L'essentiel Luxembourg n°2629 5 mar 2019
L'essentiel Luxembourg n°2629 5 mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2629 de 5 mar 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : c'est compliqué pour un ménage sur quatre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Le coin du geek MARDI 5 MARS 2019/LESSENTIEL.LU Le streaming, plus leader que jamais En 2018, l’écoute en ligne a représenté la grande majorité des revenus de l’industrie musicale aux États-Unis. Le steaming a représenté, en 2018, 75% du chiffre d’affaires de l’industrie de la musique aux États-Unis, qui a atteint 9,8 milliards de dollars, en hausse de 12%, selon des données publiées par l’association de l’industrie du disque, la RIAA. La proportion du streaming dans les revenus de l’industrie musicale n’était que de 65% en 2017 et 52% seulement en 2016. La RIAA inclut dans la catégorie streaming les plateformes payantes et gratuites, y compris les sites vidéo comme YouTube, ainsi que les radios numériques. Le nombre d’abonnements payants a franchi, fin 2018, le seuil des 50 millions, à 50,2 millions PUB Zaz samedi 16 mars, 19h Rockhal, Esch-Belval d’abonnés, effectuant un saut de 42% en une année. En trois ans seulement, entre fin 2015 et fin 2018, le nombre d’abonnés payants à des services de musique en ligne a quintuplé. Les abonnements payants représentent 63% des revenus tirés du streaming et près de la moitié du chiffre d’affaires de l’industrie musicale aux États-Unis (47%). Toutes les autres sources de revenus de l’industrie du disque sont en baisse, à l’exception notable du vinyle, dont le chiffre d’affaires est en progression de 7,9%, à 419 millions de dollars. Le secteur du disque vinyle, en plein renouveau, n’avait plus généré de tels revenus depuis 1988. En nette phase d’accélération depuis 2016, le chiffre d’affaires de l’industrie du disque aux Etats-Unis reste sensiblement inférieur aux niveaux connus entre 1994 et 2007. Concours  : gagne tes tickets grâce à « L’essentiel » ! « L’essentiel » offre à5personnes 2places pour le concert deZaz. Pour gagner, envoie ZAZ suivi detes coordonnées par SMS au64646 (1 € par SMS +frais d’envoi -Service disponible depuis unnuméro de mobile luxembourgeois uniquement) ou participe gratuitement sur lesite. Plus d’infossur lessentiel.lu Le streaming représente 75% du chiffre d’affaires de l’industrie musicale américaine.
MARDI 5 MARS 2019/LESSENTIEL.LU Tendances 15 Faire vivre l'agriculture à... Paris Les « Parisculteurs » se battent pour faire vivre l’agriculture urbaine dans la capitale française. Un potager sur un toit de magasins à Paris, une ferme dans un ancien parking, une bière au goût de houblon parisien  : les agricultures urbaines s’étendent à Paris, avec 20 hectares et 285 tonnes de fruits, légumes et aromates par an. Cultiver un potager avec la tour Eiffel et la tour Saint-Jacques à l’horizon ? C’est possible depuis 2016, au « Jardin Perché » sur le toit du BHV Marais où la star-up Sous les Fraises cultive une ferme urbaine de quelque 1 400 m². « Qui a de la sauge dans son jardin éloigne le médecin », lance Marie Dehaene, membre de cette entreprise qui cultive PUB Concevo ensemble le de dema VotezLC Les agricultures urbaines s’étendent à Paris, avec 285 tonnes de fruits, légumes et aromates par an. aussi sur les toits des Galeries Lafayette Haussman, en cueillant l’une des 22 000 plantes de la permaculture verticale. Thym, romarin, fraises, framboise, kiwi, menthe sont emmitouflés dans de petites poches faites de chanvre et laine de mouton, sur de grands panneaux verticaux. En plus d’une épicerie en ligne et d’un pop-up store, plus de 80 chefs de restaurants de Paris viennent piocher dans ce joli petit capharnaüm végétal. Sous une HLM Porte de la Chapelle (XVIII e), au niveau -2 d’un parking, une drôle de production agricole bio s’est installée depuis 2017. La Caverne est une ferme urbaine souterraine qui cultive champignons et endives. « On cultive de manière traditionnelle, sauf que l’on est en ville », dit Théophile Champagnat, 29 ans, cofondateur de l’entreprise Cycloponics à l’origine de La Caverne et ses 3 600 m² dédiés à l’agriculture. À Pantin se cache, depuis 2016, La Parisienne, une microbrasserie artisanale qui brasse, embouteille et cultive une partie de son houblon dans la capitale. Jean-Barthélémy Chancel est le créateur de cette brasserie certifiée bio. Cette ancienne usine d'une superficie de 1 725 m² date des années 30. La Parisienne, c’est 700 pieds de houblon plantés dans le IIe, XV e et XX e arrondissements de Paris, pour une production de 24 000 bouteilles 100% parisienne sur les 1,5 million prévues en 2019. AUJOURD’HUI, C’EST DEMAIN Pour plus d’informations, contactez-nous  : 49 94 24-222 ou infocenter@lcgb.lu www.lcgb.lu Elections sociales



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :