L'essentiel Luxembourg n°2841 11 fév 2020
L'essentiel Luxembourg n°2841 11 fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2841 de 11 fév 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : la tempête Ciara a fait des dégâts.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Le coin du geek MARDI 11 FÉVRIER 2020/LESSENTIEL.LU Nouveaux émojis destinés à pacifier la circulation routière La veste de Ford permet de partager ses émotions sur la route. PUB Obscure Night The Boy le 20 février 19h30, Kinepolis Kirchberg et 20h, Kinepolis Belval Émon Ford vient de créer une veste émoji qui permet aux cyclistes de partager ostensiblement leurs humeurs sur la route. Les relations entre cyclistes et automobilistes sont parfois très tendues. Pour détendre l'atmosphère, le fabricant américain Ford a imaginé une veste émoji. Avec un écran LED sur le dos, le cycliste affiche ainsi ses humeurs comme ses changements de direction avec l'émoji approprié. Il les choisit à l'aide d'une télécommande placée sur le guidon du vélo. La veste émoji jouit d'une belle visibilité susceptible de sensibiliser l'ensemble des usagers sur la route. « Qu'ils soient utilisés pour transmettre des expressions faciales, de l'humour ou du sarcasme, les émojis sont devenus partie intégrante de notre capacité à nous exprimer et à nous exprimer rapidement, a mis en avant Neil Cohn, expert en émojis. La veste permet aux cyclistes d'exprimer leurs sentiments et crée un lien émotionnel important entre eux et les autres usagers de la route ». Malheureusement pour les personnes intéressées, ce prototype fait seulement partie d'une campagne publicitaire pour la sécurité routière conduite par Ford. Et encore faudrait-il satisfaire à la réglementation en matière de circulation routière. Le salon du MWC se fera sans LG et Amazon, inquiétés par le virus. Désistements en cascade au MWC BARCELONE Après LG, Ericsson, ZTE ou encore Nvidia qui ont annulé leur participation ces derniers jours, le Mobile World Congress vient d'enregistrer une nouvelle défection. Dans un contexte d'inquiétude sur la propagation du virus 2019- nCoV, Amazon a également décidé de faire l'impasse sur le salon barcelonais de la tech, du 24 au 27 février. De son côté, Samsung a choisi de réduire sa participation. GAGNE tes billets ! Pour gagner, envoie KIRCHBERGouBELVAL suivi de tescoordonnéespar SMSau64646 (1 € par SMS+fraisd’envoi -Service disponible depuis un numéro demobile luxembourgeois) ouparticipe gratuitement sur lessentiel.lu/concours
MARDI 11 FÉVRIER 2020/LESSENTIEL.LU Life Style 15 La mode des années 70 sublimée par la maison Longchamp à la Fashion Week de New York. Longchamp célèbre les années 70 à New York La maison française Longchamp a cherché dans la veine des années 70 l'inspiration de sa collection présentée à la Fashion Week de New York. Arrivée en septembre 2018 pour célébrer ses 70 ans, la maison française Longchamp fait désormais partie des incontournables de la semaine newyorkaise et a su se renouveler, saison après saison, sans se laisser emprisonner par son élément central, le cuir. « Ici, je me sens plus libre qu'en étant à Paris, chez moi », a expliqué la directrice de la création, Sophie Delafontaine, après le défilé. En étant « ailleurs, on va plus loin, on explore plus, et puis j'aime aussi l'envie de montrer que Longchamp est très international ». Cette saison, la créatrice a offert à New York l'image de la Parisienne des années 70, incarnée par les actrices Catherine Deneuve ou Romy Schneider. Au programme : longues jupes, après la collection courte en diable de la saison dernière, mais aussi bottes hautes, cols roulés et manches bouffantes, qui ont pris d'assaut le podium, sous les yeux du mannequin vedette Kendall Jenner, ambassadrice de la marque. Côté accessoires, cœur de métier de la maison, Sophie Delafontaine a jeté son dévolu sur le vernis pour les chaussures, inspirée par le brillant des carrosseries de voitures qu'utilisait l'artiste américain John Chamberlain pour ses sculptures. Pour les sacs, la designer a notamment réinterprété le Pliage, le sac emblématique de la marque, en le déclinant dans plusieurs tailles. Outre la collection Longchamp, la Fashion Week de New York aura été marquée par la vision de la mode du designer américain de 26 ans Christopher John Rogers. Les couleurs vives, le goût du volume, la tension glamour, les fondamentaux des saisons précédentes étaient toujours là, mais exprimés avec une pointe de sophistication supplémentaire et une cohérence nouvelle.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :