L'essentiel Luxembourg n°2595 16 jan 2019
L'essentiel Luxembourg n°2595 16 jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2595 de 16 jan 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : place au tram sur le pont Buchler.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 Cinéma MERCREDI 16 JANVIER 2019/LESSENTIEL.LU Un combat dangereux se profile pour Adonis (Michael B. Jordan) et son coach Rocky Balboa (Sylvester Stallone). La genèse de « Cyrano de Bergerac » COMÉDIE DRAMATIQUE En 1897, à Paris. Edmond Rostand (Thomas Solivérès) n’a pas encore 30 ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. Il propose à Constant Coquelin une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci  : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs, de la jalousie de sa femme et du manque d’enthousiasme de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit, et qui a pour titre  : « Cyrano de Bergerac ». Thomas Solivérès interprète Edmond Rostand dans le film. « Edmond » D’Alexis Michalik. Avec Thomas Solivérès, Olivier Gourmet, Mathilde Seigner. En salle. Stallone joue son dernier round en Rocky Balboa Dans « Creed II » se jouent deux suites  : celles de l’excellent « Creed », qui relança la saga en 2016, et du culte « Rocky IV ». En 2006, seize ans après un piètre cinquième volet, « Sly » offrait un épilogue plein de panache à son personnage, proche de la soixantaine mais capable de finir un combat debout dans « Rocky Balboa ». Mais c’était sans compter sur l’attachement viscéral de la star à son personnage. Stallone s’est laissé convaincre de jouer dans « Creed », à la fois suite et spin-off de « Rocky », portée par le talentueux Michael B. Jordan. Dans ce volet, Rocky acceptait d’entraîner Adonis Creed, fils illégitime de son ancien adversaire et ami, le regretté Apollo COMÉDIE Elles sont des dizaines, passées par la rue, la violence, la prison, accueillies dans un centre de jour pour femmes SDF, qu’une mairie du Nord va bientôt fermer. Leur résilience, leur combat, uni aux travailleuses sociales, est la trame du film « Les Invisibles », ode poignante et lumineuse aux « résistantes modernes ». Une quinzaine d’actrices non professionnelles, qui ont connu la rue, mettent leur vérité au service des « Invisibles », de Louis-Julien Petit, aux côtés de Corinne Masiero, une fidèle de Petit, d’Audrey Lamy ou de Deborah Lukumuena (« Divines ») pour une comédie sociale entre émotion et éclats de Creed. Mais au moment de préparer le combat de son poulain face au champion du monde, il apprenait qu’il était atteint d’un cancer. La réussite du film tenait à la relation intense et émouvante entre Rocky et Adonis, les deux s’aidant mutuellement à accomplir leur destin. Dans « Creed II », Adonis est devenu champion du monde, mais sa légitimité est contestée par un certain Viktor Drago. Un nom que Rocky connaît bien car il a battu son père Ivan (Dolph Lundgren) trente ans plus tôt, vengeant alors la mort d’Apollo Creed, tombé sous les coups du Russe dans un combat. Là où Adonis est aveuglé par l’idée de venger à son tour son père, Rocky craint que l’histoire tragique se répète tant l’impressionnant Viktor lui rappelle Ivan Drago qui a tout perdu après sa défaite face à Balboa, avant de devenir paria. Devenu l’entraîneur de son fils, il en fait l’instrument de sa haine. « Creed 2 » De Steven Caple Jr. Avec Michael B. Jordan, Sylvester Stallone. En salle. Des résistantes modernes rire. Le réalisateur de 35 ans, salué pour « Discount » (2015), a passé un an bénévole en centres d’accueil pour femmes, à Grenoble et Paris notamment, pour comprendre et trouver le ton juste. « Les Invisibles » De Louis-Julien Petit. Avec Audrey Lamy, Corinne Masiero. En salle. Actrices professionnelles et non professionnelles font équipe. Viktor Drago (F. Munteanu), un adversaire redoutable.
MERCREDI 16 JANVIER 2019/LESSENTIEL.LU Cinéma 17 PUB Family at TheMovies Ralphbreaksthe internet dimanche 27janvier, 11h Kinepolis Belval/Kinepolis Kirchberg Concours  : gagne tes tickets grâce à « L’essentiel » ! Pour cettematinée « FamilyatThe Movies », le film « Ralph breaks theinternet » seraprojeté surles écrans du KinepolisBelval et du Kinepolis Kirchberg. Pour un super-moment en famille, viensà10h pour profiterdes nombreuses animations avantle film ! Pour gagner,envoieKIRCHBERG ou BELVAL suividetes coordonnéespar SMSau64646 (1 € par SMS+frais d’envoi- Service uniquement disponibledepuis un numérodemobileluxembourgeois)ouparticipe gratuitementsur le site. Plus d’infossur lessentiel.lu Starr Carter (A. Stenberg) ne veut pas que son ami soit mort pour rien. Elle veut se battre pour la justice Témoin d’une bavure, une adolescente est déterminée à ne pas céder à la pression, dans « The Hate U Give ». Starr Carter (Amanda Stenberg), 16 ans, évolue entre deux mondes très différents  : elle est originaire d’une zone résidentielle pauvre principalement habitée par des Afro-Américains, mais fréquente pendant la semaine une école privée pour élèves privilégiés, majoritairement blancs. Quand un jour elle voit son meilleur ami Khalil (Algee Smith) se faire tirer dessus par un policier, l’équilibre délicat entre ces deux mondes est perturbé. En effet, la mort de Khalil devient un reportage national majeur. L’identité de Starr en tant que témoin est initialement gardée secrète, à l’exception de la famille de Starr. Bien que la pression s’exerce sur elle de toutes parts, la jeune fille décide de ne se laisser aucune pression et de se battre pour la justice. Aux manettes du film, on retrouve George Tillman Jr., auteur des longs métrages « Les chemins de la dignité » et « Notorious B.I.G. ». Côté casting, la jeune comédienne Amanda Stenberg a déjà été vue dans les films « Everything, everything » ou « As You Are » et les séries « Mr Robinson » ou encore « Sleepy Hollow ». Si le rappeur Common campe l’oncle de Starr, le rap est également omniprésent sur la BO du film, avec des titres de Pusha T, Kendrick Lamar, Travis Scott ou Tupac. « The Hate U Give » De George Tillman Jr. Avec Amanda Stenberg, Regina Hall, Russell Hornsby. Sortie le 23 janvier.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :