L'Eau Magazine n°22 nov 13 à mai 2014
L'Eau Magazine n°22 nov 13 à mai 2014

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
Dossier - Micropolluants D’après un rapport de l’Anses publié en septembre 2013, l’atrazine ou ses métabolites ont été quantifiés dans 60% des analyses entre 2007 et 2009. publié en janvier 2012 une synthèse qui s’intéresse aux données recueillies entre 2007 et 2009 1. À ces dates, « près de 950 substances différentes, dont près de 60% sont des pesticides, ont été recherchées dans les milieux aquatiques continentaux », note le CGDD. Parmi les substances suivies figurent pesticides, métaux, hydrocarbures, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), 1 Bilan de présence des micropolluants dans les milieux aquatiques continentaux, période 2007-2009, CGDD, Études et documents n°54, octobre 2011. 70 Ineris polychlorobiphényles (PCB), polybromodiphényl (éthers) (PBDE), composés organiques volatils (COV), composés organiques halogénés volatils (COHV), dioxines et furanes, phtalates… D’après le CGDD, « des pesticides ont été détectés dans 91% des points de suivi des cours d’eau (…), 75% des points de suivi des plans d’eau et 70% des points de suivi des eaux souterraines ». Un peu plus de 27% des aquifères suivis ne respectent pas les normes au moins une année entre 2007 et 2009. De leur côté, les cours d’eau sont 11% et les plans d’eau 1% à dépasser les normes. Les autres micropolluants « sont source de dépassements de normes sur 40% des points dans les cours d’eau, 7% dans les plans d’eau et 7% dans les eaux souterraines », poursuit le CGDD. Parmi eux, les HAP et les PBDE sont responsables de la quasi-totalité des dépassements de normes, loin devant les métaux. Molécules émergentes Par ailleurs, malgré l’ampleur de cette surveillance, de nombreuses molécules qualifiées d’émergentes ne sont pas quantifiées. Les premières campagnes de recherche systématique de molécules émergentes ont été organisées en 2011 pour les eaux souterraines et en 2012 pour les eaux de surface. Ces campagnes ont porté sur quelque 200 substances (résidus de médicaments, parabens…), sélectionnées en fonction du risque potentiel pour l’environnement. D’après Anne Morin, « toutes les molécules n’ont pas été retrouvées, mais certaines sont retrouvées partout ». Le bilan de cette opération devrait être disponible d’ici la fin de l’année. Eau potable Quant à l’eau potable, elle n’échappe pas toujours à la présence de micropolluants. D’après un rapport de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) publié en septembre 2013, l’atrazine (aujourd’hui interdit) ou ses métabolites ont été quantifiés dans 60% des analyses entre 2007 et 2009 2. De même pour les résidus de médicaments  : dans une étude publiée en mars 2013 3, l’association 60 millions de consommateurs s’inquiétait d’en retrouver dans certains échantillons d’eau du robinet et d’eau en bouteille. Attention  : il est question ici de présence, pas de risque. La question du risque est abordée dans la partie suivante. Caroline Kim 2 Évaluation des risques liés aux résidus de pesticides dans l’eau de distribution, Anses, septembre 2013. 3 « Qualité de l’eau, à qui faire confiance ? », 60 millions de consommateurs n°481, avril 2013. L’eau L’eau magazine magazine novembre juin 2011 2013 N°17 N°22
Des risques identifiés Des micropolluants sont présents quasiment partout dans les eaux (voir partie I). Les risques potentiels de cette omniprésence sont de trois ordres. Il y a en premier lieu un risque pour les écosystèmes  : les micropolluants peuvent affecter la survie ou la reproduction d’animaux ou de plantes, donc la bonne santé des milieux. En second lieu intervient un risque de contamination de l’homme par remontée des micropolluants le long de la chaîne alimentaire. En troisième lieu existe un risque sanitaire pour l’homme en raison de la consommation d’une eau de boisson qui serait contaminée. Trois situations très différentes qu’il convient donc d’étudier séparément. Les écosystèmes sous pression Parmi tous les effets possibles des micropolluants sur les milieux, les scientifiques ont eu tendance à étudier particulièrement les atteintes au système endocrinien (aux organes qui fonctionnent grâce à la sécrétion d’hormones), et notamment aux fonctions de reproduction. « Un certain nombre d’études prouvent une perturbation de ces fonctions, notamment chez les poissons, principalement à l’aval des rejets d’effluents hospitaliers, industriels ou de stations d’épuration », note Wilfried Sanchez, ingénieur à l’Ineris. Une étude canadienne 1 est à cet égard édifiante  : une concentration de 5 à 6ng/l de 17 alphaethynylestradiol, le principe actif des pilules contraceptives, a été introduite de manière répétée dans un lac expérimental. Cette concentration est représentative de ce que l’on peut retrouver dans les milieux. Une tendance à la féminisation des poissons a été observée, et quelque sept ans après l’espèce était en voie d’extinction. Wilfried Sanchez signale aussi que des effets génotoxiques (endommagement de l’ADN) ou immunotoxiques (détérioration du système immunitaire) ont été mesurés à l’étranger et en France, cette fois non pas en aval direct d’un rejet, mais à des points moins pollués des cours d’eau. 1 Collapse of a fish population after exposure to a synthetic estrogen, Karen A. Kidd et alii, PNAS, May 22, 2007, vol. 104 no. 21 L’eau magazine juin 2011 N°17 Dossier – Micropolluants De part leur présence dans les eaux, les micropolluants présentent des risques potentiels pour les écosystèmes, mais aussi pour l’homme. Des études ont été lancées depuis de nombreuses années pour tenter de caractériser ces risques et évaluer l’impact de ces substances. L’effet « cocktail » de polluants reste difficile à analyser, et les risques liés encore mal connus. L’homme et la bioamplification Certains micropolluants ne font pas que perturber certaines fonctions naturelles. Parfois, « la substance, au lieu d’être dégradée et excrétée, s’accumule dans certains organes (muscles, foie, graisse, etc.) », expliquent les universitaires suisses Nathalie Chèvre et Suren Erkman 2. C’est le phénomène de « bioamplification ». « Les effets toxiques sont généralement proportionnels à la dose. Les animaux prédateurs se trouvant en bout de chaîne alimentaire courent donc bien plus de risques de développer des pathologies (…). Le facteur d’amplification peut se révéler très important  : entre la concentration initiale d’un polluant (par exemple dans l’eau) et celle observée au sommet de la pyramide alimentaire, il peut y avoir un facteur 2 Pesticides et eau du robinet  : les variations régionales ne modifient pas les résultats des évaluations de risque nationales, Anses, Point d’actualité du 5 septembre 2013. L’eau magazine novembre 2013 N°22 71 D.R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 1L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 84-85L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 86-87L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 88-89L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 90-91L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 92-93L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 94-95L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 96