L'essentiel Luxembourg n°2479 2 jui 2018
L'essentiel Luxembourg n°2479 2 jui 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2479 de 2 jui 2018

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : le Tour ne veut pas de Froome.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Scènes LUNDI 2 JUILLET 2018/LESSENTIEL.LU Un second Siren’s Call rock et psyché LUXEMBOURG-VILLE La seconde édition du festival indie de l’Atelier a encore tenu toutes ses promesses samedi, à Neumünster. De « Time to Pretend » à « Kids », dans une irrésistible version rallongée, en passant par le festif « Electric Feel », MGMT a régalé ses fans samedi avec les classiques qui ont fait sa gloire. Le duo newyorkais composé d’Andrew VanWyngarden au chant et à la guitare et de Ben Goldwasser aux synthés, épaulés sur scène par trois musiciens, a livré un set psyché et coloré, mettant aussi à l’honneur son quatrième album studio, avec « Little Dark Age », à la beauté vénéneuse, « Me And Michael » ou « TSLAMP ». En début de soirée, Eels offrait un set enlevé, plus rock PUB qu’à l’accoutumée. « Je sors d’une dépression de quatre ans, mais je vais beaucoup mieux ! », lançait le leader Mark Oliver Everett. S’accordant une trêve mélancolique sur « That Look You Give That Guy », les Californiens gardaient un rythme soutenu, sur « Novocaine for the Soul » ou « Today is the Day », symbole d’un optimisme retrouvé. Du côté du Melusina, le groupe Klangstof naviguait entre calme et tempête, tandis que le collectif Superorganism se fendait d’un show festif appuyé par des vidéos décalées et rythmé par des samples loufoques. Avec ses sept musiciens The ColorRun 14 juillet 2018 Lac d’Echternach, Luxembourg Concours  : gagne ton inscription àThe Color Run ! sur scène, le groupe basé à Londres faisait grimper la température du club. Enfin, le Français Molécule concluait la soirée au Melusina avec son électro glaciale mais fascinante. Au total, une douzaine de groupes se sont succédé sur les trois scènes du festival, lors d’une seconde édition qui a une nouvelle fois tenu toutes ses promesses. CÉDRIC BOTZUNG « L’essentiel » offre 10inscriptions àlaplus colorée des courses  : The Color Run, qui aura lieu le14juillet àpartir de11hau lac d’Echternach. Pour gagner, envoie COLOR suivi de tes coordonnées par SMS au 64646 (1 € par SMS +frais d’envoi -Service disponible depuis un numéro de mobile luxembourgeois uniquement) ou participe gratuitement sur lesite. Plus d’infossur lessentiel.lu MGMT a régalé les fans en jouant ses grands hits, tandis qu’Eels (méd.) livrait un set très rock. -PHOTO  : MAUD JONVAUX
LUNDI 2 JUILLET 2018/LESSENTIEL.LU Scènes 21 PUB Shaggy et Sting se sont produits samedi soir, en plein air à Esch-Belval, devant quelque 9 500 spectateurs. (RACING Sting et Shaggy, duo aux accents reggae La star anglaise et son acolyte jamaïquain ont réussi à mêler rock, reggae et ballades samedi soir. Configuration inédite pour un concert géant et 9 500 spectateurs. Sting et Shaggy se sont produits sur une scène, flanquée d’un écran géant, montée face à la Rockhal et adossée aux hauts-fourneaux. Une superbe installation au cœur du patrimoine industriel de Belval pour mettre en valeur le patrimoine musical que représente Sting. Le fringant sexagénaire (il fêtera ses PrestigeMotor Racing Gasperich, Luxembourg Concours  : gagne ton « baptême conducteur » enFerrari 458 Spéciale 67 ans en octobre) a revisité sa carrière, ses plus grands tubes, épaulé par sa dernière rencontre, le Jamaïquain Shaggy. Celui-ci a fait plus qu’assister brillamment Sting, les deux artistes faisant vraiment chansons communes. L’Anglais et le Jamaïquain ont d’ailleurs relevé avec brio un pari plutôt improbable  : mêler sur une même scène du rock et du reggae, le tout agrémenté par quelques-unes des ballades qui ont fait la légende de Sting. Ses classiques, époque Police ou solo, ont alterné avec « L’essentiel » offre àune personne un « baptême conducteur » * de 15 minutes enroute ouverte àLuxembourg àbord d’une voiture d’exception, la Ferrari 458 spéciale. Pour réaliser ton rêve d’enfant etfrissonner aux vibrations du moteur, envoie PRESTIGE suivi de tes coordonnées par SMS au64646 (1 € par SMS +frais d’envoi -Service disponible depuis unnuméro de mobile luxembourgeois uniquement) ouparticipe gratuitement sur le site. *Ce jeu-concours est ouvert aux personnes âgées d’au moins 25 ans. Plus d’infossur lessentiel.lu les titres de Shaggy. Le mélange des genres a été particulièrement réussi sur « Message in a bottle », la bouteille étant visiblement bien arrivée à Kingston. Quant à la « Sexy Lady », de Shaggy, on a vite appris qu’elle s’appelait bien « Roxanne ». Après le medley « Sexy Lady/Roxanne », on est passés au fameux « It wasn’t me » qui a fait la renommée de Shaggy, puis à « Every breath you take » en plus rythmé que l’original. De quoi parfaire le mélange rockreggae-ballades de Sting et Shaggy. JÉRÔME WISS Like lapage Facebook de Prestige Motor Racing



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :