L'essentiel Luxembourg n°2366 17 jan 2018
L'essentiel Luxembourg n°2366 17 jan 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2366 de 17 jan 2018

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Edita SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 8,2 Mo

  • Dans ce numéro : portables interdits au lycée, une réflexion est ouverte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
VI Cinéma DU 17/01 AU 30/01/LESSENTIEL.LU Quand Spielberg célèbre le jo THRILLER Steven Spielberg plonge au cœur d’un scandale d’État dans « The Post ». Un bel hommage à la profession de journaliste. Première femme directrice de la publication d’un grand journal américain, le « Washington Post », Katharine Graham (Meryl Streep) s’associe à son rédacteur en chef, Ben Bradlee (Tom Hanks), pour dévoiler un scandale d’État monumental et réussir à combler son retard par rapport au « New York Times », qui mène de son côté ses propres investigations. Ces révélations concernent les différentes manœuvres de quatre présidents américains, sur une durée d’une trentaine d’années, et destinées à étouffer des affaires AND ST11.1 NO AHRESTS très sensibles. Ces pages confidentielles et secret-défense dévoilent en effet la responsabilité et l’implication politique et militaire des États-Unis dans la guerre du Vietnam, de 1945 à 1967. Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine Graham et Ben Bradlee vont devoir surmonter tout ce qui les sépare, pour parvenir à révéler au grand jour ces secrets depuis trop longtemps enfouis. L’histoire de « The Post », titré « Pentagon Papers » en version française, en recoupe plusieurs, et le scénario de Liz Hannah et Josh Singer les aborde toutes sous un angle nouveau : celle des quatre gouvernements successifs qui ont menti aux citoyens sur la guerre du Vietnam pendant plus de 20 ans, celle de Daniel Ellberg, ancien Marine et consultant militaire devenu lanceur d’alerte, celle du « New York Times » et de sa gestion d’un scoop retentissant, et enfin celle d’une bataille judiciaire, sans parler des répercussions toujours actuelles sur les médias, le premier amendement et la démocratie elle-même. Steven Spielberg s’intéresse pour la première fois à l’Amérique des années 70. Habitué des films se déroulant dans le passé, il n’avait encore jamais réalisé un long métrage sur les États- Unis au cours de cette décennie. Le cinéaste de 71 ans retrouve ici Tom Hanks, son acteur fétiche, après « Il faut sauver le soldat Ryan » (1998), « Arrête-moi si tu peux » (2002), « Le Terminal » (2004) et « Le Pont des espions » (2015). « The Post » De Steven Spielberg. Avec Meryl Streep, Tom Hanks, Sarah Paulson, Bob Odenkirk. Sortie le 24 janvier. Elle s’en prend frontalement à la police Mildred Hayes (F. McDormand), révoltée par le meurtre de sa fille. DRAME « 3 Billboards », drame policier mâtiné d’humour noir, du Britannique Martin McDonagh, excelle autant par son scénario, ses dialogues, son ambiance que ses comédiens, au point d’être devenu un des favoris aux Oscars, après sa moisson aux Golden Globes. L’histoire se situe à Ebbing, une bourgade imaginaire du Missouri. Plusieurs mois se sont écoulés depuis le viol et le meurtre de la fille de Mildred Hayes (F. McDormand) et l’enquête ne progresse pas. À bout, elle décide de faire placarder sur trois panneaux publicitaires géants à l’entrée de la ville des messages qui fustigent l’inefficacité du chef de la police locale, le pourtant très respecté William Willoughby (Woody Harrelson). Katharine Graham (Meryl Streep, à gauche) et Ben Bradlee (3 e à ga Entre les forces de l’ordre, dont l’impulsif et violent officier Jason Dixon (Sam Rockwell), et Mildred, c’est le début d’une escalade incontrôlable, dont les conséquences sont imprévisibles. Car c’est aussi une des grandes qualités de ce film que d’éviter tout manichéisme. À ce titre, Martin McDonagh parvient à garder sous tension son spectateur, tout en installant un véritable suspense émotionnel. À la gravité de certains instants succèdent parfois subitement des pics d’humour inattendus mais jamais incongrus. L’équilibre tient autant aux dialogues qu’aux personnages imaginés. « 3 Billboards » De Martin McDonagh. Avec Frances McDormand, Woody Harrelson, Sam Rockwell. En salle. François Civil interprète Tony. Un polar qui file à cent à l’heure ACTION Accro aux sensations fortes, Tony veut devenir pilote professionnel de moto superbike. Jusqu’au jour où il découvre que la mère de son fils est liée à la pègre manouche. Seule issue pour la sortir de cet engrenage : mettre ses talents au service des truands. « Burn Out » De YannGozlan. En salle.
DU 17/01 AU 30/01/LESSENTIEL.LU Cinéma VII urnalisme che) s’associent pour dévoiler un véritable scandale d’État. La grande reine du jeu clandestin BIOPIC « Molly’s Game » retrace la prodigieuse histoire vraie d’une jeune femme surdouée devenue la reine d’un gigantesque empire du jeu clandestin à Hollywood. En 2004, la jeune Molly Bloom (Jessica Chastain) débarque à Los Angeles. Simple assistante, elle épaule dans un premier temps son patron qui réunit toutes les semaines des joueurs de poker autour de parties clandestines. Virée sans ménagement, elle décide de monter son propre cercle, avec une mise d’entrée Jessica Chastain sort le grand jeu pour son rôle de Molly Bloom. P.T. Barnum (Hugh Jackman) a mis en scène des « monstres ». Son show devient un vrai phénomène COMÉDIE MUSICALE « The Greatest Showman » retrace les débuts du show-business et la magie de voir se réaliser les rêves les plus fous. Le film s’inspire de l’ambition et de la fantaisie de P.T. Barnum (Hugh Jackman). Ce visionnaire américain parti de rien a su s’imposer en créant un spectacle hallucinant, devenu phénomène planétaire. Après avoir été licencié par une compagnie maritime, P.T. Barnum prend le risque de contracter un emprunt important auprès d’une banque. Il rachète ensuite le de 250 000 dollars. Très vite, les stars hollywoodiennes, les millionnaires et les grands sportifs accourent. Le succès est immédiat et vertigineux. Acculée par les agents du FBI bien décidés à la faire tomber, menacée par la mafia russe décidée à faire main basse sur son activité et harcelée par des célébrités inquiètes qu’elle ne les trahisse, Molly Bloom se retrouve prise entre tous les feux. « Molly’s Game » est le premier long métrage du cinéaste américain Aaron Sorkin, connu pour ses scénarios de films comme ceux de « Des hommes d’honneur », « SteveJobs », « Le Stratège » ou encore « The Social Network ». « Molly’s Game » D'Aaron Sorkin. Avec Jessica Chastain, Idris Elba, Kevin Costner, Michael Cera. En salle. musée américain Barnum de Manhattan, une attraction qui présente des modèles de cire. Alors que les affaires démarrent doucement, ses enfants lui suggèrent de proposer quelque chose de plus vivant. P.T. Barnum va alors mettre en scène des « monstres » dans son musée. Malgré les protestations et les critiques négatives, le spectacle attire un large public, devenant un véritable phénomène planétaire. « The Greatest Showman » De Michael Gracey. Avec Hugh Jackman, Michelle Williams. En salle. HORREUR Ce quatrième volet de la saga horrifique « Insidious » se plonge dans les années 50, pour puiser dans la jeunesse d’Elise Rainier (Lin Shaye), la médium à l’œuvre dans les précédents épisodes. On découvre qu’enfant, elle était déjà en contact avec des esprits démoniaques, ce qui Gary Oldman en Winston Churchill BIOPIC Fougueux, Winston Churchill préféra très longtemps s’exprimer sur les champs de bataille. Mais c’est par la plume qu’il remporta ses plus grandes victoires. Le film s’articule ainsi autour de discours que le dirigeant de 65 ans rédigea dans le contexte critique du début de la Seconde Guerre mondiale. Gary Oldman sera un des acteurs à battre aux prochains Oscars pour sa performance dans le film de Joe Wright. « Darkest Hour » De Joe Wright. Avec Gary Oldman, Kristin Scott Thomas. En salle. rw Gary Oldman est bluffant dans la peau de Winston Churchill. Ce quatrième volet se déroule avant les événements du premier. Aux origines de la saga « Insidious » l’avait poussée à fuir. Elle va expérimenter la peur de sa vie quand on lui demande, des décennies après, d’intervenir dans la maison même où elle a grandi, et qui abrite Key Face, père de tous les démons. « Insidious 4 » D'Adam Robitel. Avec Lin Shaye, Leigh Whannell. En salle.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 1L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 2-3L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 4-5L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 6-7L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 8-9L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 10-11L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 12-13L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 14-15L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 16-17L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 18-19L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 20-21L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 22-23L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 24-25L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 26-27L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 28-29L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 30-31L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 32-33L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 34-35L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 36-37L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 38-39L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 40-41L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 42-43L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 44-45L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 46-47L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 48-49L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 50-51L'essentiel Luxembourg numéro 2366 17 jan 2018 Page 52