L'essentiel Luxembourg n°2905 13 mai 2020
L'essentiel Luxembourg n°2905 13 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2905 de 13 mai 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : les places en crèche plus limitées encore.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Luxembourg MERCREDI 13 MAI 2020/LESSENTIEL.LU Dix-sept stations de dépistage doivent être déployées dans le pays. Le test généralisé de la population retardé LUXEMBOURG L'ensemble de la population et des frontaliers auraient dû pouvoir se faire dépister au coronavirus à partir du mardi 19mai. La ministre de la Santé, Paulette Lenert, a indiqué hier aux députés que « la logistique pour assurer ces tests à une échelle large par le biais de 17stations à travers le pays n'est pas encore en place et ne le sera pas au 19 mai, Restaurants et cafés dépités Les restaurants veulent ouvrir comme les autres commerces. LUXEMBOURG Les restaurateurs regrettent de devoir attendre trois semaines pour rouvrir, alors que les autres commerces ont repris lundi, fait savoir l'Horesca. Elle dénonce aussi que les bars soient exclus du calendrier d'ouverture « quand on sait que la majorité d'entre eux proposent aussi une gastronomie et sont capables d'offrir des mesures de sécurité similaires ». Par ailleurs, l'Horesca réclame une politique de soutien plus ambitieuse et des informations pour planifier le déconfinement.comme initialement prévu ». Ces tests généralisés permettront notamment au Luxembourg Institute of Health (LIH) de mieux comprendre le Covid-19. La nouvelle date n'est pas encore fixée. « On devrait en savoir plus vendredi. Le LIH négocie avec le prestataire », indique-t-on au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Après le retour dans les écoles, c'est aux crèches de se préparer à un déconfinement progressif. Alors que nombre de parents se réjouissaient d'un possible retour en crèche pour leur enfant dès le 25 mai, des structures ont annoncé que ce retour ne s'effectuerait pas dans les conditions qui précédaient l'épidémie de Covid-19. Le ministère de l'Éducation nationale et de l'Enfance impose des conditions strictes à la reprise. Première condition et non des moindres : du 25mai au 15 juillet, un encadrant pourra s'occuper de cinq enfants au maximum dans une même salle d'accueil. Avant, Pas de report des déficits de 2020 LUXEMBOURG Le Luxembourg ne va pas permettre aux entreprises de reporter le déficit de 2020 au prochain exercice fiscal, car le mécanisme serait lourd et complexe. D'autres mesures ont donc été privilégiées, selon le gouvernement. un groupe pouvait comporter six bébés et huit enfants de plus d'un an et demi. Ce chiffre montait à treize si le groupe comprenait deux encadrants. Durant cette « première période de déconfinement » de 52 jours, les crèches accueilleront les enfants à des horaires Des amendes déjà dressées LUXEMBOURG La police grandducale a indiqué avoir dressé dès lundi des amendes pour non-respect des nouvelles règles sanitaires à la sortie du confinement. Des personnes qui ne respectaient pas les distances sociales ou qui ne portaient pas de masque ont dû payer 145euros. Le déroulement du travail des agents s'est adapté, puisqu'ils n'ont désormais plus à sanctionner les déplacements non essentiels, a indiqué une porte-parole de la police. Les policiers ont dû s'adapter. Les crèches ne pourront pas accueillir tous les enfants À deux semaines de la reprise, les crèches s'organisent avec des critères stricts définis par le gouvernement. Des critiques sur la sortie de crise LUXEMBOURG Les syndicats CGFP, LCGB et OGBL « perdent patience » face à la gestion de la sortie de crise du gouvernement. Ils se sentent exclus et craignent que les mesures de crise ne deviennent pérennes. Le LCGB s'oppose spécifiquement au prolongement de la mesure qui autorise la journée de travail de douze heures. Le chiffre du jour 102 décès Au deuxième jour du déconfinement, un décès et six cas de contamination ont été constatés en 24 heures, d'après le point effectué hier soir par les autorités de santé. Le bilan est donc de 102 morts et 3 894 patients infectés au coronavirus. Depuis le début de la crise sanitaire, 56 394 personnes ont effectué le test du Covid-19. fixes. Pour tenter de définir des critères objectifs, d'ici la fin de la semaine, de nombreux parents ont reçu un formulaire à compléter, car les structures ne seront malheureusement pas en mesure d'accueillir tous les enfants. Il est aussi précisé que les contrats non honorés seront temporairement suspendus. Enfin, le congé pour raison familiale serait à nouveau disponible pour les parents dont l'enfant remplit l'une de ces trois conditions : vulnérable, âgé de moins de 3 ans ou scolarisé mais sans autre solution d'accueil. FRÉDÉRIC LAMBERT Des conditions strictes seront imposées aux structures d'accueil pour la reprise du lundi 25 mai.
MERCREDI 13 MAI 2020/LESSENTIEL.LU Luxembourg 3 Les patients positifs ou sortis de l'hôpital suivis à distance La Direction de la santé assure le suivi à distance des patients sortis de l'hôpital et des personnes positives au coronavirus. L'état de santé des patients est évalué de manière très régulière. Selon les chiffres publiés hier soir, 3153 résidents du Luxembourg ont été testés positifs au coronavirus et 88 personnes étaient hospitalisées, dont 22en soins intensifs. « Les personnes positives sont contactées dès que leur résultat est connu pour les informer, leur donner des recommandations d'isolement et prendre note de leurs symptômes et des éventuelles maladies qui les rendraient plus à risques », présente Laetitia Huiart, de l'inspection sanitaire à la Direction de la santé. Les personnes sont rappelées aux 3e, 7e, 14 e jours « et davantage si elles sont toujours malades », complète-t-elle. « Grand merci » aux infirmiers Un poste de « chief nursing officer » verra le jour au ministère de la Santé le 1er juin. LUXEMBOURG « La crise sanitaire actuelle nous a fait sentir à quel point les soins à la personne étaient essentiels pour notre système de santé », ont indiqué le ministère de la Santé et l'Association nationale des infirmières et infirmiers, à l'occasion de la Journée internationale des infirmières hier. Ainsi, un poste de « chief nursing officer » sera créé au sein du ministère de la Santé à partir du 1er juin. Celui ou celle qui occupera cette fonction sera l'interlocuteur privilégié entre les différents secteurs de santé et le ministère. La ministre de la Santé, Paulette Lenert, a aussi tenu à partager un message relayé sur YouTube, pour « leur dire MERCI pour leur engagement sans faille » hier. Sur fond de portraits de personnels soignants, la ministre a rappelé que les infirmières et les infirmiers constituaient « l'épine dorsale de notre système de soins », notamment durant la pandémie de Covid-19. Lire aussi en page 7 PUB Un suivi est également proposé via l'outil Maela, qui permet au patient de renseigner son état tous les jours. Si certains symptômes apparaissent, alors une alerte apparaît chez les médecins en charge. Les patients hospitalisés à cause du Covid-19 qui en sont sortis sont aussi inclus dans l'application. Lors du pic constaté le 11avril, 475 personnes étaient suivies par ce biais. « Il y en a encore 50 actuellement », précise Laetitia Huiart. Au total, plus de 751 patients ont été suivis via Maela. Pour compléter ce suivi, BioneXt Lab a lancé son appli mobile, Co-Vive. « Elle permet à la population d'évaluer le risque d'avoir contracté le virus en renseignant d'éventuels symptômes, sa température. Si la personne est positive, elle peut être suivie à distance », explique le directeur général, Jean- Luc Dourson. MARION MELLINGER Produzenten Deeg Du 13 au 19 mai 5% des produits proposés dans les cantines scolaires sont bios. Pas de 100% bio dans les cantines LUXEMBOURG Le gouvernement a indiqué hier qu'il ne souhaitait pas imposer des plats totalement issus de l'agriculture biologique dans la restauration scolaire. La production locale constitue l'un des objectifs des autorités, la part étant actuellement de 30%, contre 5% pour le bio. Elles ajoutent que la production agricole du pays ne suffirait pas à couvrir les besoins des cantines, notamment en fruits et légumes. Faisons honneur aux producteurs locaux Marc Nicolay Marc Nicolay, partenaire Match et Smatch depuis de nombreuses années,vous proposesarécolte de pommedeterre toutel’année dans nossupermarchés. supermarche-match.lu Match Proche de vous depuis 1974



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :