L'essentiel Luxembourg n°2739 11 sep 2019
L'essentiel Luxembourg n°2739 11 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2739 de 11 sep 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : réformé, le congé familial a explosé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Cinéma MERCREDI 11 SEPTEMBRE 2019/LESSENTIEL.LU La famille de Yeon-kyo va être parasitée dans son foyer. Un engrenage incontrôlable THRILLER Toute la famille de Ki-taek (Song Kang-ho) est au chômage, et s'intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers d'anglais chez les Park. C'est le début d'un engrenage incontrôlable, dont personne ne sortira véritablement indemne... « Parasite » De Bong Joon-ho. Avec Song Kangho, Choi Woo-sik, Park So-dam. Klapisch creuse l'humain et fait encore une fois mouche « Deux moi » raconte l'histoire de deux Parisiens célibataires qui ne vont pas très bien. Il n'arrive pas à trouver le sommeil, elle ne fait que dormir. Il ne parvient pas à s'exprimer, elle ne sait pas dire non. Il peine à faire une rencontre, elle multiplie les rendez-vous ratés. Leurs balcons voisins donnent sur la gare du Nord, dos à Montmartre, dans un Paris gris. Rémy et Mélanie sont seuls, déprimés. Alors ils commencent tous les deux une psychothérapie. Pour « Deux moi », Cédric Klapisch reprend ses nouveaux acteurs fétiches (François Civil et Ana Girardot) et les met dans la peau de trentenaires en décalage avec la société qui les entoure. Et ceci à une époque où des robots remplacent les employés et où les entreprises ont des « salles de convivialité ». Voisins, Rémy (François Civil) et Mélanie (Ana Girardot) se démènent avec les mêmes problèmes. Après le Chinatown de New York (« Casse-tête chinois ») et la Bourgogne dans son dernier film, le cinéaste français retrouve Paname, théâtre d'un récit sur le besoin d'amour et la solitude. Une sorte de « Chacun cherche son chat » version 2019, en somme. Les séances Même le bûcher ne peut l'effrayer DRAME En l'an 1429, la guerre de cent ans fait rage. Jeanne (Lise Leplat Prudhomme), investie d'une mission guerrière et spirituelle, délivre la ville d'Orléans et remet le Dauphin sur le trône de France. Elle part ensuite livrer bataille à Paris, Jeanne d'Arc est interprétée par Lise Leplat Prudhomme (à d.). où elle subit sa première défaite. Emprisonnée à Compiègne par les Bourguignons, elle est livrée aux Anglais. S'ouvre alors son procès à Rouen, mené par Pierre Cauchon, qui cherche à lui ôter toute crédibilité. Fidèle à sa mission et refusant de reconnaître les accusations de sorcellerie qui sont diligentées contre elle, Jeanne est condamnée au bûcher pour hérésie. Le film précédent de Bruno Dumont, « Jeannette », racontait l'enfance de Jeanne d'Arc et était l'adaptation de la première partie de la pièce de Charles Péguy, qui s'appelle « Domrémy ». « Jeanne » en est la suite et adapte les deux autres parties  : « Les Batailles » et « Rouen ». « Jeanne » De Bruno Dumont. Avec Lise Leplat Prudhomme, Fabrice Luchini. chez les psys, d'abord peu constructives, gagnent en profondeur petit à petit, avec quelques perles jouissives de la psy de Mélanie (Camille Cottin), comme  : « Pour que les deux moi fassent un nous, il faut que les deux moi soient soi ». Légers, les tubes de Bruce Springsteen ? Pas vraiment. Mais ils donnent une pêche d'enfer à Javed (Viveik Kalra), fils d'immigrés pakistanais vivant dans un quartier anglais de la fin des années Thatcher. Le jeune homme est frappé Il y a certes quelques clichés, presque inévitables lorsque l'on raconte la vraie vie. Mais Cédric Klapisch fait ça si bien qu'une fois de plus, on l'écoute sans se lasser. « Deux moi » De Cédric Klapisch. Avec François Civil, Ana Girardot. Javed (Viveik Kalra) s'identifie aux paroles des chansons du Boss. L'effet « feel good » de Springsteen par les paroles des chansons qui décrivent exactement ce qu'il ressent. Il va alors apprendre à comprendre sa famille et trouver sa propre voie. « Music of my Life » De Gurinder Chadha. Avec Viveik Kalra, Kulvinder Ghir.
MERCREDI 11 SEPTEMBRE 2019/LESSENTIEL.LU Cinéma 21 Hafsia Herzi (à droite), qui campe Lila dans le film, passe pour la première fois derrière la caméra. Une rupture des plus difficiles Il avait fallu attendre 27 ans pour que « Ça » soit adapté sur grand écran, en 2017. Brillamment et avec un résultat juteux (700 millions de dollars de recettes mondiales, pour un budget de 35 millions). L'adaptation de la suite était donc inévitable. Son action se déroule 27 ans après celle du premier opus, puisque telle est la durée qui sépare les réapparitions de l'affreux clown croqueur de gamins. Les membres du Club des Ratés de Derry sont désormais des adultes ayant plus ou moins réussi leur vie, en oubliant leur passé, du moins quelques détails. Car la pétoche que Grippe- Sou leur a filée jadis est bien là, enfouie dans leurs tripes. Il suffit d'un coup de fil de Mike (Isaiah Mustafa), resté dans le maudit patelin, pour qu'elle renaisse. Ça les fait gerber, bafouiller, paniquer, pire même… Ils n'en vont pas moins faire équipe pour avoir la peau de Grippe-Sou. COMÉDIE DRAMATIQUE Suite à l'infidélité de Rémi (Jérémie Laheurte), Lila (Hafsia Herzi), qui l'aimait plus que tout, vit difficilement la rupture. Un jour, il lui annonce qu'il part seul en Bolivie pour se retrouver face à lui-même et essayer de comprendre ses erreurs. Làbas, il lui laisse entendre que leur histoire n'est pas finie... Entre discussions, réconforts et encouragement à la folie amoureuse, Lila va finir par s'égarer. Présenté à la Semaine internationale de la critique au Festival de Cannes 2019, « Tu mérites un amour » est le premier long métrage de la comédienne Hafsia Herzi (« La graine et le mulet »). Elle a choisi de s'attaquer au deuil d'une histoire d'amour car c'est un thème universel. « Tu mérites un amour » De et avec Hafsia Herzi, avec Djanis Bouzyani, Jérémie Laheurte. Avouons-le en cinéphile « épouvantophile »  : la trouille des enfants, c'est plus flippant que celle des grands. Voir ces adultes - de surcroît incarnés par des stars (Jessica Chastain, Elle défend sa ferme bec et ongles DRAME Quatre ans après « Béliers », le réalisateur islandais Grímur Hákonarson nous entraîne à nouveau dans le décor des vastes exploitations fermières de son pays. C'est là qu'Inga, veuve, se révolte contre la coopérative qui, sous prétexte d'assurer leur survie, saigne les éleveurs en imposant son monopole. Entre documentaire social énervé et émancipation de son héroïne, « Mjölk » (« lait », en islandais) a le mérite d'interpeller. « Mjölk - La guerre du lait » De Grímur Hákonarson. Avec Arndís HrönnEgilsdóttir. Inga (Arndís HrönnEgilsdóttir) va prendre le taureau par les cornes. Tremblerez-vous pour « Ça » ? Après avoir réussi l'adaptation sur grand écran du livre à succès de Stephen King, Andy Muschietti s'attaque à sa suite. James McAvoy) suscitant moins d'empathie que des inconnus - gesticuler à qui mieux mieux ne prend aux tripes qu'épisodiquement. Surtout, le réalisateur, Andy Muschietti, dans la précipitation, ne renoue pas avec la grâce de son précédent film. « Ça  : Chapitre 2 » D'Andy Muschietti. Avec Bill Skarsgård, Jessica Chastain. Grippe-Sou (Bill Skarsgård, à d.) s'en prend aux petites filles, et ça éveille de méchants souvenirs chez Beverly (Jessica Chastain, méd.).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :