L'essentiel Luxembourg n°2803 11 déc 2019
L'essentiel Luxembourg n°2803 11 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2803 de 11 déc 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 8,6 Mo

  • Dans ce numéro : nommée Première ministre à 34 ans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
IV Cinéma DU 11/12 AU 25/12/LESSENTIEL.LU Une enquête au cœur de New York BIOPIC Edward Norton, qui campe Lionel Essrog, est devant et derrière la caméra. Seize ans après avoir raconté l'enlèvement puis l'assassinat du politicien Aldo Moro par les Brigades Rouges dans « Buongiorno, notte », le cinéaste de 79 ans se penche à nouveau sur un épisode marquant de l'histoire de l'Italie. Ici, « Il Traditore » en question est Tommaso Buscetta, un cadre de Cosa Nostra qui décide de fuir pour se cacher au Brésil, au plus fort de la guerre entre les clans siciliens dans les années POLICIER New York dans les années 50. Lionel Essrog (Edward Norton), un détective privé souffrant du syndrome de Gilles de La Tourette, enquête sur le meurtre de son mentor et unique ami Frank Minna (Bruce Willis). Grâce aux rares indices en sa possession et à son esprit obsessionnel, il découvre des secrets dont la révélation pourrait avoir des conséquences sur la ville de New York. Des clubs de jazz de Harlem aux taudis de Brooklyn, jusqu'aux quartiers chics de Manhattan, Lionel devra affronter l'homme le plus redoutable de la ville pour sauver l'honneur de son ami disparu. Et peut-être aussi la femme qui lui assurera son salut. Avec ce film, qui s'inspire de « Motherless Brooklyn », de Jonathan Lethem, Edward Norton passe pour la seconde fois derrière la caméra après la comédie romantique « Au nom d'Anna », sortie en 2000, où il donnait la réplique à Ben Stiller et Jenna Elfman. « Motherless Brooklyn » De et avec Edward Norton. Avec Gugu Mbatha-Raw, Alec Baldwin. En salle. La mafia sicilienne touchée en plein cœur par un repenti Marco Bellocchio livre un film classique mais réjouissant en racontant l'histoire du premier grand repenti de la mafia sicilienne dans « Il Traditore ». Pierfrancesco Favino livre une grosse performance dans le rôle titre. 80. Dès lors, les règlements de comptes s'enchaînent et ses proches sont assassinés les uns après les autres, avant que Buscetta ne soit arrêté par la police brésilienne puis extradé. Animé par un esprit de vengeance, il prend une décision qui va bouleverser l'histoire de la mafia en acceptant la proposition du juge Giovanni Falcone de collaborer avec la justice. Il décrit le fonctionnement de « la pieuvre », donne des informations cruciales, dénonce ses membres importants et trahit de fait le serment fait à Cosa Nostra, pour contribuer à son démantèlement. Dans ce film de 2 h 25 dénué de longueurs, en compétition au dernier Festival de Cannes, Bellocchio dépeint de façon réaliste et sans complaisance le milieu de la pègre sicilienne. « Les membres de Cosa Nostra ne sont pas filmés sous un jour romantique. Je sentais qu'il fallait éviter les conventions du genre », a confié le metteur en scène italien. Provoquant l'arrestation de plusieurs centaines de personnes avec ses informations, Tommaso Buscetta est le témoin principal du « Maxi-Procès de Palerme ». « Il Traditore » De Marco Bellocchio. Avec Pierfrancesco Favino. Sortie le 18 décembre. Sur les traces de son passé DRAME Trond, 67 ans, vit dans une maison reculée dans la forêt après la mort de sa femme. Il y fait la rencontre d'un voisin qu'il avait connu en 1948. Après cet été-là, son père et son premier amour avaient disparu. Présenté à la Berlinale 2019, le film de Hans Petter Moland livre une œuvre intimiste bâtie à partir de deux niveaux de flash-back. « Our Stealing Horses » De Hans Petter Moland. Avec Stellan Skarsgård. Sortie le 18 décembre. Elia Suleiman joue aussi dans le long métrage qu'il a réalisé. Il recherche une terre d'accueil COMÉDIE DRAMATIQUE Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d'une nouvelle terre d'accueil, avant de réaliser que son pays d'origine le suit toujours comme une ombre. La promesse d'une vie nouvelle se transforme vite en comédie de l'absurde. Aussi loin qu'il voyage, de Paris à New York, quelque chose lui rappelle sa patrie. « It Must Be Heaven » est un conte burlesque explorant l'identité, la nationalité et l'appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale  : où peut-on se sentir « chez soi » ? Présenté en compétition au Festival de Cannes 2019, le film a été tourné à Paris et dans sa banlieue en août 2018. « It Must Be Heaven » De et avec Elia Suleiman. Avec Gael García Bernal. En salle.
DU 11/12 AU 25/12/LESSENTIEL.LU Cinéma V Maud (Valérie Donzeli, à d.) va retomber sur Bacchus (Pierre Deladonchamps), un ancien amour de jeunesse. PUB L'architecte traverse une véritable tempête Valérie Donzelli est de retour, à la fois devant et derrière la caméra, dans « Notre Dame ». Elle y campe une femme qui voit ses repères totalement chamboulés. Maud Crayon (Valérie Donzelli) est née dans les Vosges, mais vit à Paris. Elle est architecte, mère de deux enfants, et remporte sur un malentendu le grand concours lancé par la mairie de Paris afin de réaménager le parvis de la cathédrale Notre-Dame. Entre cette nouvelle responsabilité, Bacchus (Pierre Deladonchamps), un amour de jeunesse qui ressurgit subitement, et Martial (Thomas Scimeca), le père de ses enfants qu'elle n'arrive pas à quitter complètement, Maud Crayon va vivre une véritable tempête. Elle va devoir l'affronter pour s'affirmer et se libérer. « Notre Dame » est avant tout une lettre d'amour à Paris, ville d'adoption de Valérie Donzelli. « J'avais envie de me réconcilier avec, de lui faire du bien. Elle a été très malmenée depuis les attentats, c'est comme si on était dans un état de chaos permanent. Toutes les cinq minutes, on entend se déclencher les sirènes de police. Alors, oui, lui rendre un peu de sa beauté, mais sans occulter sa violence », dit la réalisatrice, dont c'est le cinquième long métrage. « Notre Dame » De et avec Valérie Donzelli. Avec Pierre Deladonchamps. Sortie le 18 décembre. OUVERT les dimanches 15 & 22 décem BELVAL PLAZA VOUS SOUHAITE DE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 1L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 2-3L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 4-5L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 6-7L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 8-9L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 10-11L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 12-13L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 14-15L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 16-17L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 18-19L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 20-21L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 22-23L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 24-25L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 26-27L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 28-29L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 30-31L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 32-33L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 34-35L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 36-37L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 38-39L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 40-41L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 42-43L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 44-45L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 46-47L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 48-49L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 50-51L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 52-53L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 54-55L'essentiel Luxembourg numéro 2803 11 déc 2019 Page 56