L'essentiel Luxembourg n°2686 28 mai 2019
L'essentiel Luxembourg n°2686 28 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2686 de 28 mai 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,8 Mo

  • Dans ce numéro : une jeune femme sur trois est une fumeuse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Europe MARDI 28 MAI 2019/LESSENTIEL.LU Vite lu Coup de poker de Tsipras ATHÈNES Après le revers cuisant aux européennes, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, tente un coup de poker risqué en convoquant des élections anticipées fin juin dans un pays où les partis traditionnels reviennent. La France face aux loups PARIS La France compte plus de 500 loups. Même si le chiffre n'est pas officiel, l'État s'organise et présente une série de mesures pour protéger les troupeaux et contenir la croissance démographique de cet animal. Un amiral français élu PARIS L'amiral français Hervé Bléjean a été élu au poste de directeur général de l'état-major militaire de l'UE qu'il occupera à partir de mai 2020, s'est félicitée la ministre française des Armées, Florence Parly. Vers un Parlement européen beaucoup plus fragmenté Le Parlement européen s'annonce plus fragmenté après un scrutin qui a vu les populistes et les Verts progresser. Les discussions pour les postes clés des institutions de l'UE s'annoncent acharnées après les européennes qui ont accouché d'un Parlement plus fragmenté après la poussée, certes limitée par rapport aux prévisions. Les résultats sur la composition du futur Parlement sont à peine tombés, mais les grandes manœuvres sont déjà lancées, alors qu'un dîner entre les 28 dirigeants de l'UE est prévu ce soir. Dopés par les scores des partis de Marine Le Pen et Matteo Salvini, mais aussi celui du parti pro-Brexit de Nigel Farage au Royaume-Uni, les eurosceptiques devraient remplir, toutes tendances confondues, jusqu'à un quart de l'hémicycle (171 sièges selon les projections les plus récentes Le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, a dû quitter ses fonctions. Kurz renversé par le Parlement VIENNE Le chancelier conservateur autrichien, Sebastian Kurz, a été renversé hier par un vote des principaux partis d'opposition, dix jours après le scandale de l'Ibizagate qui a fait voler en éclats sa coalition avec l'extrême droite. Ce vote sans précédent dans l'histoire de la République d'Autriche a été obtenu notamment avec les voix des sociaux-démocrates et du parti nationaliste FPÖ, dont le chef avait été contraint de démissionner de son poste de vice-chancelier. La composition du futur Parlement européen risque de compliquer la politique menée par l’UE. contre 155 dans l'hémicycle sortant). Mais l'élection a été marquée par la percée des écologistes, portés par les Verts allemands et la surprenante troisième place des Verts français. Ils participent à une reconfiguration d'un Parlement européen où l'hégémonie de la grande coalition menée par le L'hypothèse d'un « no deal » est encore renforcée Javid candidat au poste de May LONDRES Le ministre britannique de l'Intérieur, Sajid Javid, a annoncé briguer le poste de Premier ministre, rejoignant les huit autres prétendants à la succession de Theresa May. L'actuel favori des militants de base du Parti conservateur est l'ancien ministre des Affaires étrangères Boris Johnson. BRUXELLES Une Flandre votant encore plus à droite, face à des francophones qui soutiennent la gauche  : la Belgique semblait fracturée comme jamais après les élections législatives. Jamais jusqu'à présent des partis situés aux extrémités de l'échiquier n'ont recueilli autant de députés à la Chambre  : 18 pour le Vlaams Belang (extrême droite), douze pour le PTB (extrême gauche) sur un PPE et du S&D. Si le PPE (182 sièges, selon les dernières projections fournies par le Parlement européen, contre 216 actuellement) et les sociauxdémocrates (S&D, 147 sièges contre 185) restent les deux formations de l'hémicycle européen, ils perdent leur capacité à réunir à eux seuls une majorité pour faire passer des textes législatifs. Ils devront composer avec les écologistes, qui grimpent de 52 à 69 sièges, et les libéraux (Alde), qui obtiennent 109 sièges, contre 69. Les eurosceptiques, eux, dont la poussée annoncée a été limitée, devraient avoir du mal à présenter un front uni. LONDRES Le Parti du Brexit du populiste Nigel Farage, partisan d'une rupture nette avec l'UE, est arrivé en tête des européennes au Royaume- Uni, accentuant la pression sur les Conservateurs au pouvoir, relégués à la cinquième place, et renforçant l'hypothèse d'une sortie sans accord. « Cela montre l'importance de trouver un accord de Brexit », a déclaré hier Theresa May sur Twitter. « J'espère sincèrement que ces résultats seront au cœur des débats au Parlement », a-t-elle poursuivi alors que son plan de sortie de l'UE conclu avec Bruxelles a été rejeté. Une Belgique plus divisée que jamais total de 150. De quoi peser dans le débat. Le VB et le PTB, sans parler d'Ecolo-Groen (21 députés soit neuf de plus), progressent au détriment des formations historiques - socialistes, chrétiens-démocrates et libéraux. En théorie, un axe « modéré » peut se constituer autour des familles socialistes (29 députés), libérales (26) et écologistes (21) pour atteindre une majorité de 76.
MARDI 28 MAI 2019/LESSENTIEL.LU Monde 9 La présidentielle est peu probable ALGER La presse algérienne estime peu probable une tenue, le 4 juillet, de la présidentielle censée élire le successeur d'Abdelaziz Bouteflika, seules deux personnalités « sans envergure » ayant déposé leur candidature dans les délais. Le Conseil constitutionnel a désormais dix jours pour étudier les deux dossiers. Israël et le Liban veulent négocier JÉRUSALEM Le ministre israélien de l'Énergie a dit hier que son pays acceptait de discuter avec le Liban par l'intermédiaire de Washington d'un litige concernant les frontières de champs gaziers en Méditerranée. La découverte de gaz en Méditerranée orientale ces dernières années a fait naître de grands espoirs, mais elle a attisé les tensions dans une région instable. Israël et le Liban sont techniquement en guerre, même après le retrait d'Israël du sud du Liban en 2000. Le président Trump affirme « ne pas vouloir nuire à l'Iran » Donald Trump a changé de ton pour parler de l'Iran. Il s'est montré très conciliant avec Téhéran. De gros embouteillages sur l'Everest Les dernières expéditions tentaient hier de rejoindre le sommet de l'Everest avant le mauvais temps. Donald Trump a choisi de calmer le jeu, notamment avec l'Iran. Donald Trump, en visite au Japon, a adopté un ton conciliant hier face à la montée des tensions avec l'Iran, assurant que Washington ne cherchait pas un changement de régime à Téhéran, et s'est montré optimiste quant aux intentions de la Corée du Nord, vantant « l'intelligence » de son dirigeant Kim Jong-un. « Je veux que cela soit clair », a lancé le président américain, alors que les États-Unis déploient des moyens militaires dans la région. « Ce que nous voulons, c'est l'absence d'armes nucléaires. Je ne veux absolument pas nuire à l'Iran », a-t-il ajouté, à l'issue d'un sommet avec le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, à Tokyo, estimant même pouvoir « parvenir à un accord ». Plus tôt dans la journée, il avait tendu la main, se disant Un quatrième Français condamné à mort en Irak BAGDAD La justice irakienne a condamné à mort hier un quatrième Français pour appartenance à l'EI. Il s'agit de Mustapha Merzoughi, 37 ans, condamné à mort par pendaison. « Je ne suis pas coupable des crimes et des meurtres, je suis coupable d'être parti labas, en Syrie », a expliqué le condamné. KATMANDOU Les dernières expéditions présentes sur l'Everest tentaient hier de parvenir au sommet, clôturant une saison meurtrière marquée par des embouteillages en « zone de la mort » et de nouveaux appels à réguler l'ascension. « Il ne reste que quelques alpinistes côté Népal qui grimperont, nous pouvons dire que cette saison est presque terminée maintenant », a déclaré Gyanendra Shrestha, agent de liaison du gouvernement népalais sur la montagne de 8 848 mètres. Sur le versant nord, côté Tibet, il ne restait plus qu'une poignée d'équipes, selon des opérateurs d'expéditions, avant que le retour du mauvais temps n'interdise l'accès au sommet enneigé. convaincu que l'Iran souhaitait un tel dialogue. « S'ils veulent parler, nous parlerons », avait-il dit. Il a aussi semblé faire un appel du pied à M. Abe pour une médiation japonaise, soulignant « les relations étroites » de celui-ci avec les dirigeants iraniens. La presse prête à M. Abe l'intention de se rendre prochainement en Iran. Sur l'autre point chaud de la politique étrangère américaine, la Corée du Nord, il a qualifié le dirigeant nord-coréen de « gars très intelligent », estimant que Kim Jong-un « comprend bien » que l'arme nucléaire ne peut apporter que « de mauvaises choses » et que son pays dispose d'un « potentiel économique et humain absolument phénoménal ». Au Soudan, l'opposition résiste. Islamistes et militaires unis KHARTOUM Dans l'espoir d'un maintien de la charia en vigueur au Soudan depuis trois décennies, les mouvements islamistes font bloc derrière les militaires, dont les négociations avec les chefs de la contestation sur le transfert du pouvoir aux civils sont au point mort. Ces formations islamistes sont restées à l'écart du soulèvement populaire inédit déclenché en décembre dernier et qui a conduit le 11 avril au renversement par l'armée du président Omar el- Béchir, arrivé au pouvoir en 1989 par un coup d'État.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :