L'essentiel Luxembourg n°2910 20 mai 2020
L'essentiel Luxembourg n°2910 20 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2910 de 20 mai 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : la Chine pense tenir un remède.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Luxembourg MERCREDI 20 MAI 2020/LESSENTIEL.LU Interrogations autour de tests LUXEMBOURG Les laboratoires d'analyses médicales s'interrogent sur les propos de la ministre de la Santé mettant en question l'efficacité de tests au coronavirus provenant de Corée. La ministre a réagi en disant que ses propos ont été mal interprétés. Vite lu Pétition pour les agents LUXEMBOURG Une pétition publique réclamant une prime de reconnaissance pour les agents de sécurité, en première ligne face au coronavirus, est ouverte aux signatures depuis vendredi. Alex Bodry à l'honneur LUXEMBOURG En début de séance publique à la Chambre mardi, le titre de « député honoraire » a été octroyé à Alex Bodry (LSAP). Il a quitté le Parlement en janvier pour rejoindre le Conseil d'État. Le diesel vendu plus cher LUXEMBOURG Le litre de diesel est vendu 0,898 euro depuis mercredi dans les stations-services du Luxembourg. Le prix reste bas par rapport à la normale, mais il a progressé de 3,6 centimes en une seule fois. Jusqu'à 20 000 tests par jour pourront être réalisés d'ici juin Les tests au coronavirus généralisés de la population ont débuté comme prévu mardi, mais avec une plus faible capacité. LUXEMBOURG Un article de nos confrères du « Wort » publié mardi faisait état d'une fuite de données sensibles de l'administration judiciaire. Le service communication de la Justice précise que « les documents transmis au journaliste constituent des copies de fichiers pour lesquels une première analyse a permis d'établir qu'ils proviennent tous d'un même service, voire d'un même poste de travail et dont Les personnes testées négatives restent soumises aux restrictions applicables à la population générale. Tous les résidents et frontaliers qui le souhaitent vont pouvoir se faire tester au coronavirus. Les autorités avaient indiqué que ces tests à large échelle risquaient d'avoir du retard. Au final, ils ont bien démarré mardi, mais avec une capacité réduite de 1500 tests par jour, a indiqué le Luxembourg Institute of Health (LIH). La capacité montera progressivement en puissance. Le personnel scolaire des classes de cycle 1 sera d'abord testé. Dès la semaine prochaine, d'autres habitants recevront leur bon pour y aller et les 17 stations dans le pays où se faire tester sans sortir de la voiture auront ouvert. Les capacités devraient alors être de 65 000 tests par semaine. L'idée est de faire passer la capacité à 20 000 tests par jour d'ici juin. Le test en lui-même n'est pas obligatoire, mais quelles sont les implications en cas de test positif ? Cela entraînera une « mise en isolement par ordonnance du directeur de la Fuite de documents à la Justice Il n'y a pas eu d'intrusion sur les serveurs, selon l'administration. Le chiffre du jour 2 morts Le bilan de l'épidémie de coronavirus est reparti à la hausse, avec deux décès signalés mardi, portant le total à 109. Le virus a touché 3 958 personnes, soit onze de plus mardi. Le nombre d'hospitalisations est lui passé de 54 à 60, dont dix en soins intensifs. les plus récents datent de 2015 ». Il ajoute « qu'à aucun moment il n'y a eu une intrusion sur les serveurs, ni de l'administration judiciaire, ni de l'État, en l'occurrence du Centre des technologies de l'information de l'État (CTIE) ». La personne ayant transmis les documents à nos confrères a prétendu avoir hacké un serveur de l'État. Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur cette affaire. santé », a indiqué la ministre de la Santé, Paulette Lenert, aux députés CSV Laurent Mosar et Gilles Roth. Cette quarantaine obligatoire dure en principe quatorze jours. L'Inspection sanitaire contactera la personne positive pour savoir Deux lois après l'état de crise LUXEMBOURG Les syndicats ont rencontré le Premier ministre et les ministres de la Santé et de la Justice mardi pour évoquer les mesures de sortie de l'état de crise. Il y a été expliqué que deux projets de loi distincts seront rédigés  : un sur les mesures pour les personnes physiques et l'autre sur les activités économiques. L'état de crise, décrété mi-mars, doit s'achever le 24 juin. qui elle a pu potentiellement infecter. Ces contacts à hauts risques seront mis à l'isolement pour une durée limitée à sept jours, sous réserve d'obtenir un test négatif au cinquième jour et de rester sans symptômes. SÉVERINE GOFFIN Personnes physiques et activités économiques seront séparées. Gramegna salue le plan de relance LUXEMBOURG Pierre Gramegna, ministre des Finances, a « vivement salué la contribution importante de la France et de l'Allemagne, en vue de la mise en place d'un Fonds de relance européen », après l'annonce d'un plan à 500 milliards d'euros proposant une mutualisation des dettes. Il espère que les sommes serviront à « atténuer les conséquences de la crise » et à financer un « green deal ». Le ministre espère aussi qu'un accord pourra être trouvé au niveau européen, malgré les réticences de certains États.
MERCREDI 20 MAI 2020/LESSENTIEL.LU Luxembourg 3 Des défis attendent les élèves. Schouldoheem.lu, un outil qui séduit LUXEMBOURG Outil pour les instituteurs, ou simple complément, le site schouldoheem.lu a séduit alors que 150000 élèves et près de 11000 enseignants étaient confinés. Selon le ministère de l'Éducation nationale, le site a dépassé 420000 visites, et un million de pages vues. Un peu plus de 3200 élèves ont pris part aux défis quotidiens. PUB L'école 2.0 a fonctionné, mais il faudra rattraper des retards Instituteurs et éducateurs ont changé leur manière de travailler pendant le confinement. Les instituteurs n'avaient eu qu'un jour, le 20 mars, pour tout préparer avant la fermeture des écoles. « Les élèves étaient repartis avec une farde de révisions et leurs affaires comme avant les vacances », raconte Tim Diederich, chargé de quinzeélèves de 10 et 11 ans en 5 e année à Canach. Sauf que ce n'était pas les vacances… Il a donc fallu inventer l'école à distance. Exercices, consignes et corrigés dans un dossier partagé avec les parents, appels vidéo, messages même le week-end... Élèves et instituteurs ont inventé une nouvelle façon de travailler. Mais l'école 2.0 a ses écueils. Techniques d'abord. « La moitié de mes élèves ont un GSM, mais deux n'avaient pas d'ordinateur avec imprimante. Et mes élèves sont issus de milieux plutôt aisés, ailleurs c'est parfois plus de 50% ». Autre défi  : des exercices dans des langues pas toujours maîtrisées par les parents. « À distance, tout est plus compliqué. Nous sommes là pour vous. Chez Colruyt, nous sommes àvos côtés durant cette période particulière. En gardant lesourire, même derrière nos masques. Pour vous. Pour chaque produit. À chaque moment. Etpour chaque budget. Comptez sur nous. Surtout s'adapter aux différences des enfants ». À la reprise, par groupes, lundi, après dix semaines (deux de congés) « le retard sera dur à rattraper », admet Tim. « Les enfants sont motivés. Mais chez nous, l'équipe éducative est sceptique, car on s'est bien adaptés aux mesures. La plupart des enfants gèrent bien le travail ». Chez les tout-petits, il a fallu ménager les parents pris par le télétravail, les devoirs des grands… « Via un groupe, on lançait des challenges comme fabriquer la plus grande tour », raconte Chris Wulff, éducateur en première année à Mamer. « Ce qui manque aux enfants, ce sont les copains, les éducateurs, le rythme. L'école est un rituel ensemble ».



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :