L'essentiel Luxembourg n°2901 7 mai 2020
L'essentiel Luxembourg n°2901 7 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2901 de 7 mai 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : la Belgique assouplit aussi les règles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 Cuisiner avec mycactus JEUDI 7 MAI 2020/LESSENTIEL.LU Et si l'on parlait fruits ? Le pomélo a une particularité, celle de pousser en grappes. Petit zoom sur un agrume, le pomélo VARIÉTÉS En mai, plusieurs fruits sont à l'honneur, comme la rhubarbe, les cerises, les fraises, la pomme. Mais attachons-nous au pomélo. Il est régulièrement confondu avec le pamplemousse, mais il s'agit pourtant de deux espèces distinctes. Le pamplemousse est un agrume originaire d'Asie, et particulièrement d'Indonésie, qui peut peser jusqu'à 8 kilos ! Le pomélo, quant à lui, est originaire des Caraïbes et peut peser jusqu'à 2 kilos. Sa peau est plus fine et sa chair plus juteuse que celle de son cousin éloigné. Il est d'ailleurs le seul agrume à ne pas être originaire d'Asie. Il est aujourd'hui majoritairement cultivé, suivant les saisons, aux États-Unis, en Israël ou encore en Argentine. Avec des variétés à la chair blonde, rose ou rouge, plus ou moins acide, il offre un large panel de saveurs. Tout comme le pamplemousse, le pomélo se développe sur un grand arbre épineux. Il a la particularité de pousser en grappes, d'où son nom anglophone  : « grapefruit ». Le filet de bœuf Wellington Les moulins tournent La production de farine est en plein essor au moulin Marty, au sein de la campagne irlandaise, en raison de la pandémie. « On pourrait travailler 24 h sur 24 ! », assure James Tallon, le propriétaire du moulin Marty Mill. Dans la campagne, près de Dublin, la rivière Blackwater fait tourner à plein régime les roues du moulin pour répondre à la demande croissante en farine des familles irlandaises confinées face à l'épidémie de nouveau coronavirus. « Même les supermarchés qui, avant, ne vendaient que cinq caisses de farine par semaine pourraient maintenant en vendre 50 si on leur en fournissait suffisamment », explique cet Irlandais de 64 ans, dont la famille tient le moulin depuis quatre générations. « Le temps est devenu une marchandise » James Tallon a sa théorie concernant la soudaine popularité de la cuisine en temps d'épidémie. « Le temps est devenu une marchandise, dont les gens disposent désormais et qu'ils n'avaient pas auparavant, trop occupés à courir à droite, à gauche », estime-t-il. « Maintenant Le filet de bœuf Wellington, à déguster sans tarder ! La situation actuelle rappelle à James Tallon les récits que lui tenait son père sur les pénuries lors des deux guerres mondiales. qu'ils prennent du recul, ils réalisent que la pâtisserie maison, la bonne cuisine maison, est en fait beaucoup moins chère et bien meilleure. On tire beaucoup plus de plaisir à faire son propre pain, à pétrir soi-même la pâte, à le cuire au four et à en sentir l'odeur qui envahit la maison ». Un manque de farine L'Irlande vit sous confinement depuis le 28 mars et déplore plus de 1 100 décès dus à la pandémie de nouveau coronavirus. Coincés chez eux, de nombreux Irlandais sont amenés à cuisiner bien plus qu'avant, par nécessité ou pour passer le temps. Ingrédient de base, la farine vient régulièrement à manquer dans Comment ne pas succomber au délicieux bœuf Wellington ? Pour beaucoup d'entre nous, ce plat gastronomique est un invité incontournable des tables festives ou pour raviver amis et famille lors d'un repas convivial. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas encore ce mets raffiné  : un filet de bœuf fondant épicé, entouré d'une duxelles de champignons, le tout enveloppé dans un feuilletage croustillant. Un plat à découvrir sans tarder ! Le filet de bœuf Wellington est une des signatures des chefs du de Schnékert Traiteur, situé à Windhof, où l'élaboration de recettes tant traditionnelles qu'innovantes, le choix d'ingrédients qualitatifs et la préparation artisanale des plats sont au cœur des engagements quotidiens d'une équipe passionnée de bonne cuisine. Créé en 1978, de Schnékert Traiteur propose aujourd'hui une large gamme de plats chauds et froids, avec une variation de goûts raffinés. Sor-
JEUDI 7 MAI 2020/LESSENTIEL.LU Cuisiner avec mycactus 13 à plein régime les supermarchés, qui pour certains ont mis en place des restrictions sur les ventes, et les producteurs sont contraints d'augmenter leur cadence. James et son fils doivent désormais moudre à plein régime pour satisfaire la demande des boulangeries, supermarchés et autres magasins du comté de Meath. tant fraîchement de leurs ateliers de production à Windhof, les plats sont élaborés de manière artisanale avec des ingrédients frais et savoureux. Le tout en alliant savoir-faire et tradition avec une touche de modernité pour offrir des plats qualitatifs répondant aux attentes et besoins de la clientèle d'aujourd'hui, souvent en quête de rapidité pour la préparation du repas, sans pour autant en négliger la qualité. C'est dans cette optique que s'inscrit le filet de bœuf Wellington proposé par de Schnékert Traiteur. À commander À l'intérieur de leur moulin datant de 1641, on est assailli par le vacarme des rouages actionnés par la rivière qui génèrent une fine poussière blanche et une douce odeur de bois séché. Au premier étage, de grandes meules en bois écrasent un flux continu de grains. La farine brute descend ensuite au niveau inférieur, où elle est tamisée dans un appareil, avant que le fils de James Tallon, en salopette blanche et chapeau vissé sur la tête, n'empaquette le produit fini. Une tonne à une tonne et demie de farine par jour C'est ainsi que le Marty Mill produit désormais entre une tonne et une tonne et demie de farine par jour - l'équivalent de 500 à 700 paquets de deux kilos. « Avant le Covid-19, on avait de la chance si on produisait autant en deux semaines », raconte James Tallon. La situation lui rappelle les récits de son père sur les deux guerres mondiales qu'il a toujours écoutés sans trop y croire  : le moulin fonctionnait 24 h sur 24 pour répondre aux pénuries. Des histoires qu'il prenait jusqu'ici « avec des pincettes ». via leur site ou par téléphone, vous pouvez enlever votre commande à Windhof dans les locaux du traiteur. Il suffit de réchauffer le plat à la maison suivant les conseils donnés par les chefs. Le reste a été préparé en amont par leurs soins  : une sélection minutieuse des meilleures viandes, des accompagnements choisis avec soin et l'incontournable sauce périgourdine à base de truffes, foie gras et de madère. À partir de maintenant, plus de raison valable pour ne pas encore avoir goûté le délicieux bœuf Wellington ! La recette de la semaine Aubergine spread (Baba ghanoush) 15 min. de préparation 30 min. de cuisson Préparation végane (sans yaourt grec) Pour la crème Tahina, il vous faut 50 g de graines de sésame 6-8 cuillères à soupe d'huile de sésame ou huile d'olive Pour Baba ghanoush, il vous faut 300 g d'aubergines 1 gousse d'ail ¼ d'une botte de persil (facultatif) 1 cuillère à soupe de crème Tahina 1 cuillère à soupe de jus de citron 1 cuillère à soupe d'huile d'olive Sel de Guérande Poivre du moulin Facultatif  : 1 cuillère à soupe de yaourt grec Étape par étape Pour la crème Tahina Grillez les graines de sésame au four pendant environ 15 min. à 200 °C. Crèmesfraîchesalternatives Pour le plus grand plaisir des gourmets, la crème fraîche fait partie des incontournables de la cuisine et apporte beaucoup de douceur à nos recettes. Que ce soit pour des plats salés ou pour la réalisation de desserts onctueux, elle occupe une place importante dans nos repas. Sous sa forme fluide et avec sa saveur douce, elle est souvent utilisée pour l'obtention d'une crème fouettée ou d'une crème chantilly. La crème fraîche épaisse, plus onctueuse et acidulée, résiste bien à la cuisson et est utilisée pour les réductions ou sauces. Pour les personnes qui suivent un régime végane ou qui sont intolérantes au lactose, Cactus propose un assortiment de quatre « crèmes fraîches » alternatives  : Dr. Oetker « crème fraîche » Vegan, Alpro Soja cuisine, Alpro Soja cuisine light et Bedda Vegan Schlagcreme. Plus les graines seront colorées, plus votre Tahina aura du goût et de la couleur. Mettez les graines refroidies dans un récipient, ajoutez de l'huile et mixez jusqu'à obtention d'une pâte crémeuse. Pour le Baba ghanoush Préchauffez le four à 180 °C (chaleur tournante). Lavez les aubergines et coupez leurs pédoncules. Puis, coupez les aubergines en deux dans le sens de la longueur et coupez la chair en réalisant les incisions avec la pointe d'un couteau de façon régulière. Badigeonnez-les d'huile d'olive. Posez-les sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et enfournez pendant environ 30 min., jusqu'à ce que la chair soit tendre. Laissez refroidir. Prélevez la chair des aubergines à l'aide d'une cuillère et versez-la dans un bol mixeur, ajoutez tous les ingrédients et mixez jusqu'à obtention de la structure souhaitée. Corrigez l'assaisonnement. Pour une structure plus crémeuse, ajoutez du yaourt grec. Dégustez en apéro sur du pain pita par exemple. Let’s talk « food » another way ! Sur son blog, l’ambition Cactus c’est de parler « FOOD » autrement. Découvrez des produits originaux, de nouvelles recettes, apprenez comment préserver les ressources de notre planète et appréciez la production derrière les coulisses du grand distributeur Cactus. Animations, sous la forme de vidéos tutorielles, web séries, ainsi que préparations et dégustations vous sont présentées sur le blog www.mycactus.lu Rédaction et photo  : createams.a.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :