L'essentiel Luxembourg n°2900 6 mai 2020
L'essentiel Luxembourg n°2900 6 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2900 de 6 mai 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : la Bavière prend Merkel de vitesse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Monde MERCREDI 6 MAI 2020/LESSENTIEL.LU Le chiffre du jour 250 000 Plus de 250 000 personnes ont succombé au coronavirus depuis son apparition en décembre en Chine. Les États- Unis sont le pays le plus touché au monde, avec à ce stade plus de 68 000 morts. Le vaisseau était dans la fusée. La Chine lance un vaisseau spatial PÉKIN C'est une étape cruciale pour des vols habités vers la Lune : la Chine a lancé un nouveau vaisseau spatial. L'engin a été propulsé à l'aide d'une fusée Longue-Marche 5B, la plus puissante du pays et dont c'était aussi le vol inaugural. LA HAVANE Ce n'était jamais arrivé en 60 ans : la pandémie a forcé Cuba à fermer ses écoles. Mais les autorités les ont immédiatement remplacées par des cours donnés via la télévision, transformée en salle de classe virtuelle. Dans de nombreux pays, c'est par Internet que les autorités maintiennent une continuité éducative pendant la crise. Une option inenvisageable sur l'île socialiste Attention ! La Faucheuse rôde sur les plages américaines Un avocat déguisé fait la tournée des plages de Floride. Son but ? Faire peur à tous ceux qui ne prennent pas le virus qui sévit au sérieux. L'école à la télévision Les petits Cubains peuvent suivre leurs cours à la télévision. de 11,2 millions d'habitants, où seuls 110 000 foyers disposent d'une connexion. Le petit écran est présent partout. Les cours, qui sont donnés en direct par des professeurs dans un studio, sont retransmis par les chaînes publiques. Certaines séquences sont également consacrées aux arts et aux sports, ou pour les préparations des examens d'entrée à l'université. Peut-on continuer à vivre normalement malgré la pandémie ? Le débat fait rage aux États-Unis, où de nombreuses personnes font valoir leur droit à se déplacer et à vivre comme bon leur semble, alors que le virus a déjà tué plus de 68 000 personnes. Le pays passera probablement la barre des 100 000 morts du Covid-19 dès le mois de juin, indiquent de multiples modèles épidémiologiques, qui ne prédisent pas d'arrêt subit des contagions pendant l'été. En Floride, un avocat de Santa Rosa Beach a décidé d'employer la manière forte en faisant également valoir sa liberté : celle de faire peur à tout le monde. Il a eu une idée aussi macabre qu'originale. Il se déguise en Faucheuse sur les plages en allant à la rencontre des personnes qui refusent le confinement. Le message est clair : continuez de sortir et d'aller vous baigner, et la mort viendra à votre rencontre. Les plages de Floride ont rouvert le 18 avril. Trop tôt pour Daniel Uhlfelder, qui a depuis entamé une tournée lugubre sur les plus belles plages de l'État. « Si nous ne prenons pas de mesures pour contrôler les choses, ce virus va devenir vraiment, vraiment hors de contrôle », a expliqué celui qui est également engagé politiquement. Le gouverneur républicain de Floride, Ron de Santis, avait justifié la réouverture des plages par les soi-disant effets bénéfiques des rayons UV, censés tuer le virus. THOMAS HOLZER Le message est clair, sur les plages, vous risquez votre vie ! Le virus sorti d'un laboratoire ? « Des spéculations » PÉKIN L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré considérer à ce stade comme « spéculatives », faute d'être corroborées par des preuves, les déclarations des dirigeants américains selon lesquelles le Covid-19 proviendrait d'un laboratoire de Wuhan, berceau de la pandémie. « Nous n'avons reçu aucune donnée ni de preuves spécifiques du gouvernement américain ». Les graffeurs pour marquer les distances MEDELLIN Des artistes spécialisés dans les graffitis peignent des marques spéciales dans une rame de métro de Medellin, en Colombie, pour inciter les gens à prendre leurs distances pour éviter la propagation du coronavirus. De nombreux pays sont en train de chercher des solutions afin de préparer le déconfinement. Dans les metros de Colombie, une place sur deux restera inoccupée.
MERCREDI 6 MAI 2020/LESSENTIEL.LU Économie 7 Bourse Retrouvez le cours des actions et obligations sur L’essentiel Online. Indices Change Pétrole Actions BEL 20 3006,29 +1,83% CAC 40 4483,13 +2,40% DAX 10 729,46 +2,51% DOWJONES 24 120,92 +1,56% EUROSTOXX 50 2875,91 +2,11% FTSE 5849,42 +1,66% LUXX 959,41 +2,60% NASDAQ 8872,60 +1,86% NIKKEI 225 FERMÉ Achat Vente DOLLAR AMÉRICAIN 0,91 0,93 LIVRE STERLING 1,13 1,17 YEN JAPONAIS 0,85 0,88 Achat BARIL NY 23,97 BRENT 30,25 Cours Var%J-1 APERAM 23,56 +2,48 ARCELOR MITTAL SA 9,97 +4,73 BLUEMARHOLDINGS 1,54 -4,94 BREDERODE 69,70 +0,14 EDIFY ACT. ORD. 44,40 0,00 FOTEXHOLDING 2,50 0,00 LUXEMPART 43,40 0,00 RTLGROUP 30,28 +3,98 SES FDR 5,81 +4,50 iwarecourssansgarantie Évolution du LuxX sur une semaine Aider le secteur de la sidérurgie BELVAL Franz Fayot, ministre de l'Économie, a effectué hier une visite chez ArcelorMittal à Belval. Le site a été fermé quelques jours au début de la propagation de l'épidémie, le temps de prendre des mesures sanitaires. L'organisation de la production reste perturbée. Le ministre a évoqué la nécessité d'une relance de l'activité économique au niveau européen pour soutenir le secteur de la sidérurgie, selon l'entreprise. L'encadrement des importations et l'adaptation du système de quotas d'émissions ont aussi été abordés. Le chiffre du jour 60% Les établissements bancaires connaîtront une année 2020 compliquée. Les revenus par client devraient plonger de 60%, selon une étude du groupe Kearney. Il a passé au crible les données de 92 banques de détail et groupes bancaires de 22 pays européens. La crise fait craindre une forte récession Pendant la crise, certains secteurs ont connu une baisse d'activité atteignant 90%. La baisse de l'activité dans le pays a atteint 25% pendant la période de confinement total, entre le 23 mars et le 17 avril, d'après le Statec. Un chiffre moins mauvais que dans les pays voisins, où l'activité s'est contractée d'un gros tiers. Le secteur financier sauve les meubles, avec une baisse de 10%, alors qu'il pèse un quart de la valeur ajoutée de l'économie. Le volume d'activité de la finance « aurait été relativement bien préservé, grâce à un recours important au télétravail ». Il existe évidemment de fortes disparités selon les secteurs. Certains ont ainsi vu leur rendement tomber près de zéro. Avec les chantiers à l'arrêt et les cafés et restaurants fermés, la construction et l'Horeca ont enregistré une baisse La construction était à l'arrêt pendant le confinement total du pays. Un village breton a soutenu son jumeau alsacien en lui achetant une cargaison de munster. Les fromages du terroir en galère... c'est la vache qui rit PARIS Pendant le confinement, certaines vaches ont bien ri, d'autres ont pleuré : la crise du coronavirus a propulsé la consommation des fromages industriels préemballés, et sévèrement fragilisé les fromages de terroir, qui ont décidé de faire front commun pour « sauver la gastronomie » française et européenne. Les ventes de « Vache qui rit », « Caprice des dieux » et autres produits industriels se sont en revanche envolées en grandes surfaces. Alors que quelque 2000 tonnes de brie, maroilles, munster, reblochon, selles-sur-cher ou brocciu sont restées sur le carreau, dont la moitié est promise à destruction si aucun débouché rapide n'est trouvé. d'activité de 90%. Le secteur des transports a vu son activité chuter de 60%, l'industrie subit un sévère -47%. Le commerce, lui, a vu son activité baisser de 39%. Une « récession profonde » est attendue en 2020. Le Statec explique que la baisse du PIB dépendra de la durée du confinement : s'il s'arrête à temps pour envisager un rebond au troisième trimestre, le PIB se contracterait de 6% en 2020, avant de rebondir de 7% en 2021. Mais en cas de seconde vague de la pandémie, « une crise économique mondiale majeure et prolongée ne pourrait être évitée ». JÉRÔME WISS Coup dur pour BNP Paribas PARIS Le bénéfice net de la banque française BNP Paribas pourrait chuter de 20% cette année face à la crise du Covid-19, selon le groupe. Dans le contexte de pandémie mondiale et « sauf nouvelle crise ou nouveaux développements, le résultat net part du groupe pourrait en 2020 diminuer de 15 à 20% environ par rapport à 2019 », a fait savoir BNP Paribas, qui devait clore cette année un plan stratégique lancé en 2017. La crise sanitaire conduit à réviser « drastiquement » le scénario macroéconomique de 2020, poursuit le groupe, qui estime qu' « un retour à un niveau de PIB comparable à 2019 n'est pas anticipé avant 2022 ».



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :