L'Eau Magazine n°24 nov 14 à mai 2015
L'Eau Magazine n°24 nov 14 à mai 2015

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
International Une nouvelle installation de dessalement à Abu Dhabi Fin octobre 2014, Degrémont a été choisi pour réaliser la future usine de dessalement de Mirfa aux Emirats Arabes Unis. En plus d'un prétraitement poussé, l'osmose inverse présente des particularités permettant d'optimiser le fonctionnement et la consommation énergétique de l'usine. Un design Split partial, une configuration hybride des membranes et l’installation d’échangeurs de pression permettent de diminuer la consommation énergétique de l’osmose inverse. Un pilote pour de futures usines écoénergétiques Dans une logique d’optimiser davantage le procédé de dessalement, Masdar, une société appartenant au gouvernement d’Abu Dhabi, a lancé un appel d’offres pour participer au Programme de dessalement d’eau écoénergétique. L’objectif est d’examiner et développer des technologies avancées, voire de rupture, économes en énergie et adaptées pour être alimentées par des énergies renouvelables (EnR). En mai 2014, quatre sociétés ont été choisies pour y participer  : Degrémont, Veolia/Sidem, Trevi Systems et Abengoa. Chacune d’elles aura 18 mois pour concevoir l’unité pilote, effectuer des tests, et optimiser les performances. La solution développée la plus prometteuse sera retenue et un déploiement à grande échelle pourrait ensuite être envisagée.. Pour répondre aux besoins croissants de la population de l’émirat d’Abu Dhabi, un nouveau projet de production indépendante d’eau et d’électricité est mené depuis début juillet 2014 par ADWEC et GDF Suez 1, dans le cadre d’un partenariat public-privé. Situé à Mirfa, à 160 kilomètres de la capitale, ce projet vise à doter la région de nouvelles installations, qui fourniront à terme 1 600 MW d'électricité et près de 240 000 m 3 par jour d’eau potable. Fin octobre 2014, Degrémont a été sélectionné pour la conception et la construction de la nouvelle usine de dessalement d’eau de mer par osmose inverse (OI), marché estimé à 117 millions d’euros. La filiale de Suez Environnement s’est également vue confier l’exploitation de cette unité une fois réalisée, pour un montant de 29 millions d’euros sur sept ans. Un prétraitement en deux étapes Afin d’assurer le prétraitement des eaux turbides et riches en algues du Golfe arabo-persique, l’usine sera équipée d’une flottation à air dissous SeaDaf, et d’une double étape de filtration de type bicouche. Après dégrillage, les eaux de mer prises en charge par le SeaDaf vont être débarassées des matières en suspension et des algues par ajout de coagulants (chlorure ferrique). La technologie de flottation SeaDaf, mise en œuvre par Degrémont,se caractérise par des vitesses de circulation particulièrement élevées pouvant atteindre 32 m/h, sans dégrader la qualité de l’eau traitée. Les filtres bicouches sont eux constitués d’une première couche d’anthracite, média grossier et léger chargé de retenir au maximum les matières en suspension, et d’une deuxième de sable, plus fin et plus dense, qui assure un affinage. Une filtration de sécurité sur cartouches (seuil de coupure de 5 µm) sera également installée. L’optimisation énergétique recherchée Une fois prétraitées, Les eaux sont prises en charge par une double passe d'OI  : une première passe constituée de neuf racks présentant un rendement hydraulique (taux de conversion) de 43%, suivie d’une deuxième constituée de trois racks présentant un rendement 90%. « La caractéristique principale de ce projet d’OI est la performance énergétique. Plusieurs technologies seront mis en œuvre pour pouvoir optimiser la consommation énergétique en temps réel », indique Sophie Bertrand, chef de pôle Dessalement chez Degrémont. L’OI aura ainsi comme particularité d’être conçue sur la base d’un design de type « Split partial ». En fonction de la température de l’eau, ce type de design offre la possibilité d’envoyer une partie du perméat de la première passe directement dans le réservoir final, alors que le reste sera affiné sur la 26 L’eau magazine novembre 2014 N°24 Degrémont
deuxième passe. A titre d'exemple, à 22°C, 74% du volume d’eau produit proviendra directement de la première passe, contre 48% à 35°C. Perméabilités différentes et échangeurs de pression Une configuration hybride de membranes première passe participe également à l'optimisation de la station. Deux types de membranes de perméabilité différentes seront en effet mis en œuvre afin de mieux équilibrer les débits de production de chacune des membranes. Enfin, des systèmes de récupération d’énergie seront également installés afin de participer à la réduction des coûts d’exploitation. Ces systèmes récupèrent la pression du concentrât (70 bar) en sortie d’osmose inverse, avec près de 95% d’efficacité, pour venir en appoint du système de pompage d’alimentation de l’osmoseur. Manuel Castel 1 Abu Dhabi Water and Electricity Authority (ADWEA) 80% et GDF Suez 20% L’eau magazine novembre 2014 N°24 Degrémont International Représentant un investissement de 117 millions d’euros, la future usine de dessalement de Mirfa produira près de 240 000 m 3 d’eau par jour. 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :