L'Eau Magazine n°27 jun à oct 2016
L'Eau Magazine n°27 jun à oct 2016

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
TERRITOIRES Bâtiment SEML au démarrage d’un plus vaste chantier, début 2012, allant du centre-ville vers la zone industrielle nord où se situe la nouvelle grande station d’épuration de Papeete, chantier confié à l’entreprise Aqualter. Quelles étaient les principales attentes de la ville vis-à-vis des différents partenaires du projet ? L’assainissement des eaux usées est au centre des préoccupations de la ville qui y voit un moyen d’éliminer la pollution, de créer de nouveaux débouchés économiques, de redynamiser le tourisme et d’atteindre à terme un meilleur niveau de qualité de ses eaux de baignade. Ce projet s’inscrit réellement dans une démarche de développement durable et se veut être la vitrine de l’assainissement collectif des eaux usées dans le Pacifique. Comment l’emplacement de la STEP a été défini ? Cela a été un vrai défi  : la ville de Papeete ne dispose pas de réserve foncière et la recherche d’un terrain sur la plaine littorale pour accueillir la station d’épuration était complexe. Le remblai de la Papeava où se construit actuellement la station d’épuration se situe dans la zone industrielle nord. L’obtention de ce terrain était une opportunité rendue possible avec la collaboration du Port Autonome de Papeete afin que la ville puisse disposer du foncier nécessaire pour construire la station en bord de lagon, permettant ainsi de rejeter les eaux assainies par un émissaire en haute mer. Comment s’est passée la collaboration entre les différents acteurs du projet ? Sur le plan technique, ce projet, remporté par Aqualter (entreprise adhérente au Synteau), a 36 L’eau magazine juin 2016 n°27 Aqualter-Papeete mobilisé de nombreuses entreprises pour la pose de réseaux d’assainissement des eaux usées, pour la construction de la station d’épuration et pour la pose de l’émissaire de rejet des eaux épurées. Ces dernières ont dû s’équiper et investir dans des technologies spécifiques et adaptées au contexte urbain dense. Les contraintes techniques de chantier ont impliqué des travaux de nuit avec le recours à des techniques de fonçage (une première en Polynésie Française) et de tranchée à faible largeur pour limiter l’impact sur la circulation. Le chantier de l’émissaire a été très complexe pour le franchissement du récif corail par forages dirigés de 300 ml, une première en Polynésie également. La construction de la station est réalisée par un groupement d’entreprises nationale et locales qui ont associé leurs compétences respectives pour répondre aux conditions de l’appel d’offres de conception réalisation et exploitation et aux exigences de performances techniques, architecturales et environnementales. Ce groupement est composé d’un mandataire et détenteur du process d’épuration Aqualter Construction, d’un maitre d’œuvre interne, SPEED, d’un architecte, Matthieu VERMEULEN, d’une entreprise de génie civil locale, GL Construction, d’une société de montage locale, SPRES, et enfin d’un exploitant, Aqualter Exploitation. Le montant global de ce marché est de près de 12 millions d’euros. Aqualter-Papeete Serre de séchage de boues
Le point de vue de l’entreprise Aqualter Un projet présentant plusieurs défis  : exiguïté et construction en plusieurs phases Le terrain disponible est exigu  : il s’agit d’une bande de terre gagnée sur le lagon qui est déjà partiellement construite (implantation d’entreprises diverses…). Les travaux de réalisation des réseaux d’assainissement se faisant sur une durée assez longue, il a été décidé de construire une station d’une capacité de 12 500 EH, extensible dans un premier temps à 25 000 EH, puis dans un deuxième temps à 50 000 EH. Les ouvrages actuellement en construction, ainsi que les réseaux associés, doivent être pensés pour que d’autres ouvrages puissent être construits le plus facilement possible. La station se situant en zone urbaine, un traitement des odeurs très performant a été prévu. Compte tenu des coûts de l’électricité et des produits de traitement, il était demandé de prévoir des techniques de traitement consommant peu d’électricité et de réactifs. Des technologies innovantes Le projet architectural a beaucoup plu aux élus de la commission avec une solution compacte, constituée d’ouvrages carrés ou rectangulaires, qui permettait des extensions futures plus faciles que les ouvrages classiques. Le traitement des eaux usées par lit bactérien, système éprouvé, correspondait bien aux demandes du client  : facilité d’exploitation, coûts d’exploitation, de maintenance et de renouvellement réduits. Traitement des odeurs La problématique sur Papeete est que tous les produits chimiques nécessaires au traitement des odeurs (eau de Javel, soude, acide sulfurique) doivent être livrés par bateau depuis les Etats- Unis ou l’Australie, à des coûts qui sont très élevés. Pour diminuer, ces coûts, nous avons donc proposé en cours de chantier une adaptation de ces installations  : sans modifier les dimensions des tours (diamètre, hauteur), nous avons prévu de les modifier en biofiltres percolateurs (changement du type de garnissage, modification du débit et de l’asservissement du recyclage, rajout d’eau avec nutriment pour ensemencement biologique du garnissage …..) permettant un fonctionnement biologique tout en conservant possible un fonctionnement physico-chimique en sécurité ultime. L’avantage pour notre client lié à cette modification réside à terme dans des diminutions des coûts de fonctionnement de cet atelier qui fonctionne 24h/24 en évitant l’emploi coûteux de réactifs et en subissant une consommation électrique plus faible  : les pompes de recyclage ont un débit Aqualter-Papeete Installation de désodorisation TERRITOIRES inférieur, et il n’est pas nécessaire d’approvisionner de grandes quantités de produits chimiques. Séchage solaire et hygiénisation des boues Le procédé TERSOLAIR proposé pour le séchage des boues présente de nombreux avantages par rapport aux autres systèmes de séchage solaire  : il s’agit d’un vrai pont retourneur (et non pas d’un simple scarificateur) qui permet de retourner 10 fois par jour la globalité des boues présentes dans le sécheur. Ce retournement complet permet d’aérer les boues, de les mettre en contact fréquent avec l’air chaud de la serre, ce qui évite les problèmes de fermentation et donc les dégagements d’odeurs dans une zone d’habitations. Aqualter a également fait profiter Papeete de son brevet TERSOLYGE, technologie qui s’installe en aval du séchage solaire. Il permet une hygiénisation des boues par passage des boues sèches dans une vis chauffante pendant une durée d’environ six heures et à une température de 100°C. Les boues sont ensuite refroidies et stockées en « big bag ». Les boues hygiénisées respectent alors des valeurs limites en micro-organismes pathogènes qui permettent de valoriser ces boues en tant qu’engrais sur des espaces verts, grandes cultures, arboriculture, viticulture, sylviculture, pépinières, etc... Point d’avancement du chantier Le chantier est désormais entré dans sa phase d’essais en eau puis en boues au cours de laquelle la station réceptionnera les premières eaux usées en mai 2016. A l’issue des périodes de mise au point, mise en régime puis d’observation de deux mois, les ouvrages pourront être réceptionnés miaoût 2016. Aqualter Construction cèdera alors sa place à Aqualter Exploitation pour une année d’exploitation. L’eau magazine juin 2016 n°27 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 1L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 27 jun à oct 2016 Page 72