L'essentiel Luxembourg n°3023 19 nov 2020
L'essentiel Luxembourg n°3023 19 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3023 de 19 nov 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (229 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : la fronde des antimasques à Berlin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Luxembourg JEUDI 19 NOVEMBRE 2020/LESSENTIEL.LU Confinement:lesdéssontjetés LUXEMBOURGEst-ilencore possibled'éviter dèslundi le vote d'un confinement partiel ? C'est malengagé. Restaurants, bars etpiscines fermeront-ils la semaine prochaine ? Mardi, lePremier ministre, Xavier Bettel, et la ministre de la Santé, Paulette Lenert, ont laissé planer un douteetfixéunultimatum.La courbedes nouveaux casquotidiens a jusqu'à lundi pour plonger sous les 500. Un critère unique et un délaiengage de démocratie pour certains députés qui s'estimaient trop souvent réduits àavaliser des restrictions sanitaires. Cette fois, les échanges sur leprojet de loiont déjà démarré. Mais avec un record de 891nouveaux cas annoncés hier, c'est très mal engagé. Et le temps d'incubationduvirus fait que, même vertueux, restaurateurs,cafetiers et citoyens n'auront,d'icilundi,plusd'effetsur leschiffres. « De ce point de vue,c'estjoué.Lasituation de cettesemainevient de celle de la semaine dernière », admetPaulWilmes, porte-parole de la Task-Force Covid-19. « Nous sommes impuissants mais gardons une lueur d'espoir », confiait hierlesecrétaire Leshôpitauxpassent en phase 4 LUXEMBOURG Pour répondre aux besoins en lits et personnelspourlapriseencharge des patients Covid, la cellule de crise du ministère de la Santéadéclaré mardilaphase 4duplan de montée en charge Aller au café ou recevoir plus de deux personnes chez soi risque fort d'êtreinterdit. -PHOTO  : VINCENT LESCAUT hospitalier, ont indiqué hier les autorités, confirmant une information du « Wort ». Les hôpitaux sont encouragés à déprogrammertoutesles interventions chirurgicales quipeuvent êtredécalées. général del'Horesca, François Koepp, craignant depayer la note « pour des commerces qui ne font pas attention. Si on doit fermer, cesera vers mercredi ». Inévitable ? « Nous n'avons pas de boule decristal », assure Paul Wilmes. Mais, selon lui, même une baisse comme celle observée lasemaine passée (678 nouveaux casdemoyenne parjour, contre 800lasemaine précédente) « ne suffirapas.Nousn'aurons pas 200 cas la semaine prochaine. Et on ne peut pas rester comme ça pour les six semaines avant Noël ». Car Sauver les fêtes et ledébut de 2021 Si un confinement partiel devait être soumis auvote des députés lundi àlaChambre,ceseraavant tout pour garantir que les gens puissent fêter « Noël et le Nouvel An », explique Paul Wilmes, porte-parole de la Task-Force Covid-19. « On ne peut pas se permettre d'arriver au15décembre avec 800 nouveaux cas par jour », poursuit-il. Car « avec les fêtes, le risque detransmission du virus sera important ». C'est donc déjà une potentielle troisième vague enforme detsunami aux mois de janvier et févrierqu'ils'agit d'éviter. c'est l'enjeu(lireci-dessus).Or, surune base de 700 ou 800cas par jour, un rebond de l'épidémie prendrait vite des airs de raz-de-marée pour leshôpitaux. Reste àscruter les courbes, doigts croisés, en évitant d'aggraver lebilan delasemaine prochaine. NICOLAS MARTIN Comment percevez-vousl'annonce de nouvelles restrictions envisagées dèslasemaine prochaine ? Francis, 36 ans « Les gens ont besoin d'aller dans les restaurants et d'être ensemble. Mais je pense qu'il y aura un confinement car les politiques ne font pasassez ». Le chiffredujour Albane, 32 ans 8 décès « Je comprends les décisions. Il faut préserver la santé dechacun. C'est nécessaire pournepas se retrouver dans un confinement complet ». Huit nouveaux décès liés au coronavirus ont été enregistrés hier par les autorités, portant le total à248depuis ledébut de la pandémie. Sur 14247 résidents testés en 24 heures, 891 sont positifs (6,25% de positivité). 247personnes sont àl'hôpital (dont 48en soinsintensifs) et quinze pour suspicion d'infection au virus. « Je n'aime pas cette idée de restriction pour certains commerces. Et je ne pense pas quecesoitnécessaire. Nous avons besoin de contactssociaux ». Emanuele, 28 ans « Il faudrait plutôt regarder si les gens mettent le masque quand ils se baladent. Si on est assis au resto et qu'on suit les règles, je ne vois paslesouci ». Neringa, 33 ans Ervic, 27 ans « On est tous responsables envers les cafés et les restaurants pour que l'on puisse sortir et eux continuer. C'est un rappel à l'ordre nécessaire ». « Portezvotremasqueenville » LUXEMBOURG Du côté de la capitale, « onespère que si tout le mondefaitl'effort de manière collective, on pourra peut-être éviter que des mesures plus restrictives soient prises », affirme le premier échevin, Serge Wilmes. « Si c'est malheureusement le cas, on n'aura pas le choix. D'oùl'intérêtd'appeler tout le monde àplus de responsabilité ». Car les deux derniers weekends étaient noirs de monde dans les rues de Luxembourg. « Donc portez le masque, sivous venez enville », ajoute-t-il, « et ce message doit passer au-delàdes frontièresduGrand-Duché ». « 12 000 places de parking sont disponibles, il n'yavraiment pasd'arguments pour ne pasvenir dans nos quartiers. Enplus, ici, vous êtes vraiment àl'air libre, ce qui n'est pas négligeable, car dans les centres commerciaux, on Faire sescoursesavec un masque est conseillé. se trouve tout de même dans un espace fermé ».
JEUDI19NOVEMBRE 2020/LESSENTIEL.LU Luxembourg 3 et 7.4 es& Douze équipes mobiles se rendentdansles écolesetlycées du pays. « Sefairedépister au lycée, c'estpratique » JUNGLINSTER Hier, les jumelles Safa et Marwa, 16ans, patientaientavecd'autrescamarades de classe duLënster Lycée, à l'infirmerie, pour un dépistage Covid. Pour gagner du temps, des équipes mobiles se rendent désormais directement dans les établissements scolaires pour tester les cas contacts. « C'est pratique, apprécient les sœurs, les parents Le nombre de patients admisàl'hôpitalest stable. Plus de cas de coronavirus dans le domaine scolaire LUXEMBOURG La semaine passée, contrairement àcelle-ci (lire ci-contre), aucune chaîne d'infections au Covid-19 n'a été constatée dans les écoles etlycées. Dans le fondamental, 256 élèves et 44 enseignants ont été testés positifs et dans lesecondaire, 410 élèves etneuf enseignants. Le nombretotal de cas était de 719, contre661 précédemment. n'ont pas à nous emmener nous faire tester après les cours,ongagnedutempspour étudier et aller au sport le soir ». Carole, de l'équipe mobile, demande àSafa sielle veutfaire le prélèvementpar le nez ou la bouche. « On leur laisse lechoix, note-t-elle. Les jeunes, etsurtout les enfants, ont parfois un peu peur, mais ils sont toujours trèssages ». Un léger recul des infections LUXEMBOURG Les infections au Covid ont continué àbaisser légèrement la semaine dernière, mais restent élevées, avec 4013 cas, contre 4133 la semaine précédente. Letaux de positivité est de 5,92%, contre 5,98%. Le nombre de contacts adiminué de 29%, pour se situer à 8937. La moyenned'âge des caspositifs abaisséde41,4à40,6 ans. Le nombre depatients admis à l'hôpital est stable, mais celui en soinsintensifs estenlégère hausse. 39 nouveaux décès, contre 35, sont àdéplorer. Contaminés au sein de l'école STEINSEL Huit adultes etdeux enfantsdel'école fondamentale de Steinsel ont ététestés positifs au coronavirusmardi.Au total, 24classes des cycles 1,3 et 4ont étéplacées en quarantaine, aindiqué hier leministère de l'Éducation nationale. Il précise qu'après analyses, les contaminations ont eu lieu au sein de l'école. Vous serezinvitésàfaire untest Covidsérologique LUXEMBOURGEnplus des tests PCR en drive-inpour le dépistage àgrandeéchelle, destests sérologiques seront égalementeffectués. PUB Le test sérologiquepermetde détecter la présence d'anticorps. Alors que letest PCR permet de savoir siune personne est infectée auCovid-19 àuninstantT,letestsérologique indiquesielle adéjàété en contact avec le virus dans lepassé. Le ministère delaSanté adécidé d'inclure ces derniers dans sa stratégie de Large Scale Testing (LST). Des invitations seront envoyées auxrésidentset frontaliers. Le dépistage sérologique se fait par unprélèvement sanguin pour identifier la présenceounon d'anticorps.Ainsi, les autorités sanitaires souhaitent avoir un nouvel outil pour surveiller l'épidémie. « Il permet de développer de meilleuresconnaissances sur le viruslui-même, surses dynamiques de transmission et sur les réponses immunitaires », précise le ministère.'19 é LaL'inamiL'%Io LiGio mLeeteP121 14.24.9 CAMES CONCERTS HOTELS ir SHOWS Pilh RESTAURANTS U BARS Àl'heure actuelle, l'état des connaissances scientifiques ne permet pas dedéterminer durant combien de tempsles anticorps protègent d'une nouvelle contamination. « En aucun cas, un test sérologique positif ne doit conduire aurelâchement des efforts de distanciationsociale et dansl'application des gestes barrières. Même avec untest positif, la personne reste susceptible de contracter à nouveau le Covid-19 et donc de le propager », insistent les autorités. Comme les autres tests du LST, le dépistage sérologique sera gratuit sur rendez-vous et se fera sur base volontaire dans l'un des six laboratoires habilités, dulundi au vendredi,de12à15h., covid19.lu MARION MELLINGER NORIMIF LES mie, LIXIMBIIIM I 11MI2D10.1 1 11EI. RECIONALIII I f



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :