L'essentiel Luxembourg n°2899 5 mai 2020
L'essentiel Luxembourg n°2899 5 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2899 de 5 mai 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 6,0 Mo

  • Dans ce numéro : retour à l'école.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Luxembourg MARDI 5 MAI 2020/LESSENTIEL.LU Des examens se font à l'étranger LUXEMBOURG Jusqu'ici, les autorités n'ont pas eu connaissance d'étudiants du Luxembourg qui n'ont pas pu se rendre dans leur pays d'études pour participer aux examens où une présence physique est obligatoire, a indiqué hier le ministre des Affaires étrangères. En revanche, il n'existe pas d'accords bilatéraux formels dans de tels cas, a-t-il précisé, les réglementations dépendent d'un pays à l'autre. Le chômage sera précisé demain De nombreuses entreprises ont recours au chômage partiel. LUXEMBOURG Qu'adviendra-t-il du chômage partiel avec les nouvelles mesures de déconfinement ? C'est un des points actuellement en discussion au sein du groupe de travail dédié, a indiqué le Premier ministre. « Nous y verrons plus clair ce mercredi », a-t-il précisé. Pour rappel, il y a cinq jours, la mesure avait déjà été adaptée. Les demandes avaient ainsi été simplifiées et les sanctions renforcées. Les salles obscures attendent de pouvoir rallumer la lumière Fermés depuis mi-mars, les cinémas patientent et préparent leur réouverture, avec la santé des spectateurs en priorité. Depuis le 16 mars, les cinémas ont dû baisser le rideau. « Nos équipes sont au chômage partiel. Cette mesure permet de sauvegarder l'emploi de nos collaborateurs », rassure Christophe Eyssartier, responsable des Kinepolis au Grand- Duché. « Nous faisons le nécessaire pour relancer nos activités dès qu'une date de reprise sera décidée », poursuit-il. Comme pour tout ce qui concerne les loisirs et le divertissement, l'horizon de déconfinement demeure encore flou. « Il est impossible d'avancer une date précise, mais il sera essentiel pour nous d'avoir le sentiment que le client est prêt Un risque accru de pauvreté ? LUXEMBOURG Caritas craint que la crise sanitaire ne mène à une hausse de la pauvreté et des inégalités sociales. L'association plaide donc pour la mise en place de mesures ciblées qui prennent en compte les personnes vulnérables. Elle demande aussi à ne pas perdre de vue la lutte contre le changement climatique. Les sports en extérieur permis LUXEMBOURG « Golf, équitation, tous les sports pouvant se pratiquer en extérieur seront possibles dès le 11mai, mais sans contact entre les personnes », a annoncé hier le Premier ministre. En revanche, la question de la réouverture des salles de sport au 1er juin n'est pas tranchée. « Mieux vaut étudier l'impact des nouvelles mesures avant d'arrêter un planning. Nous devons voir comment nous allons gérer cela, Les activités comme le golf ou l'équitation vont reprendre. avec quelle autodiscipline ». Les cinémas, fermés depuis la mi-mars, ne savent pas encore quand ils pourront à nouveau ouvrir. à retourner au cinéma », explique Christophe Eyssartier. Beaucoup de questions sont en suspens. Quand les fans de cinéma seront-ils prêts à réinvestir les salles obscures, lieu confiné par définition ? Et dans quelles conditions ? Faudra-t-il LUXEMBOURG Le ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn, a affirmé hier devant les porter un masque ? Prévoir une installation « en damier » dans des salles à moitié vides ? Les fauteuils seront-ils nettoyés ? « Les mesures que nous préparons sont axées sur le respect des gestes barrières, la mise en place de procédures et députés qu'il n'existe aucune preuve scientifique indiquant que la fermeture des frontières équipements de prévention et des mesures d'hygiène accrues », dit le directeur sans les détailler pour le moment. « Notre but sera de proposer une réouverture en toute sécurité pour nos clients et nos équipes », conclut-il. Situation serrée aux frontières Les contrôles allemands à la frontière créent des perturbations. LUXEMBOURG L'ASTI demande la suspension des cotisations à l'assurance volontaire pendant la durée de la crise. Cette possibilité de s'affilier en cotisant de sa poche est principalement utilisée par des travailleurs en situation précaire, souligne l'association. Ils risquent d'autant plus de ne pas avoir les limite la propagation de l'épidémie. Il a admis que la situation avec l'Allemagne, qui a fermé ses frontières, était compliquée, en précisant tenter de trouver avec les autorités une « approche flexible » aux contrôles aux frontières. Côté français, il a assuré avoir eu la garantie que la quarantaine de quatorze jours que la France entend imposer à ceux entrant sur son territoire ne s'appliquera pas aux frontaliers français travaillant au Grand-Duché. Enfin, sur le débat sur les applications de traçage, il voudrait une solution européenne. L'ASTI demande un geste pour l'assurance volontaire moyens de continuer à financer leur couverture à la CNS. L'ASTI demande à ce que ces travailleurs soient soutenus au même titre que les employeurs.
MARDI 5 MAI 2020/LESSENTIEL.LU Europe 5 Elles n'ont pas été verbalisées. Au drive avec une voiture en carton LA LOUVIÈRE Une famille belge, qui n'avait pas de voiture, a décidé d'en fabriquer une en carton pour se rendre au drive du McDonald's. « Les filles avaient envie de passer commande mais nous n'avons pas de voiture. Nous avons cherché une solution et trouvé celle-ci », a expliqué la maman. La police, rencontrée sur le parking du McDonald's, ne les a pas verbalisées et a même souri de la situation. La Belgique a redémarré hier à petite vitesse son activité au premier jour du déconfinement. « Un marathon, pas un sprint » L'Europe, Italie en tête, a franchi hier une nouvelle étape dans le déconfinement de ses populations. La prudence reste toutefois de mise. Pressés de se faire une coupe BERLIN Voilà des semaines qu'Helmut Wichter avec sa chevelure blanche rebelle attendait ce moment avec impatience  : « Je ressemblais à Robinson Crusoé », rigole cet homme de 87 ans en sortant d'un salon de coiffure berlinois. Il fait partie des heureux élus qui ont bénéficié hier de la remise en action des ciseaux et rasoirs et du retour des permanentes et dégradés dans plusieurs pays européens, outre l'Allemagne, l'Espagne, la Croatie, la Grèce ou encore la Slovénie. Dans l'espoir de lever des fonds pour financer la recherche d'un vaccin et de traitements, l'Union européenne a organisé hier à Bruxelles une conférence mondiale des donateurs, avec le soutien des principaux dirigeants européens, mais sans celui de Washington. Organisatrice de ce téléthon planétaire, en ligne, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, espère réunir 7,5 milliards d'euros. C'est dans ce contexte et avec d'infinies précautions qu'une quinzaine d'États européens ont entrepris d'alléger les mesures de confinement imposées depuis de longues semaines à leurs habitants. À commencer par l'Italie, pays le plus frappé du continent avec près de 29 000 morts, où les habitants sont désormais autorisés à sortir, selon des schémas variant selon les régions. Mais « c'est un marathon, pas un sprint. Donc, les attentes des gens à propos de la pandémie, de sa durée, des effets qu'elle continuera d'avoir sur leur vie dans un futur proche, tout cela doit être géré », a prévenu la directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, Andrea Ammo, devant une commission du Parlement européen. « Cela ne va pas s'arrêter de sitôt et les gens doivent se préparer mentalement à cela. Nous ne devons pas baisser la garde », a-t-elle notamment encore averti. Pas de corridas, c'est l'abattoir SÉVILLE Les corridas annulées, le coronavirus en Espagne a porté un coup à la tauromachie, un spectacle populaire basé sur un produit cher et périssable, les taureaux de combat, nombreux à être envoyés à l'abattoir en cette année funeste. « C'est un drame complet », dit depuis sa ferme andalouse l'éleveur Juan PedroDomecq Morenés, dont les taureaux devaient lutter dans cinq corridas annulées. À Rome, les habitants sont à nouveau autorisés à faire du sport. LISBONNE Le Portugal a commencé hier à assouplir les mesures de confinement avec la réouverture des petits commerces de rue, des salons de coiffure et des concessionnaires auto, mais les Portugais devront observer des règles strictes de distanciation. Le port du masque est devenu obligatoire dans les magasins, dans les services publics et les transports, selon le plan de déconfinement du gouvernement qui s'étale sur le mois de mai. Dans les transports collectifs, enfreindre cette règle sera punissable d'une amende pouvant atteindre 350 euros. Les commerces de rue ne pourront ouvrir qu'à 10h, tandis que les salons de coiffure et d'esthétique ne recevront que sur rendez-vous. Les commerces sont « Des années pour le vaccin » rouverts au Portugal BERLIN Le ministre allemand de la Santé a jugé qu'un vaccin contre le coronavirus pourrait prendre « des années » à voir le jour, alors que Trump en a prédit un d'ici fin 2020. « Le développement de vaccins fait partie des tâches les plus difficiles de la médecine », a-t-il ajouté. L'élevage d'un bovin « de combat » coûterait près de 5 000 euros.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :