L'Eau Magazine n°22 nov 13 à mai 2014
L'Eau Magazine n°22 nov 13 à mai 2014

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
Dossier - Micropolluants 72 Des polluants découverts par hasard Il y a quelques années, le laboratoire de l’Institut d’hygiène de Bonnen Allemagne a effectué une analyse chromatographique – qui n’était pas exigée par la réglementation – sur des eaux du robinet de la région de la Ruhr. « Un pic anormal est apparu, et il s’est avéré que c’étaient des composés perfluorés provenant, probablement, de boues d’épuration contaminées par l’industrie et épandues », se souvient Philippe Hartemann. De même en France, c’est une campagne exploratoire nationale de Pour étudier les effets des polluants sur les écosystèmes, l’Ineris utilise un mésocosme, un dispositif expérimental clos qui simule à moyenne échelle les conditions d’un milieu aquatique. de l’ordre du million, voire plus. » Ce phénomène a par exemple été observé dans les années 1950 et 1960 à Minamata, au Japon. Un industriel local rejetait dans la baie ses effluents pollués au méthylmercure. Des pêcheurs y ayant pêché et régulièrement consommé des poissons ont été contaminés. Il y a eu officiellement 13 000 victimes, dont 900 morts. « La remontée de polluants par la chaîne alimentaire est sans doute le risque le plus important auquel soit confronté l’homme, en termes de contamination par des micropolluants présents dans l’eau » reconnaît Philippe Hartemann, professeur à l’Université de Lorraine. Pourtant, d’après Wilfried Sanchez, elle est encore très peu étudiée. L’eau potable très surveillée Une inquiétude qui refait souvent surface est, quant à elle, peu fondée  : celle liée à la contamination de l’eau Ineris recherche de certains polluants émergents dans l’eau potable, organisée par l’Anses en 2012, qui a permis de découvrir la présence d’une molécule de la famille des nitrosamines (potentiellement cancérigène) dans la nappe souterraine qui alimente en eau potable certains villages de Seine-Maritime. Cela a conduit l’Anses à travailler sur des limitations de concentration en nitrosamines, des polluants qui n’étaient jusque-là pas réglementés. du robinet. « C’est l’aliment le plus surveillé en France », rappelle Philippe Hartemann. Ainsi, d’après l’Agence nationale de la sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), pour les seuls pesticides et sur une période de trois ans (2007-2009) l’ensemble des données du contrôle sanitaire du ministère de la Santé représente plus de 5,7 millions d’analyses. L’Anses évalue ainsi les risques liés à l’ingestion de pesticides par l’eau du robinet  : concernant le risque à long terme (chronique), « la contribution de l’eau à la dose journalière admissible (DJA) est faible  : elle est inférieure à 1%, sauf pour deux substances et leurs métabolites  : l’atrazine et le carbofuran aujourd’hui interdites. Pour ces substances, la contribution à la DJA est inférieure à 5%. (…) Concernant le risque à court terme (aigu), il n’est observé aucun dépassement des valeurs toxicologiques de référence », conclut l’Anses. Reste une interrogation concernant l’effet cocktail  : ses risques sont encore très mal connus des scientifiques. Par ailleurs, des crises sanitaires peuvent toujours surgir  : la liste de substances que la réglementation oblige à surveiller dans l’eau potable est bien entendu finie, et une molécule dangereuse peut se retrouver dans la ressource et aller jusqu’au robinet sans être détectée à temps. Dans ce cas, ce sont des études épidémiologiques, ou un simple hasard, qui peuvent permettre une détection (voir encadré). « Il faut prendre en compte les progrès scientifiques et améliorer la surveillance, en se lançant régulièrement dans des analyses plus complètes que ce qu’impose aujourd’hui la réglementation. La priorité est aussi, et c’est obligatoire en France, de faire une évaluation des risques autour des captages. Cela permet de collecter l’ensemble des paramètres liés à l’environnement du captage. Donc de mieux orienter les campagnes analytiques et de diminuer les coûts, » conclut le Pr Hartemann.C.K. L’eau L’eau magazine magazine novembre juin 2011 2013 N°17 N°22
La réglementation se durcit Le premier échelon de la réglementation entourant les micropolluants est international. La convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants est un des rares exemples de convention traitant de micropollution adoptée à l’échelle mondiale. Elle vise à réduire fortement voire à interdire la production, l’usage et le rejet de substances particulièrement dangereuses pour l’environnement et pour l’homme. Elles étaient douze, principalement des herbicides, lors de l’entrée en vigueur de la convention en 2004, et sont aujourd’hui vingt-et-une. Positifs, les accords de ce type ne concernent cependant que quelques molécules. Bon état chimique et biologique La législation européenne en matière de lutte contre les pollutions aquatiques s’intéresse elle aussi à un certain nombre de substances prioritaires. La directive européenne 2008/105/CE établit des normes de qualité environnementale dans le domaine de l’eau pour quarante-et-une substances. En août 2013, une nouvelle directive y a ajouté douze molécules (voir encadré). L’eau magazine juin 2011 N°17 Dossier – Micropolluants La prise de conscience de la pollution des milieux et des risques qui en découlent s’accompagne d’un effort pour limiter et réduire les émissions polluantes. Les entreprises, les collectivités et les particuliers sont tous mis à contribution, à des degrés divers  : pour mesurer leurs rejets, les faire baisser voire y mettre fin. Mais l’Europe va plus loin  : elle complète cette approche par substance avec une démarche moins spécifique. Elle exige des Etats-membres qu’ils atteignent le « bon état » chimique et biologique des masses d’eau d’ici 2015, sauf dérogation. Cela impose de s’intéresser à tous les polluants susceptibles de perturber l’équilibre écologique des masses d’eau. En découlent toute une série d’actions tant nationales que locales pour mesurer et réduire les pollutions. En France, les premières obligations réglementaires ont concerné le rejet de substances prioritaires  : les substances européennes et d’autres identifiées par les autorités nationales. Plusieurs arrêtés fixent la liste de ces substances et le calendrier de réduction des émissions. Il s’agit notamment de deux arrêtés concernant tous les rejets, industriels, agricoles, communaux  : l’arrêté du 8 juillet 2010 pour les émissions vers les eaux de surface et l’arrêté du 17 juillet 2009 pour les eaux souterraines. Mais aussi de l’arrêté du 10 juillet 1990 interdisant le rejet de certaines substances dans les eaux souterraines, La réglementation européenne exige des États-membres le « bon état » chimique et biologique des masses d’eau d’ici 2015. L’eau magazine novembre 2013 N°22 73 Onema



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 1L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 84-85L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 86-87L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 88-89L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 90-91L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 92-93L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 94-95L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 96