L'Eau Magazine n°23 jun à oct 2014
L'Eau Magazine n°23 jun à oct 2014

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Colloque Entreprises de l’eau, ministères, maîtres d’ouvrage et maîtres d’oeuvre s’étaient donné rendez-vous le 9 avril à Paris pour la troisième édition du colloque de l’Union nationale des industries et entreprises de l’eau et de l’environnement (UIE). Une journée faisant suite aux travaux de la Conférence environnementale et du Plan eau de la Nouvelle France Industrielle. Quelles réponses innovantes en termes de règlementation, récupération d’énergie, gestion intelligente ou smart water… ? Les débats furent fructueux et animés. Une approche globale des eaux pluviales en construction La première table ronde de la journée concernait la gestion des eaux pluviales, l’un des éléments essentiels de la ville durable. Claire Grisez, sous-directrice chargée de la protection et de la gestion des ressources en eau à la direction de l’Eau et de la Biodiversité du ministère de l’Écologie, a rappelé le cadre réglementaire  : une taxe pluviale peut être mise en place par les collectivités depuis 2010 afin de financer le service de gestion des eaux de pluie ; qu’un arrêté de 2008 a fixé le cadre de la récupération des eaux de pluie et de leur réutilisation dans les bâtiments ; la loi du 27 janvier 2014 instaure une compétence de prévention des inondations aux communes (voir article p.24) et rend possible la création d’une nouvelle taxe dédiée. 22 Pour aller plus encore vers cette ville durable, « dans la feuille de route issue de la conférence environnementale de septembre 2013, il y avait trois chantiers  : la gestion et le traitement par temps de pluie pour l’assainissement collectif ; les schémas de gestion des eaux pluviales ; et la récupération des eaux de pluie », précise Claire Grisez. Sur le premier point, la révision de l’arrêté du 22 juin 2007 qui doit définir les exigences en matière de traitement en cas de fortes pluies est en cours de finalisation après deux ans de travail du ministère sur ce dossier. Concernant le deuxième chantier, la taxe eaux pluviales, rarement mise en œuvre, a toutefois eu pour intérêt d’amener nombre de collectivités à avancer sur UIE Lors de ce troisième colloque, cinq tables rondes ont été organisées sur autant de thématiques liées aux enjeux de l’eau. De gauche à droite, Laurent Roy, directeur de l’eau et de la biodiversité au ministère de l’Écologie, Didier Haegel, président de l’UIE, et Alain Grandjean, associé fondateur de Carbone 4. la gestion à la parcelle. Au Grand Lyon par exemple, une étude technico-financière a été réalisée. « Créer une telle taxe aurait entraîné 60 000 factures annuelles, contre 2 000 aujourd’hui », a expliqué Élisabeth Sibeud, responsable du service études de la direction de l’eau du Grand Lyon. Elle a aussi souligné que « le principal contributeur serait le grand Lyon lui-même avec les voiries et les espaces publics ». Le projet a donc été abandonné au profit d’une stratégie de subventions incitatives, mais l’étude a permis d’avoir une image claire de la situation. Toutefois, notamment en raison de son faible impact, le ministère n’exclut pas de lancer une réflexion pour une éventuelle révision du dispositif. L’eau magazine juin 2014 N°23
La place de la filière de l’eau dans l’économie circulaire est évidente mais doit être développée Cinq milliards de mètres cubes d’eaux usées sont traitées chaque année en France  : cela fait un beau potentiel. Il y a tout d’abord l’eau elle-même. Une fois traitée, elle pourrait être utilisée pour l’irrigation, la restauration de zones humides, la réalimentation de nappes... Toutefois, « les filières françaises sont pénalisées par le manque d’ambition de la réglementation française. Pourtant, il est important que l’on puisse mettre en avant sur notre territoire des technologies qui font référence pour des pays étrangers », souligne Jean-Luc Ventura, président du Syndicat national des entreprises du traitement de l’eau (Synteau). Autre ressource  : la matière, telle que le phosphore issu des boues traitées, le sable issu du process « 30 000 tonnes de phosphores sont récupérables dans les boues de nos stations d’épuration. Les entreprises y travaillent », poursuit-il. Pour développer la valorisation du phosphore, il faudrait faciliter la modification des normes engrais. Troisième ressource potentielle présente dans les eaux usées  : l’énergie. « La station d’épuration du futur sera avant tout autonome en énergie », remarque Jacques Olivier, directeur Le marché des « smart water » désigne les technologies de l’information et de la communication dans le domaine de l’eau. D’après Maria Salvetti, économiste, partenaire du cabinet de conseil Org Economics, le marché à fort potentiel (cf. enquête p.42) est aujourd’hui tiré par les compteurs intelligents. « Cela sert à facturer en fonction de la consommation réelle et non plus estimée. Le consommateur peut maîtriser ses consommations. Cela permet aux collectivités d’asseoir leurs recettes de manière plus fine. Pour les opérateurs, cela améliore la sécurité des réseaux », détaille général du Siaap (Syndicat interdépartemental d’assainissement de l’aggomération parisienne). Notamment grâce à la méthanisation. « En France, 340 stations d’épuration d’agglomérations de plus de 30 000 EH pourraient être équipées de méthaniseurs, générant 1,5 TWh d’énergie », d’après Jean-Luc Ventura. L’autorisation d’injecter le biométhane dans le réseau et les tarifs de rachat pour Colloque De gauche à droite  : Jacques Olivier, directeur général du Siaap, Jean-Luc Ventura, président du Synteau, Jean-Louis Marchand, président de la Commission développement durable à la FNTP et président du pôle Advancity, Marc Dufau, chargé de mission économie circulaire à la DGCIS, et Xavier Leflaive, administrateur principal à la Direction de l’environnement de l’OCDE. le biométhane pourraient être publiés en mai 2014. Pour avancer, il revient aux acteurs de l’eau « de mieux exprimer les besoins en matière de financement – il existe des programmes concernant l’économie circulaire où l’eau ne figure pas. » a insisté Marc Dufau, chargé de mission économie circulaire à la Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS). Smart water  : des innovations foisonnantes Jean Lacoste, directeur général adjoint d’Ondeo Systems. D’autres applications sont prometteuses dans la gestion des réseaux, tant aux niveaux de la surveillance de l’eau transportée ou stockée (qualité, quantité) que de l’état du patrimoine. Sabine Fauquez- Avon, directrice générale adjointe d’Endetec, décrit ainsi une opération de « smart-metering » menée à Beaune  : « Le rendement initial des 150 km de canalisations était de 67%. 6 200 compteurs intelligents télérelevés et 80 prélocalisateurs de fuites ont été installés. Nous sommes passés à 77% de rendement ». Le lieutenant-colonnel Philippe Chaussinaud, du Service départemental d’incendie et de secours du Vaucluse, indique qu’un système smart water mis au point par Saint-Gobain PAM est en passe d’être installé dans le Vaucluse afin d’évaluer en temps réel l’état des débits des poteaux d’incendie pour assurer au mieux la gestion d’un incendie. La sécurisation de la gestion de l’eau constitue d’ailleurs une avancée important que peuvent apporter ces nouvelles technologies. L’eau magazine juin 2014 N°23 23 UIE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 1L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 23 jun à oct 2014 Page 76