L'essentiel Luxembourg n°2445 14 mai 2018
L'essentiel Luxembourg n°2445 14 mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2445 de 14 mai 2018

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : les banques ont leur nouvelle convention.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Festival de Cannes LUNDI 14 MAI 2018/LESSENTIEL.LU Vite lu Deux révélations belges DRAME Victor Polster devant la caméra et Lukas Dhont derrière font leurs premières armes dans « Girl ». Ce film belge poignant sur une ballerine transgenre rend hommage « aux personnes qui ont le courage d’assumer leur différence », selon le réalisateur. Nolan, fan de Kubrick CLASSIQUE Le réalisateur d’« Interstellar » a participé à la restauration de « 2001, l’Odyssée de l’espace », qui passe à Cannes en 70 mm. « J’ai découvert le film de Stanley Kubrick quand j’avais 7 ans, dit Christopher Nolan. Je suis impatient de le faire découvrir aux nouvelles générations ». Nahuel Pérez Biscayart assure ne pas avoir « la grosse tête » Un an après le Prix du jury pour le film « 120 battements par minute », l’acteur argentin est juré à la Semaine de la critique. RENCONTRE Son César pour « 120 battements par minute », de Robin Campillo, ne lui a pas donné la grosse tête. L’idée fait même éclater de rire Nahuel Pérez Biscayart : « La grosse tête, moi ? Je trouve dingue ces cérémonies où des acteurs qui ont travaillé ensemble pendant des semaines deviennent soudain rivaux ! ». L’acteur argentin fait allusion au fait qu’Arnaud Valois ait été nominé dans la même catégorie que lui : « J’ai trouvé injuste de l’avoir plutôt que lui ». Le comédien a également joué dans « Au revoir là-haut », Marion Cotillard en mère indigne DRAME La star de 42 ans malmène une fois de plus son image glamour dans « Gueule d’ange », de Vanessa Filho. Elle y incarne une alcoolique irresponsable qui néglige sa fille de 8 ans. « Elle aime son enfant mais est incapable de l’exprimer », précise la comédienne. Cette paumée va jusqu’à abandonner sa fille pour partir avec un amant. « C’est un comportement difficile à comprendre quand on est maman soi-même », confie Marion Cotillard, qui s’est dite très fière de ce rôle et ravie d’être à Cannes : « Le festival peut avoir une influence capitale sur la carrière du film ». On recommande de découvrir cette œuvre forte, qui offre l’un de ses plus beaux rôles à l’actrice. L’acteur argentin a commencé à apprendre le français en 2010. L’actrice et sa jeune partenaire Ayline Aksoy-Etaix. d’Albert Dupontel. « J’ai eu beaucoup de chance l’an passé, dit-il. Ce sont des choses qui arrivent quand on ne s’y attend pas. Rien n’était calculé ». Se retrouver à Cannes dans des circonstances différentes, en tant que juré à la Semaine de la critique, l’amuse. « Il y a moins de pression à passer sa journée à regarder des films - ce que j’adore - qu’à essayer de défendre un long métrage dans lequel on joue ». L’acteur de 32 ans n’a pas tourné de nouveau film récemment. « Je prends le temps de choisir, déclare-t-il, rien ne presse ». Il espère continuer à travailler dans le monde entier. « Belgique, Suisse (il avait eu le premier rôle dans « Left Foot Right Foot » du Lausannois Germinal Roaux en 2013), France et aussi Argentine, mon pays natal, m’ont apporté de belles expériences », explique Nahuel Pérez Biscayart. Il semble assez évident que celles que lui donne le cinéma ne font que commencer. o L’actualité de Cannes à suivre sur notre site. Ceux-là nous mettent l’eau à la bouche TAPIS ROUGE Une pléthore de comédiens français ont foulé le tapis rouge hier soir pour « Le grand bain ». Dans ce film, une ribambelle de mâles se mettent à la natation synchronisée pour trouver un sens à leur vie... Sur les marches du Palais des festivals, Guillaume Canet, Leïla Bekhti, Benoît Poelvoorde et le réalisateur Gilles Lellouche (de g.à d.) sont très complices.
LUNDI 14 MAI 2018/LESSENTIEL.LU Life Style 21 La femme dans toutesadiversité La marque Weekday a lancé une campagne de maillots de bain composée de photos de ses clientes, aux corpulences diverses. MODE La plupart des publicités pour les costumes de bain se ressemblent. On voit toujours ces mannequins minces, toniques et bronzés lézarder sur la plage dans leur bikini minuscule. Ce sont des images tellement sexualisées qu’elles semblent imaginées juste pour plaire à l’œil masculin. Mais Weekday a choisi la carte de l’originalité. Pour le printemps et l’été 2018, la griffe suédoise a demandé à 25 femmes « ordinaires » de se prendre en photo en portant des pièces de sa nouvelle collection. Sous la devise « My Body, My Image » (« Mon corps, mon image ») , ces modèles d’un jour ont posé avec la gestuelle, l’attitude et le décor qu’elles voulaient. Le résultat est un ensemble de photos qui souligne le fait que les corps des femmes sont de formes et de tailles différentes.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :