disant qu'il y avait eu une catastrophe aux États- Unis. C'était la première fois que j'ai pu veiller tard pour que l'on m'explique ces images » Ophélia Grangeon « J'étais devant la télé en train de repasser. J'ai posé mon fer sur la chemise et je suis restée figée devant l'écran de télévision. L'odeur de tissu brûlé m'a sortie de la torpeur » Annie Fournier « Ce jour-là sortait le dernier album de Noir Désir. J'ai décidé d'aller quand même à la Fnac. J'ai découvert la photo illustrant le titre "Le grand incendie : la statue de la liberté en flammes" » Nathalie Quque « Je suis allé chez mes parents car je n'avais pas de télévision. Quand je suis arrivé, j'ai alors vu sur l'écran un couple qui sautait dans le vide en se tenant par la main. C'était affreux » Bernard Munier D'autres témoignages, vidéos et diaporamas à retrouver sur lessentiel.lu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :