L'essentiel Luxembourg n°3000 19 oct 2020
L'essentiel Luxembourg n°3000 19 oct 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3000 de 19 oct 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : hommage au professeur décapité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Luxembourg LUNDI 19 OCTOBRE 2020/LESSENTIEL.LU L'opposition réagit Martine Hansen, CSV « Nous n'avons pas été franchement convaincus. Nous voulons savoir sur quelles informations et statistiques se base le gouvernement pour prendre ses décisions. Je pense qu'il faut des règles plus claires, comme le port du masque obligatoire dans les villes ». Fernand Kartheiser, ADR « Ce que le Premier ministre a dit, nous le défendons depuis longtemps. Le but n'est pas de provoquer une situation anxiogène, il n'y a pas besoin de nouvelles mesures à ce stade. Il faut un équilibre entre les impératifs sanitaires et le respect des libertés ». Marc Baum, déi Lénk « Je suis soulagé qu'il n'y ait pas eu de nouvelles restrictions. Ce n'était pas nécessaire, car les nouvelles infections concernent surtout les jeunes. D'ailleurs, très peu de personnes se trouvent en soins intensifs actuellement ». Sven Clement, Pirates « Le gouvernement a organisé une conférence de presse, mais on ne sait toujours pas pourquoi. C'est préoccupant. Il aurait fallu qu'il nous annonce des mesures à appliquer seulement si l'épidémie franchit un certain seuil ». L'Horesca est sur ses gardes La fédération appelle au strict respect des consignes sanitaires. Aucune nouvelle restriction malgré le rebond du virus LUXEMBOURG Le Premier ministre n'a pas annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre le Covid-19. Malgré la hausse des infections au Covid-19, le gouvernement n'impose pas de nouvelles mesures contraignantes à la population. « À ce stade, aucune nouvelle restriction n'est décidée », a annoncé Xavier Bettel samedi soir, après le Conseil de gouvernement extraordinaire. Les déplacements ne sont donc pas contraints, à l'inverse de ce qui est pratiqué dans d'autres pays, notamment les voisins du Luxembourg. « Notre situation est différente. Je ne prends pas des mesures parce que d'autres le font », a martelé le Premier ministre. « Nous devons étudier le développement de l'épidémie avec sérieux », a reconnu Xavier Bettel. Pour autant, « si le nombre d'infections est une chose, le taux d'occupation Les ministres n'ont pas jugé utile de prendre de nouvelles mesures. des hôpitaux, en soins normaux et en soins intensifs, en est une autre. C'est même l'un des critères les plus importants. Or, il reste bas », détaille-t-il. Avant de rappeler que « ce sont surtout des jeunes qui sont infectés », donc moins susceptibles de développer une forme grave du virus. LUXEMBOURG Si le gouvernement a décidé samedi de ne pas imposer de fermetures comme en Belgique, la Fédération nationale des hôteliers, restaurateurs et cafetiers du Luxembourg avait appelé ses membres dès vendredi « à respecter les mesures sanitaires, afin d'éviter une deuxième fermeture ». La fédération a notamment déploré dans un communiqué que « certains cafés et restaurants placent leurs tables côte à côte, servent des boissons à des clients qui ne sont pas assis ou restent ouverts après l'heure autorisée », même si « la majeure partie des entreprises » respectent les dispositions. Contacté par « L'essentiel », le secrétaire général de la fédération, François Koepp, a insisté sur le fait que « ce n'est qu'une minorité des établissements qui oublient de temps en temps d'appliquer le protocole sanitaire ». La fermeture a notamment lieu à minuit au plus tard, sans exception. Une infraction qui peut coûter 4 000 euros, ou 8 000 en cas de récidive. Le chiffre du jour 242 cas Avec 242 infections au Covid hier, sur 8 618 tests, le record du nombre de cas enregistré en 24 heures a encore été battu. Le précédent date de vendredi (227). Au rang des bonnes nouvelles, aucun nouveau décès n'est à déplorer, le chiffre bilan reste de 133 victimes. 51 personnes étaient hospitalisées, dont quatre en soins intensifs. 93 infections dans le cadre scolaire Appel à la discipline Xavier Bettel a surtout profité de la conférence de presse pour appeler la population à la vigilance. « La discipline doit être de mise », a affirmé le chef du gouvernement, qui appelle à « la solidarité » envers les plus fragiles et à ne pas faire preuve « d'égoïsme ». Il a évoqué les gestes barrières : « Nous avons tendance à respecter les consignes dans l'espace public, mais à nous relâcher à la maison, comme si cela ne comptait pas. Or, la plupart des infections se déroulent dans le milieu familial ». Dans les entreprises, il recommande de « favoriser le télétravail », afin de limiter les contacts entre les personnes. Paulette Lenert, ministre de la Santé, a rappelé, sur un ton pédagogique, que le virus pouvait « toucher chacun d'entre nous : il ne fait pas de différence entre les individus ». Mais selon elle, la situation sanitaire du moment n'a « rien à voir avec celle du mois de mars », au plus fort de l'épidémie. Le Luxembourg a « encore la situation en main, pas comme certains pays voisins », poursuit la ministre. « Nous pouvons faire preuve d'optimisme et espérer que nous n'aurons pas besoin de mesures supplémentaires », a résumé Paulette Lenert. JOSEPH GAULIER LUXEMBOURG Le ministère de la Santé a indiqué samedi que 12% des cas positifs au pays du 5 au 11 octobre étaient en lien avec l'éducation. Sont concernés les élèves en primaire, au lycée, les étudiants de l'Uni et les résidents luxembourgeois étudiant à l'étranger (hausse des cas dans les universités belges de Louvain, Namur et Liège). Du 15 septembre au 9octobre, 93 cas liés aux activités de l'éducation nationale ont été recensés, huit via des chaînes d'infections. L'école est loin d'être le foyer n°1.
LUNDI 19 OCTOBRE 2020/LESSENTIEL.LU Luxembourg 5 L'ancienne annexe de la BNL servira au dépistage. -PHOTO : BNL Nouveau centre au Kirchberg LUXEMBOURG Face à la demande, un nouveau centre de dépistage ouvrira ce lundi, 12h, dans l'ancien bâtiment de la Bibliothèque nationale (BNL) au Kirchberg (31, boulevard Konrad-Adenauer). Il est accessible dès 6 ans sans rendez-vous, mais avec ordonnance médicale obligatoire, de 10 à 17h, du lundi au dimanche. PUB Coup de pression sur les labos LUXEMBOURG La demande de tests explose et met les laboratoires sous pression. Ils tentent de s'adapter. Dans la file aux Laboratoires réunis à Strassen, Christian, 38 ans, patiente avec un livre. « Je suis venu ce matin et il y avait beaucoup d'attente. J'ai essayé au Rollingergrund, mais j'ai patienté 45 minutes dans le froid. Donc je suis revenu ici et je vais attendre jusqu'à la fin », dit-il. « Voir qu'il y a une file pour faire un test, ça m'étonne », abonde Leïla. En marge du dépistage à grande échelle, les labos sont assaillis. S'ils faisaient en août « 6 000 tests par semaine sur ordonnance et sans (environ 20%) et 8 500 en septembre, les Laboratoires réunis en sont à 11 500 tests par semaine en octobre », indique leur CEO, le PROM WOCH du 19 au 25 octobre 2020 Les articles sont disponibles dans nos magasins selon leur assortiment habituel et jusqu’à épuisement du stock. Dans les laboratoires, les files d'attente ont tendance à s'allonger. professeur Bernard Weber. « On dépiste de plus en plus de cas contacts », note Caroline Scheiber, des labos Ketterthill. Plateau Macierte.3 Poivres Classique Caractère 3 ecpr,s Nutum. La situation est même parfois critique. Lundi dernier, à Marnach, certains ont attendu plus de deux heures dehors. Racletteplateau Original Rustique Nature/poivre/caractère 48%(26%) M.G. soit 13,14/kg Tancés sur les réseaux sociaux, les Laboratoires réunis ont vite réagi avec des files dissociées (tests Covid et prélèvements sanguins), des tentes, du personnel en plus, le recrutement d'infirmières... Des solutions d'urgence. La situation s'est arrangée à Marnach, mais difficile de gérer des affluences très aléatoires : « On ne peut rien prévoir. Nous essayons de nous adapter au plus vite », précisent les Laboratoires réunis, qui vont opérer des changements logistiques importants dès cette semaine. Mais la hausse des cas et donc des cas contacts inquiète. D'autant que la saturation du dépistage dans les pays voisins pourrait accentuer le phénomène. Ce n'est pas encore une tendance lourde, mais, certains, quitte à payer, viennent se faire tester au Luxembourg. NICOLAS MARTIN ET NOÉMIE KOPPE 700g 11,50 9 20 -20%



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :