L'essentiel Luxembourg n°2685 27 mai 2019
L'essentiel Luxembourg n°2685 27 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2685 de 27 mai 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : le CSV perd un siège et le DP en gagne un.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu LUNDI 27 MAI 2019/LESSENTIEL.LU Vite lu En Hongrie BUDAPEST Le parti souverainiste de Viktor Orban, Findesz, aurait largement gagné les élections européennes avec une écrasante majorité, selon des sondages de sortie d'urnes. Le Fidesz obtiendrait ainsi 56% des voix (51% en 2014). En Irlande DUBLIN Le parti pro-européen du Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, était en tête des élections européennes vendredi soir. Les centristes du parti Fine Gael sont en effet arrivés en tête dans deux des trois circonscriptions irlandaises. Au Portugal LISBONNE Le Parti socialiste, avec 30 à 34%, a remporté sans surprise les élections européennes au Portugal. En deuxième position, on retrouve le PSD (entre 20 et 24%), parti de centre droit, suivi du Bloc de gauche (9 à 12%). En Espagne MADRID Le Parti socialiste (PSOE) serait le grand vainqueur avec 28 à 30% des voix et 18 sièges. C'est onze points de plus que le Parti populaire (droite). L'Espagne est le seul grand pays d'Europe où les socialistes avaient une chance d'arriver en tête. Percée des Verts en Allemagne Sven Giegold et Annalena Baerbock, coprésidente (Verts), heureux. BERLIN Avec 29%, le centre droit de la chancelière allemande est en tête des élections européennes malgré un score historiquement bas, devant les Verts, qui réalisent une percée sans précédent, avec 21% (contre 10,7% en 2014). L'extrême droite AfD atteint son objectif avec 10,5% (7,1% en Les anti-européens et les Verts progressent Les élections européennes ont souri aux eurosceptiques, populistes, conservateurs ainsi qu'aux Verts, qui ont fait une très belle poussée. Une vaste coalition de forces populistes et d'eurosceptiques a marqué des points dans la plupart des pays. C'est le cas en France, avec le Rassemblement national (RN, ex-FN) en tête (24%), tout comme le parti souverainiste de Viktor Orban en Hongrie (56%). En Allemagne, l'AfD d'extrême droite a atteint son objectif en progressant de trois points par rapport à 2014, avec 10,5%. En Italie, la Ligue du Nord de Matteo Salvini arrive aussi en tête (entre 27 et 31% des voix). Belle poussée verte également. Les Verts allemands ont quasiment doublé leur score à 20,5-22%. Un mouvement également suivi en France où la liste Europe-Écologie Les Verts devient la troisième force du pays, autour de 12 à 13% des voix, contre 8,9 en 2014. Les premières projections du 2014). Les sociaux-démocrates (SPD), membres de la coalition gouvernementale au pouvoir, s'écroulent à 15%. Les scores des partis de la coalition d'Angela Merkel relancent les interrogations sur la survie du gouvernement allemand, à quelques mois d'élections régionales clés. Avec 177 élus, le PPE de Juncker sera le plus nombreux au Parlement. La participation est en hausse BRUXELLES Déjouant les pronostics, les électeurs européens se sont massivement rendus aux urnes  : la participation atteindrait 51% dans 27 pays de l'Union. Elle était de 42% lors de la dernière consultation en 2014. En Allemagne, elle a bondi de onze points par rapport à 2014, à 59%, et, en France, avec un taux entre 51 et 54%, selon les instituts de sondage, elle a augmenté de sept à dix points comparé au dernier scrutin de 2014, soit le taux le plus élevé depuis 1994. D'autres pays étaient sur la même ligne  : autour de 35% en Espagne contre 24% en 2014 ; 15% en Pologne (7%), ou encore 17% en Hongrie (11,5%). futur Parlement européen dessinent un hémicycle toujours dominé par les deux partis traditionnels de droite et de gauche, le Parti populaire européen (PPE) et les Socialistes & Démocrates (S&D). Avec 177 élus pour le PPE et 147 pour S&D, ces deux groupes seront les plus nombreux de la prochaine mandature, même si aucun ne pourra se prévaloir de la majorité absolue des 751 sièges strasbourgeois. les écologistes, obtiendraient 69 sièges, contre 52 aujourd'hui. Chez les eurosceptiques, le groupe populiste EFDD, où siège le Mouvement Cinq Étoiles italien et que devrait rallier le parti britannique de Nigel Farage, passerait de 42 à 56 sièges. Quant à l'ENL, le groupe politique commun du RN et de la Ligue de l'Italien Matteo Salvini, il obtiendrait 57 élus contre 37. Le Brexit Party de Nigel Farage grand vainqueur LONDRES Les Britanniques, qui devraient quitter l'UE au plus tard le 31 octobre, ont voté les premiers, jeudi, pour ce qui devrait être leur dernier scrutin Nigel Farage savoure sa victoire. L'extrême droite en tête en France PARIS Selon les estimations, le Rassemblement national arriverait en tête avec 24% devant LREM, 22 à 23%. La liste Jadot (écologiste-EELV) est en 3 e position avec 12%. La France insoumise est créditée de 7%, tandis que la liste PS/Place publique atteint 7%. Les Français semblent s'être bien plus mobilisés qu'en 2014 pour les élections européennes, avec une participation supérieure de huit à dix points, selon les estimations. D'après l'Ifop-Fiducial, elle sera de 54% des électeurs inscrits sur l'ensemble de la journée. Marine Le Pen (RN) est ravie. européen. Ils ont logiquement porté en tête le parti du Brexit, Brexit Party, du sulfureux Nigel Farage, partisan d'une rupture sans concession avec Bruxelles. Selon les estimations, il aurait recueilli 31,5% des votes. Il semble être parvenu en effet à attirer la quasiintégralité des votes pro-Brexit dur. Le pays devait quitter le giron de l'UE le 29 mars mais, faute d'avoir obtenu le soutien des députés, Theresa May - qui a annoncé vendredi sa démission au 7 juin - avait dû reporter la date du divorce initialement prévue au 31 mars et organiser en catastrophe les élections européennes.
LUNDI 27 MAI 2019/LESSENTIEL.LU Actu 3 Le DP a raflé un siège de plus, alors que le CSV en a perdu un Les urnes ont rendu leur verdict hier soir à 23 h au Luxembourg. Le DP siégera avec deux eurodéputés, comme le CSV mais qui en a perdu un. Parti avec un seul député européen élu, le CSV a subi un revers hier lors des élections européennes. Christophe Hansen, eurodéputé sortant, est certes réélu. Mais il ne sera accompagné que d'Isabel Wiseler-Santos Lima. Les chrétienssociaux ont en effet perdu un siège. Il revient au DP de Charles Goerens, meilleur élu du Grand-Duché avec 97 445 voix, et de Monica Semedo qui siégera également à Strasbourg. La jeune femme, malheureuse PUB Les articles sont disponibles dans nos magasins selon leur assortiment habituel et jusqu’à épuisement du stock. Les libéraux du DP ont obtenu deux sièges et célébré la victoire. aux dernières législatives, remporte 50 890 voix, derrière Christophe Hansen du CSV (62 622 voix) et Tilly Metz des Verts (55 359 voix). Seconde élue du CSV, Isabel Wiseler-Santos Lima remporte du 27 mai au2juin 2019 49 496 voix. Les chrétiens-sociaux perdent non seulement un siège à Strasbourg mais aussi 16,55% des voix. Le CSV plafonne à 21,1% des voix quand en 2014 il était de loin le parti le plus fort à 37,65%. Lors de ce scrutin, il est désormais deuxième parti, d'une courte tête, derrière les libéraux du DP, qui cumulent 21,44% des voix (+6,67%). Déi Gréng, malgré une progression de 3,9% par rapport à 2014 (avec 18,91% des voix), conservent un seul siège. Le LSAP se trouve plutôt dans une bonne position. Sa tête de liste, Nicolas Schmit, a cumulé 39 000 voix et est élue au Parlement européen. Il devrait pouvoir prétendre au siège de commissaire européen. Marc Angel, élu derrière lui, devrait du coup siéger à sa place. Même s'il dépasse pour la première fois les 10%, l'ADR reste sans élu au Parlement européen. Les Pirates atteignent les 7,7%. PATRICK THÉRY Les réactions Félix Braz, (Déi Gréng) « Au niveau européen, les cartes ne sont plus distribuées entre le PPE et les socialistes, qui devront faire avec les Verts et les libéraux. C'est une satisfaction de voir des partis pro-européens gagner des voix en Europe ». Charles Goerens (DP) « J'ai pu constater que dans les 27 autres pays européens, ceux qui avaient des convictions sont ceux qui ont gagné les élections. Un petit bémol pour les 150 eurodéputés qui veulent détruire l'UE de l'intérieur ». Frank Engel (CSV) « Nous avons pris le parti de présenter une équipe jeune, peu connue du grand public, face à des mastodontes de la politique européenne comme Charles Goerens. Il y a de la déception mais c'était dans un contexte défavorable aux grands partis du centre ». 2casiers de 24 x0,33l +dépôt soit 1,57/l Bière 39,40 25.- -35%



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :