L'Eau Magazine n°22 nov 13 à mai 2014
L'Eau Magazine n°22 nov 13 à mai 2014

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 86 - 87  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
86 87
Métiers et formations Technicien supérieur de l’eau, un poste clé pour des débouchés professionnels variés Analyser, traiter, piloter, gérer, surveiller, coordonner, la liste des missions du technicien supérieur de l’eau est exhaustive. En France, plus d’une vingtaine d’établissements proposent une formation qui ne manque pas de débouchés  : le BTS Métiers de l’eau. 88 Le BTS Métiers de l’eau permet d’acquérir l’ensemble complet de compétences et de savoirfaire autour de la thématique de l’eau. Lycée Notre-Dame-de-Guingamp Du traitement de l’eau à sa distribution, en passant par l’analyse en laboratoire, l’assistance technique ou encore la surveillance de la ressource et des milieux aquatiques… Le métier de technicien supérieur de l’eau offre une vaste palette de débouchés professionnels. Près de 5 000 postes sont ainsi proposés chaque année dans ce domaine par des collectivités et des sociétés françaises. Pour y parvenir, les étudiants désireux de s’orienter vers cette filière qui participe à la protection de l’environnement, peuvent suivre une formation relativement récente, appelée BTS Métiers de l’eau (Brevet technicien supérieur). En France, 23 établissements – des lycées en majorité et quelques centres de formation d’apprentis (CFA) – dispensent cette formation d’une durée de deux ans. Un goût pour le raisonnement scientifique Le BTS Métiers de l’eau étant une formation diplômante de type Bac +2, le niveau d’admission requiert l’obtention d’un baccalauréat. La grande majorité des étudiants admis sont ainsi titulaires d’un bac scientifique ou technologique STL et STI2D (Sciences et technologies de laboratoire et Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable). « Même si cela reste rare, il nous arrive également de prendre des lycéens diplômés de la filière Economie et Social (ES). La motivation personnelle, le goût pour le raisonnement scientifique, la capacité à travailler en équipe et sur le terrain, ou encore le fait de montrer une certaine polyvalence sont avant tout les prérequis nécessaires », indique Melaine Bouyer, professeur au Lycée Mireille- Grenet à Compiègne. Certains lycées comme celui de Notre-Dame à Guingamp ont aussi ouvert cette formation aux bacs professionnels et agricoles. « Depuis environ quatre ans, le lycée a élargi ces conditions d’admission pour répondre notamment à une légère diminution des effectifs due à une plus grande concurrence », précise Cécile Le Carluer du lycée Notre-Dame. Ces dernières années, plusieurs nouveaux BTS Métiers de l’eau se sont ainsi créés, et désormais, les instituts universitaires technologiques (IUT) ont L’eau magazine novembre 2013 N°22
aussi ouvert davantage leurs portes aux titulaires d’un baccalauréat. Outre cette concurrence, ces BTS pâtissent également du manque général de vocations scientifiques qui touche la France et de nombreux pays européens. « Enfin, pour les élèves sortant tout juste de terminal, le problème de la mauvaise image du technicien de stations ou de réseaux dessert aussi cette voie professionnelle qui offre pourtant de vrais débouchés », estime Cécile Le Carluer. Des cours spécifiques et diversifiées sur l’eau Pour cette formation généraliste sur un domaine spécialisé, l’eau, de nombreux cours sont dispensés pour offrir aux étudiants des connaissances fondamentales et de multiples compétences techniques. Outre les enseignements généraux et scientifiques (français, anglais, économie, mathématiques, physique…) des matières technologiques sont au programme, notamment le génie des procédés de traitement de l’eau (GDP). Enseignement technique central du BTS, le GDP consiste à maîtriser chacune des étapes du traitement de l’eau, de la production d’eau potable à l’assainissement des effluents. Ce cours associe également les autres matières enseignées comme l’électrotechnique, l’automatisme, l’hydraulique et la régulation qui sont des outils indispensables au service du traitement de la ressource. « Le BTS permet d’acquérir un ensemble complet de compétences et de savoir-faire autour de la thématique de l’eau. Il offre ainsi une bonne flexibilité aux étudiants pour s’adapter aux conditions des différents métiers de l’eau, juge Melaine Bouyer. Deux stages d’une durée totale de treize semaines complètent la formation et offrent la possibilité de découvrir le milieu professionnel. Ces stages sont aussi l’occasion de travailler sur une problématique technique précise à laquelle les étudiants devront répondre. Environ six mois pour trouver un premier travail Capable d’analyser les eaux, d’exploiter les procédés de traitement, de diagnostiquer des dysfonctionnements, de gérer une équipe ou de jouer le rôle de conseil auprès de partenaires extérieurs, le technicien supérieur de l’eau est avant tout polyvalent. Cette polyvalence et cette flexibilité lui ouvrent ainsi les portes de nombreux débouchés professionnels au sein de collectivités ou pour des groupes privés. Lycée Notre-Dame-de-Guingamp Actuellement, le secteur de l’épuration est le plus demandeur de techniciens pour participer à l’exploitation d’une station de traitement des eaux usées, mais également pour prendre en charge la gestion des eaux pluviales au niveau des réseaux. La gestion des sous-produits (boues et graisses) issus du traitement des effluents est également porteuse d’emplois. Outre le travail technique (déshydratation), un travail administratif est demandé pour l’épandage des boues stabilisées par compostage  : suivi de la filière et de la qualité des boues, bilan des polluants et planification de l’épandage. « Très facilement automatisables, les usines de production d’eau potable ont de moins en moins recours à de nombreux techniciens. Par contre, l’objectif du Grenelle de l’environnement d’augmenter les rendement des réseaux d‘adduction devrait permettre la création de postes pour assurer les inspections, les travaux de maintenance et d’entretien nécessaires », précise Melaine Bouyer. Au niveau des industriels, des emplois sont aussi à pourvoir pour la production d’eau ultrapure à partir des procédés d’osmose inverse. « Les services publiques d’assainissement non collectif (Spanc) ont également pas mal recruté ces dernières années », ajoute Cécile Le Carluer, « en général, les étudiants diplômés trouvent du travail en un peu plus de six mois, mais ils peuvent également poursuivre leurs études ». Licences professionnelles, master et écoles d’ingénieurs sont ainsi possibles à intégrer pour les titulaires du BTS Métiers de l’eau. Clément Cygler Métiers et formations En un peu de six mois, les diplomés du BTS trouvent tous un travail, notamment dans le secteur de l’assainissement. L’eau magazine novembre 2013 N°22 89



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 1L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 84-85L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 86-87L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 88-89L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 90-91L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 92-93L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 94-95L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 96