L'essentiel Luxembourg n°3208 1er sep 2021
L'essentiel Luxembourg n°3208 1er sep 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3208 de 1er sep 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : ils sauvent l'enfant d'un logement en feu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Tendances MERCREDI 1 ER SEPTEMBRE 2021/LESSENTIEL.LU Les gros mots peuvent sortir de manière quasi automatique. Sexe & cie Ta grand-mère te laverait la bouche avec du savon, mais il faut avouer qu'il t'arrive de jurer avec des mots dérivés du sexe. Putain ! Oups, c'est sorti tout seul. Les hypocrites disent pu… naise ou purée. Tout ce qui est lié au tabou sociétal du sexe trouve sa place dans les jurons, comme bordel Ça fait ch... Toi, tu ne dis jamais de gros mots ? On ne te croit pas ! Nous jurons tous - et cela se fait automatiquement, de façon spontanée difficile à réprimer. Parce que contrairement au reste du langage, nous ne les contrôlons pas tout à fait, les jurons. Ils ne passeraient pas par la zone classique du langage de notre Il paraît que les personnes qui utilisent spontanément un vocabulaire connoté fécal lorsqu'elles jurent, sont aussi celles qui ont un sens particulièrement aigu de l'ordre et de la propreté. Paradoxal, non ? Un juron classique qu'on parie que tu emploies souvent est tout simplement le mot « merde ». Efficace, sans fioriture. Sinon, il y a l'expression « ça fait chier ». Côté insultes aussi, on se place au ras de la cuvette des toilettes avec des expressions comme chieur, trouduc, charmante abréviation de trou du cul, ou le presque affectueux petit merdeux/petite merdeuse. Lâche-toi et jure ! SOCIÉTÉ Si ça doit sortir, ça doit sortir ! Les jurons et insultes sont bons pour notre santé mentale, ils évitent de refouler notre colère. Mais il faut les adapter à son auditoire… ou l'insulte con et ses dérivés, provenant d'un mot ancien désignant le sexe féminin. Le discourtois nique ta mère, abrégé NTM, qu'on voit parfois tagué sur les abribus est aussi le nom d'un groupe de rap français. La suite te vient toute seule à l'esprit : fils de pute, enculé, va te faire foutre et autres fuck anglo-saxons... On peut aussi se défouler en jouant... cerveau, mais par le système limbique, la partie du cerveau qui gère les émotions. On ne décide donc pas consciemment de jurer, on réagit à une impulsion. Quand tu te cognes l'orteil sur le bord du lit, ça fait mal, et « bordel » te vient automatiquement à la bouche, comme un réflexe. Pourquoi des mots nous aident dans ces moments ? En fait, jurer soulagerait la douleur. C'est du moins ce que montrent les études du psychologue américain Richard Stephens. Il a demandé à des femmes de mettre leurs mains dans un bain si glacé que cela en était douloureux. Celles qui ont juré pendant l'expérience ont mieux supporté le froid que les autres. Cependant, nous ne jurons pas seulement Ifet e OP lorsque nous avons mal, mais aussi dans des situations stressantes ou frustrantes. Cela nous aide à évacuer le stress et sert d'exutoire aux émotions négatives. Cela s'applique également aux insultes qui, contrairement aux jurons, ne réagissent pas à une situation mais sont dirigées contre une Bon Dieu ! Dans notre passé dominé par l'Église et la religion, Dieu et toutes les entités célestes étaient souvent pris à témoin lors d'une crise de colère. Parmi ces jurons blasphématoires, le classique est nom de Dieu. Les Québécois sont les rois des jurons d'origine religieuse, avec leurs sacres comme ostie, câlisse ou tabarnak ! Un vocabulaire fleuri qui sonne amusant à nos oreilles, mais est extrêmement grossier pour les Québécois. Excentriques Pourquoi ne pas faire de son juron sa marque de fabrique ? Le Capitaine Haddock dans « Tintin » est célèbre pour ses jurons fleuris à rallonge. Le plus célèbre étant : Mille millions de mille milliards de mille sabords de tonnerre de Brest ! À toi de trouver ta marque, en piochant par exemple dans les expressions vieillies et pourtant charmantes, qui méritent d'être plus souvent entendues : sacrebleu, saperlotte, saperlipopette. Sers-toi, il y a tout ce qu'il faut pour jurer avec distinction ! Autres propositions : bon sang de bonsoir, bigre, dame, fichtre ou diantre ! Que c'est chic ! De quoi faire passer les messages de manière appuyée ! personne. Ce qui est drôle, c'est que chaque culture considère que quelque chose de différent est tabou, ce qui alimente le vocabulaire en jurons et injures de manière créative. La transgression, voilà pourquoi on se sent mieux quand on crie merde plutôt que zut ! Un vrai zoo Il y a toute une ménagerie qui se décline pour dévaloriser l'autre ! Morue, porc, truie, blaireau, rat, vipère, dinde. Autant d'animaux plus ou moins sympathiques, mais qui servent d'insultes. Devant ces noms d'oiseaux, on ajoute souvent les adjectifs sale, vieux ou gros, ce que certains dénoncent comme du jeunisme ou de la grossophobie. On peut aussi ajouter « espèce de… » pour renforcer son propos et exprimer l'ampleur de son mépris.
- MERCREDI 1 ER SEPTEMBRE 2021/LESSENTIEL.LU Cinéma 21 Leur relation reste menacée DRAME Tessa (Josephine Langford) entame un tout nouveau chapitre de sa vie, mais alors La relation entre Tessa et Hardin est plus compliquée que jamais. Le pitch Dans « Shang-Chi et la légende des dix anneaux », Shaun (Simu Liu) est voiturier à San Francisco, mène sa vie à la cool et adore passer ses soirées au karaoké avec sa super pote Katy (Awkwafina). Jusqu'au jour où son passé et ses secrets remontent à la surface, lorsqu'il se fait agresser par une bande de criminels dans un bus (scène de combat intense !). Shaun/Shang-Chi va alors embarquer Étienne (Kad Merad) entouré de ses « élèves » dans « Un triomphe ». Un atelier de théâtre en prison DRAME Un comédien (Kad Merad) en galère accepte pour boucler ses fins de mois d'animer un atelier de théâtre dans une prison. Touché par les détenus, il décide de monter une pièce avec eux, qui se jouera dans un vrai théâtre. Inspiré d'une histoire vraie qui s'est déroulée en Dans l'histoire de Shang-Chi, tout est affaire de famille Après avoir fui son père, Shang-Chi (Simu Liu) a longtemps mis sa vie de super-héros de côté. qu'elle se prépare à emménager à Seattle pour son job de rêves, la jalousie et le comportement imprévisible de Hardin (Hero Fiennes-Tiffin) s'intensifient et menacent leur relation. La situation se complique encore davantage lorsque le père de Tessa fait son retour et que des révélations choquantes au sujet de la famille de Hardin surgissent. Tessa et Hardin vont alors devoir décider si leur amour vaut vraiment la peine de se battre ou s'il est temps pour eux de prendre des chemins différents. Avis aux fans de Tessa et Hardin : diffusé sur Amazon Prime Video, ce troisième acte de leur amour passionnel se déroule sur grand écran dès maintenant. Et la saga n'est pas prête de s'arrêter, puisque « After 4 » a d'ores et déjà été tourné. « After We Fell » De Castille Landon. Avec Josephine Langford, Hero Fiennes-Tiffin. ACTION Nouveau venu et outsider dans l'univers Marvel, le super-héros asiatique sort des sentiers battus, par rapport à Iron Man et Captain America. pour Macao afin d'y retrouver sa sœur et affronter leur dangereux géniteur (Le Mandarin, interprété par Tony Leung, acteur fétiche de Wong Kar-wai). À savoir 25 e film Marvel (le deuxième de la phase IV, après « Black Widow » et avant « Les Éternels », attendu en novembre), « Shang-Chi » est surtout le premier à s'offrir un héros et un casting asiatique. L'équipe Outre la star de « In the Mood for Love » dans la peau du Mandarin, les rôles féminins (Awkwafina donc, ainsi que Michelle Yeoh qui joue la tante, Meng'er Zhang la sœur et Fala Chen la mère) apportent un réel plus au récit. Les combats La première scène de combat est simplement majestueuse et envoûtante. Celle du bus fait son effet. La scène finale, qui repose trop sur les effets spéciaux, convainc moins. L'atmosphère Avec ce qu'il faut d'humour, Destin Daniel Cretton est parvenu à ne pas trop « américaniser » l'histoire, en gardant une partie des dialogues en chinois. « Shang-Chi et la légende des dix anneaux » De Destin Daniel Cretton. Avec Simu Liu, Awkwafina, Tony Leung, Chiu-Wai. Suède, « Un triomphe » se révèle gentillet et plein de bons sentiments. Mais qu'importe : parce qu'il évite les écueils et parce que les acteurs offrent de belles performances, il se laisse regarder plaisamment. « Un triomphe » D'Emmanuel Courcol. Avec Kad Merad, David Ayala. Hantée par de terribles visions HORREUR La vie de Madison Mitchell (Annabelle Wallis, photo) est perturbée lorsque de terribles visions viennent la hanter. Quelle est cette créature malveillante qui la poursuit et commet ces meurtres atroces ? Le film est porté par Annabelle Wallis, qui était l'héroïne d' « Annabelle », spin off de « Conjuring : les dossiers Warren », également réalisé par James Wan, le maitre de l'horreur. « Malignant » De James Wan. Avec Annabelle Wallis, Maddie Hasson.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :