L'essentiel Luxembourg n°2759 9 oct 2019
L'essentiel Luxembourg n°2759 9 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2759 de 9 oct 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : Bettel fait du climat une priorité nationale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Cinéma MERCREDI 9 OCTOBRE 2019/LESSENTIEL.LU Maria (Chiara Mastroianni, au centre), son mari (Vincent Lacoste) et ses amants... Une nuit de réflexion COMÉDIE DRAMATIQUE Quand on vit vingt années avec quelqu'un, on ne se voit pas vieillir. Une nuit, Maria (Chiara Mastroianni) s'en va réfléchir dans l'hôtel de l'autre côté de la rue. Chambre avec vue sur son mari Richard (Benjamin Biolay) effondré, sur leur mariage en danger. Et qui s'invite ? Richard jeune (incarné par Vincent Lacoste) ! Et les amants de Maria ! Et ses rivales ! Le couple y survivra-t-il ? On le sait depuis « Les chansons d'amour » (2007) et « Les bien-aimés » (2011), ses deux films les plus réussis jusqu'à présent  : Christophe Honoré connaît la musique amoureuse sur le bout des doigts. Pour « Chambre 212 », le cinéaste français scrute avec brio une crise de couple en l'installant dans un procédé ludique qui mêle à la fois bilan cruel et perspectives ravigotantes. « Chambre 212 » De Christophe Honoré. Avec Chiara Mastroianni, Vincent Lacoste, Benjamin Biolay. Un Joker à la hauteur de toutes les attentes Annoncé comme un chef-d'œuvre, le film de Todd Phillips, avec Joaquin Phoenix dans le rôle-titre, tient toutes ses promesses. Qui est le Joker, l'ennemi juré de Batman ? D'où vient-il ? Pourquoi ce maquillage ? Pourquoi cette rage ? Voilà ce que raconte le film de Todd Phillips, qui est allé puiser bien audelà des bribes d'explications contenues dans les comics et leurs adaptations au cinéma. Lion d'or à Venise, « Joker » arrive précédé d'un tsunami de louanges qui noie vite les quelques bémols. « Un des chocs majeurs de 2019 » (« Première ») , « Plus que la réussite annoncée » (« Cynopsis ») , « Un tremblement de terre » (« Écran Large ») , « Le film parfait » … À lire ces critiques avant même d'avoir vu le film, on se dit  : « Wouah » … avant un instant de vertige  : et si, à force d'imaginer le film et la sidération qu'il est censé provoquer, on se faisait son cinéma trop tôt ? On finirait déçu, ce ne serait pas la première fois… On l'a vu, « Joker ». Et on n'a qu'une envie  : en rajouter une couche. Dire à quel point il est noir et flamboyant, incendiaire, malin, poétique, si fou et si cohérent, glaçant et douloureux comme le rire incontrôlable du « héros », auquel Joaquin Phoenix, au-delà de la performance physique donne une épaisseur à couper le souffle. Alors, si vous ressortez déçus, ce sera peut-être de votre faute de n'avoir pas su arriver vierges de toute attente. Peutêtre de la nôtre, de ne pas avoir su trouver les mots justes. Mais ce ne sera sûrement pas de la sienne, au Joker. « Joker » De Todd Phillips. Avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro. Ces héroïnes ont livré bataille contre Daesh GUERRE Deux jeunes Françaises, Kenza (Camélia Jordana) et Yaël (Esther Garrel), rejoignent une brigade internationale partie se battre aux côtés des combattantes kurdes. Leur quête va croiser celle de Zara (Dilan Gwyn), une rescapée yézidie. Issues de cultures très différentes mais profondément solidaires, ces sœurs d'armes pansent leurs blessures en découvrant leur force et la peur qu'elles inspirent à leurs adversaires, les membres de Daesh. « Sœurs d'armes » De Caroline Fourest. Avec Dilan Gwyn, Amira Casar, Camélia Jordana. La mode, une résistance face aux intégristes DRAME Alger, années 90. Nedjma (Lyna Khoudri), 18 ans, étudiante, rêve de devenir styliste. À la nuit tombée, elle se faufile à travers les mailles du grillage de la cité avec ses meilleures amies pour rejoindre la boîte de nuit où elle vend Le film a principalement été tourné au Maroc, sauf une scène au Kurdistan. ses créations aux « papichas », jolies jeunes filles algéroises. Le film avait été présenté dans la section « Un Certain Regard » au Festival de Cannes 2019. « Papicha » De Mounia Meddour. Avec Lyna Khoudri. Naturel ou grimé, quel Joker (Joaquin Phoenix) effraie le plus ?
MERCREDI 9 OCTOBRE 2019/LESSENTIEL.LU Cinéma 21 Andy Bausch nous raconte seseighties au Luxembourg Andy Bausch nous livre sa vision de la décennie dans son nouveau documentaire « Lost in the 80s ». PUB -PRISE LINSTANT LESSENTIEL JOURNAL WEB APP RADIO Le puzzle commence à prendre forme. Après le début du XX e siècle (« D'Belle Époque ») , les années 50 (« D'Fifties ») et le carrefour des années 60 et 70 (« Sixty8 ») , Andy Bausch nous plonge cette fois dans les années 80. Une décennie chère au cinéaste. « Pour moi, elle représente le cinéma - je voulais voir tous les films - la musique et les filles. Mais je n'étais pas très intéressé par la politique », reconnaît-il. « J'ai voulu faire un film subjectif, raconter ce que j'avais envie de raconter », a expliqué le cinéaste. De la crise sidérurgique à la création de la place financière, en passant par l'éclosion de l'écologie politique et la naissance de la Kulturfabrik, ces années ont transformé le pays en profondeur. « Chaque sujet abordé vaudrait un documentaire », avoue Andy Bausch. Entre témoignages et images d'archives, « Lost in the 80s » s'avère, comme toujours chez Andy Bausch, rythmé, pertinent et drôle. Film après film, le Luxembourgeois construit une œuvre de cinéma doublée d'un travail d'historien populaire indispensable pour quiconque réside au Grand-Duché ou le vit au quotidien. CÉDRIC BOTZUNG « Lost in the 80s » D'Andy Bausch. Will Smith interprète à la fois Henry et son clone, Junior. Il doit fuir son propre clone ACTION Henry Brogan, un tueur pour le compte du gouvernement proche de la retraite, se heurte à un jeune clone de luimême, Junior. Ce dernier est capable de prédire le moindre de ses mouvements. Henry doit découvrir ce qui se cache derrière cette création. « Gemini Man » D'Ang Lee. Avec Will Smith.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :