L'essentiel Luxembourg n°2400 6 mar 2018
L'essentiel Luxembourg n°2400 6 mar 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2400 de 6 mar 2018

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : Del Toro a raflé 4 Oscars.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Luxembourg MARDI 6 MARS 2018/LESSENTIEL.LU Vite lu Informés sur le rein LUXEMBOURG Le Centre hospitalier de Luxembourg organise une journée d’information et de sensibilisation aux maladies rénales jeudi, de 8 h 30 à 16h, dans le hall d’entrée du bâtiment principal. Les tarifs sont à revoir LUXEMBOURG En accord avec l'Union luxembourgeoise des consommateurs (ULC), les Hôpitaux Robert Schuman se disent prêts à baisser les tarifs de stationnement. Des mesures sont attendues avant la fin du mois. Changement au CNFL LUXEMBOURG Au Conseil national des femmes du Luxembourg, Danièle Martin cède sa place de présidente à Karin Manderscheid. Danielle Becker-Bauer passe première vice-présidente. Un peu trop de lactose LUXEMBOURG Delhaize rappelle des briques de lait demi-écrémé sans lactose de sa propre marque. Une présence « légèrement supérieure » de lactose à la dose autorisée a été décelée dans le lot numéro 350013. LUXEMBOURG En dépit des hausses du prix du tabac un peu partout en Europe, le Luxembourg ne bouge pas d’un iota. Renseignements pris auprès du ministère des Finances, « aucune hausse du prix du tabac n’est prévue pour l’instant », fait-on savoir. Le gouvernement s’est pourtant doté d’un Plan national de lutte contre le tabagisme couvrant la période 2016-2020. Il prévoit une hausse des taxes une fois par an. Mais depuis le L'offre des formations doit être encore davantage diversifiée La Chambre des métiers et la Chambre des salariés présentaient hier leur collaboration dans le domaine de la formation professionnelle. 1 a 0 CD 1er août de l’année dernière et l’interdiction de fumer dans une voiture avec des enfants à bord, rien n’a changé. Si de 2008 à 2013, la vente annuelle de cigarettes a chuté de 4,5 millions à 3,4 millions d’unités vendues par année, les tarifs pratiqués au Luxembourg restent toujours largement en dessous de ceux pratiqués par les pays voisins. En 2017, les taxes sur le tabac ont rapporté quelque 550 millions d’euros à l’État. Actuellement, la formation professionnelle donne le choix entre six qualifications dans 41 métiers. « L’artisanat au Luxembourg, c’est 7 250 entreprises et 84 500 personnes occupées. En termes de formation professionnelle, six qualifications dans 41 métiers sont aujourd’hui proposées », ont détaillé hier matin Tom Oberweis, président de la Chambre des métiers, et Jean-Claude Reding, président de la Chambre des salariés. Les deux Chambres ont une position commune sur les défis futurs de la formation professionnelle, dans un secteur qu’elles qualifient de « dynamique ». Elles souhaitent toutes deux que la frontière entre formations générale et professionnelle devienne plus perméable. « L’idée est qu’à terme, les jeunes en formation professionnelle puissent, par exemple, poursuivre leurs études jusqu’au Master », explique Tom Oberweis. « Il faut diversifier encore l’offre des formations et permettre aux élèves une transition plus Le prix du tabac inchangé L’annexe Kirchberg du LTC a sept classes d’accueil dédiées. Le prix des cigarettes n’est pas dissuasif au Luxembourg. Ils sont intégrés grâce au lycée LUXEMBOURG Les élèves primoarrivants et demandeurs de protection internationale du Lycée technique du Centre ont reçu la visite du ministre en charge de l’Immigration et de l’Asile. Jean Asselborn a notamment évoqué les questions de politique migratoire et les défis de l’Union européenne. Sur 420 élèves d’une cinquantaine de nationalités, plus de 80 nouveaux arrivants âgés de 12 à 17 ans viennent de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan ou encore des pays des Balkans. Dans les sept classes d’accueil du lycée, l’importance est donnée à l’apprentissage des trois langues officielles du pays. facile entre les qualifications. Un travail déjà bien en cours », ajoute Jean-Claude Reding. Les deux Chambres plaident aussi pour un renforcement de l’orientation et aimeraient voir leur outil basic-check implanté au niveau national. Lancé en 2016, il permet aux élèves de 5 e (anciennement 9 e) de tester leurs compétences et de découvrir les métiers susceptibles de mieux leur correspondre. « Les retours que nous avons eus sont très bons, précise Claude Cardoso, conseiller de direction à la Chambre des salariés. Le basic-check sera proposé dans les lycées du 26 au 30 mars. SÉVERINE GOFFIN La confiance a légèrement reculé LUXEMBOURG L'Adem a finalement versé les indemnités de reclassement du mois de janvier à une dizaine d'employés de Luxair. Mais avec un bon mois de retard, mettant certains salariés en délicatesse avec leur banque. Luxair a d'ores et déjà réglé sa part pour le mois de février, les salariés concernés espèrent que l'Adem payera cette fois dans les temps. LUXEMBOURG Après avoir atteint en janvier un niveau historiquement haut depuis son lancement en 2002, l’indicateur de confiance des ménages établi par la Banque centrale du Luxembourg a légèrement reculé le mois dernier. L’inquiétude des ménages face au chômage peine à s’estomper et les anticipations relatives à la situation économique générale au Luxembourg se sont « fortement détériorées ». Seule la capacité relative à la capacité d’épargner poursuit sa hausse. L'Adem a versé les indemnités L'Adem a tardé pour verser les indemnités de reclassement.
MARDI 6 MARS 2018/LESSENTIEL.LU Luxembourg 5 Le nouveau radar est visible, mais il n’est pas branché. Un radar présent mais sans flashs ESCH-SUR-ALZETTE Le Luxembourg dispose d’un radar automatique supplémentaire. Un nouvel équipement a été installé au bout de l’A4, juste avant d’arriver au rondpoint Raemerich. Mais le radar n’est toujours pas en service, car des branchements doivent encore être opérés. PUB Les étudiants seront payés lors des stages volontaires LUXEMBOURG Un texte de loi va encadrer les stages et leurs rémunérations. Les étudiants y verront bientôt plus clair quant à leurs droits et rétributions en période de stage. L’introduction d’un cadre légal pour les stages étudiants, présenté hier, doit en effet permettre de sortir d’un flou qui perdure depuis plusieurs années. Le projet de loi fait la distinction entre stages conventionnés et stages volontaires. Les premiers font partie intégrante du cursus universitaire. Rien n’obligera donc l’entreprise à rémunérer le stagiaire, sauf si l’établissement d’enseignement supérieur le prévoit. CONFÉRENCES FISCALES En collaboration avec des experts en fiscalité, Foyersedéplacedans votrerégion pour vous informer sur lesnouveautés et vous aider à déchiffrer votredéclaration fiscale. Résident ou frontalier, inscrivez-vous sur conferences.foyer.lu Pour les stages non conventionnés (stages volontaires servant à acquérir une expérience professionnelle), la loi prévoit un barème de rétribution. Si la rémunération n’est pas obligatoire en dessous d’un mois, l’employeur devra payer au moins un tiers du salaire minimum à l’étudiant si le stage dure entre deux et trois mois. De trois à six mois, cela monte à la moitié du salaire minimum. Un stagiaire ne pourra pas travailler plus de six mois chez le même employeur. La durée totale de tous les stages pratiques ne peut dépasser douze mois sur deux ans. Sont éligibles les étudiants et ceux ayant terminé leur cursus depuis un an au maximum. THOMAS HOLZER Informez-vous. En toute confiance. FoyerVie S.A., 12, rue Léon Laval, L-3372 Leudelange Pour éviter le travail caché, le nombre total de stages pratiques en cours ne devra pas dépasser 10% des effectifs dans une entreprise.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :