L'Eau Magazine n°31 jun à oct 2018
L'Eau Magazine n°31 jun à oct 2018

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
TERRITOIRES La gestion du pluvial au cœur du 11 ème programme Un enjeu capital L’insuffisance ou la gestion inappropriée de gestion des eaux pluviales, urbaine et rurales, contribue à la dégradation du bon état écologique  : surverse des réseaux unitaires, apports de matières en suspension et des pollutions adsorbées… La maîtrise de ces eaux pluviales constitue dès lors un enjeu majeur pour l’atteinte des objectifs de bon état des masses d’eau sur le Bassin Artois Picardie. Sur les 5 premières années du X° programme (2013- 2018), plus de 230 ha de surface ont fait l’objet d’un financement pour être traitées par des techniques de gestion intégrée des eaux de pluies  : 200 ha dans le domaine des collectivités territoriales, ce qui représente une multitude d’opérations disséminées sur l’espace urbain du bassin, 30 ha dans le domaine des activités économiques sur une démarche plus récente au travers de 2 appels à projets en 2016 et 2017. Depuis 2013, l’agence a participé au financement de près de 230 bassins de stockage restitution pour un volume global de 70 500 m 3. « Dans un 11° programme en recul de 4% par rapport au X° (X° 1 150M € vs 1 104M € au 11°), la part de financement des politiques d’assainissement reste globalement stable à 45% (X° 521M € vs 497M € au 11°) mais la part réservée au « Traitement des eaux pluviales » augmente de 37% pour passer de 60 à 88 M €   : la gestion des eaux pluviales est une priorité technique et financière du 11° programme », souligne Hubert Verhaeghe, chef de service expertise industrie et assainissement. Des collectivités exemplaires Initiée suite à des inondations répétitives dans les années 90, la politique de gestion durable et intégrée des eaux pluviales sur le Douaisis est un exemple remarquable. Depuis plus de 25 ans, la Communauté d’Agglomération du Douaisis pratique l’infiltration des eaux pluviales en urbanisation nouvelle comme en existante. Le territoire regroupe plus de 950 réalisations en techniques alternatives soit l’équivalent de 25% du territoire géré par infiltration. « Le retour d’expérience de dix années d’exploitation montre que les volumes non traités ont été divisés par 4 de 2005 à 2015 et la collectivité estime les gains annuels en frais de fonctionnement à 1 million d’euros », précise H. Verhaegue. 34 L’Eau magazine juin 2018 n°31 D’autres collectivités comme la Communauté d’Agglomération d’Hénin Carvin ont également des programmes intéressants d’intégration de la gestion des eaux pluviales dans les programmes de rénovation des cités minières par exemple. Pour les activités économiques, c’est également possible Implantée à Aniche, l’usine Asahi Glass Co (AGC) est spécialisée dans la fabrication de pare-brises pour l’automobile. A l’origine, toutes les eaux du site étaient rejetées dans le réseau unitaire de la Communauté de Commune de Cœur d’Ostrevent contribuant à la surcharge des réseaux d’assainissement. Avec l’aide financière de l’Agence de l’eau, AGC a déraccordé l’ensemble des eaux pluviales qui rejoignent désormais un bassin de rétention avant d’être infiltrées dans une noue. Résultat  : 50 000 m 3 d’eau pluviale en moins dans les réseaux d’assainissement. Fort de cette première expérience réussie, les deux autres verreries d’Aniche se sont également engagées dans la démarche. Infiltration des eaux de pluie anticipe les risques liés au dérèglement climatique  : face aux intensités de plus en plus fortes, les techniques alternatives acceptent les pointes plus intenses, concourt à la reconquête du bon état écologique des masses d’eau, tout en participant à la lutte contre les risques inondations  : les débits de pointe sont diminués, la gestion durable des eaux pluviales produit une ville plus sobre et résiliente, où les impacts environnementaux des systèmes d’assainissement sont réduits… financièrement  : les coûts de gestion des eaux usées de temps de pluie et le coût de la gestion du pluvial sont réduits, participe au développement de la biodiversité en ville en créant des corridors écologiques (ouvrages superficiels et plantés), contribue à la lutte contre les ilôts de chaleur (réintroduction d’eau dans la ville qui permet une évapotranspiration, réductrice de la température).
Les maîtres d’ouvrage se mobilisent pour la préservation des milieux Depuis une dizaine d’année, l’Agence de l’eau et l’ensemble des structures qu’elle accompagne (notamment le Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres, les conservatoires des sites naturels, les fédérations de pêche et de chasse, les collectivités territoriales et structures de bassin versant dédiées) se mobilisent sur la préservation et la restauration des milieux humides. Sur la durée du 10 ème programme, les aides de l’agence portent sur près de 29 millions d’euros pour ces travaux sur le bassin  : en acquisition foncière de zones humides sujettes à des menaces ou des dégradations, qui possèdent un intérêt patrimonial et/ou fonctionnel, dans une logique de préservation, y compris de l’activité agricole (élevage notamment), en valorisation d’espaces de nature dans les zones urbanisées, offrant en plus de la restauration d’écosystèmes des espaces d’accueil du public, en travaux de gestion des habitats humides, notamment pour des opérations ambitieuses de restauration écologique, dans le cadre d’actions de Communication, Education et Sensibilisation du Public (journées d’information, organisation de journées techniques et de colloques, accompagnement des partenaires sur les programmes « Mares » ou dans le cadre de la journée mondiale des zones humides, création de l’exposition « Voyage au cœur des zones humides » …). Par ailleurs, l’Agence de l’eau intervient dans le domaine de la restauration écologique des cours d’eau (près de 51 M € dans les domaines de la restauration écologique de cours d’eau et de la prévention des inondations), en accompagnement des porteurs de projets. De manière plus spécifique, l’agence est intervenue aussi depuis 2010 en qualité de maître d’ouvrage, pour des travaux de restauration d’annexes alluviales ou de cours d’eau et depuis 2012, plus particulièrement dans le domaine de la restauration de la continuité écologique, avec près de 30 ouvrages rendus franchissables en maîtrise d’ouvrage directe sur les bassins versants de la Canche, de la Lys ou de la Hem (pour un total de près de 200 aménagés dans le bassin sur la même période). Certaines opérations, comme la restauration de moulin Leulenne dans la vallée de la Hem (effacement du seuil et reméandrage du bief amont, après acquisition foncière préalable des parcelles d’emprise par l’Agence) sont emblématiques et font l’objet de TERRITOIRES suivis de l’efficacité biologique poussés, avec l’appui de l’Agence Française pour la Biodiversité. 6 mois après les travaux réalisés en novembre 2017, un premier suivi des fraies de saumons et truites de mer et des lamproies fluviatiles en début d’année a démontré le gain écologique de l’aménagement des travaux. Ce résultat encourageant devra être confirmé par la suite. « Depuis deux ans, avec la promulgation de la loi sur la biodiversité et l’extension des missions des agences de l’eau à ces enjeux, des appels à initiative en faveur de la préservation de la biodiversité ont été lancés. Ils sont une vraie réussite sur le bassin. Nous avons reçu des projets ambitieux, des gestionnaires « historiques » de milieux humides qui gèrent également des milieux terrestres et littoraux. Mais ces initiatives ont montré également l’intérêt des collectivités territoriales pour ces projets de restauration des trames écologiques, notamment les Communauté d’Agglomération Béthune – Bruay – Artois Lys Romane, Maubeuge Val de Sambre ou La Métropole Européenne de Lille*. La mobilisation des maîtres d’ouvrages en lien avec l’aménagement du cadre de vie constitue un élément clef de réussite pour la préservation de ces milieux, dans des secteurs très urbanisés », souligne Stéphane Jourdan, chef de service Milieux Aquatiques et Maîtrise d’Ouvrage. Réalisé par Pascale Meeschaert * Randonnées pédestres, randonnées cyclables, biodiversité, gestion de l’eau en milieu urbain deviennent ainsi les composantes phares de l’écotourisme et sont au cœur de l’offre urbaine. L’Eau magazine juin 2018 n°31 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 1L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 31 jun à oct 2018 Page 68