L'Eau Magazine n°22 nov 13 à mai 2014
L'Eau Magazine n°22 nov 13 à mai 2014

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
Patrimoine Sur les 90 cours d’eau franchis, 40 dérivations sont prévues, ce qui nécessite l’organisation de pêche de sauvetage. Pour garantir la transparence écologique de la ligne, les ouvrages construits doivent assurer le libre écoulement des eaux et sont donc conçus de manière à maintenir les conditions hydrauliques initiales recensées. 46 Lisea été entrepris en vue de conserver la continuité écologique pour les espèces piscicoles », juge Thierry Charlemagne. Dès qu’une dérivation d’un cours d’eau est réalisée, des pêches de sauvetage sont organisées, conformément à deux arrêtés (Espèces protégées et Police de l’eau). Les associations de protection de l’environnement comme Poitou- Charentes Nature et les fédérations de pêche y participent, sous la vigilance de l’Onema. « Un Lisea appareil, le Deka, envoie un courant électrique de faible intensité dans l’eau. Cela agit sur le système nerveux des poissons, les tétanisent et les forcent à se diriger vers nous. Il n’y a ensuite qu’à les attraper à l’aide d’une épuisette. Les poissons sont ensuite déplacés, si possible plus en aval sur le même cours d’eau, pour les perturber le moins possible et ne pas les changer brutalement de milieu », explique Stéphanie Fénéon, chargée d’études à la Fédération de Charente de pêche et de protection du milieu Aquatique. Pour les amphibiens également concernés par ces pêches, un champ électrique n’est pas utile, une épuisette suffit. « Des opérations de griffage sur les berges permettent également de récupérer des amphibiens et micromammifères. Elles rendent aussi le milieu défavorable pour éviter le retour de cette faune entre le moment de l’intervention de sauvetage et le comblement effectif de la zone », note Clémentine Dentz de Poitou-Charentes Nature. Un observatoire pour évaluer les mesures Les amphibiens prélevés pourront également rejoindre des mares de substitution acquises ou restaurées, lorsque leur habitat aura été altéré. Dans le cadre des mesures compensatoires, Cosea s’est en effet engagé à recréer les espaces naturels détruits. En tout, plus d’une centaine de mares seront conçues pour compenser les impacts sur ces espèces en leur proposant de nouveaux refuges. « Il faut avant tout trouver des L’eau magazine novembre 2013 N°22
sites proches des zones impactées pour la création de ces mares afin d’assurer, entre autres, le cycle de reproduction de ces espèces », appuie Clémentine Dentz. La gestion de ces milieux s’effectuera par la suite par des organismes agréés comme les Conservatoires régionaux d’espaces naturels (Cren). D’autres mesures compensatoires ont aussi été définies, telle que la restauration des berges naturelles et des ripisylves le long des cours d’eau, ou encore la création de zones humides. Pour 300 hectares de zones humides concernés par l’emprise de la ligne LGV SEA, 600 hectares devront ainsi être réaménagés. « Que ce soit pour les milieux aquatiques ou la biodiversité [voir encadré], ces mesures de compensation sont faites pour durer le temps de la concession obtenue par Lisea, soit jusqu’en 2061. Un suivi sera donc mené pour voir l’efficacité de ces actions », souligne Pierre Guy, « des modifications pourront également être apportées en fonction des observations et de l’évolution du milieu ». Pour les sites les plus sensibles, Lisea a mis en place un observatoire pour une durée de quinze ans, qui évaluera ces mesures. Sur les 19 sites emblématiques identifiés comme le marais de Virvée au nord de Bordeaux, un suivi plus poussé sera entrepris. « Le fait de mettre un focus sur ces sites nous permet de juger la pertinence des mesures prises », appuie Thierry Charlemagne. Outre l’efficacité des mesures, cet observatoire offre aussi la possibilité d’enrichir les connaissances et les bonnes pratiques en matière de réduction d’impacts, et de surveiller les effets réels de la ligne sur le paysage, le fonctionnement hydraulique ou la biodiversité, tout en tenant compte de l’aspect cumuldes infrastructures (LGV, autoroute A10 et réseau routier national). Comprendre les enjeux D’ici fin 2014, les opérations de terrassement de la ligne LGV SEA seront terminées, s’en suivront les travaux ferroviaires, avant que les premiers essais soient effectués à la mi-2016 si tout se passe comme prévu. Des mesures de réduction d’impact et de compensation devront encore être mises en œuvre avant l’exploitation de la ligne. Ce travail partenarial entre Cosea, les associations et les autres acteurs intervenant sur le chantier n’est donc pas terminé et devrait se poursuivre encore quelques années. « Même si le début de collaboration n’a pas été simple avec les équipes de Cosea, les échanges et les explications des enjeux ont ensuite favorisé un vrai partage Lisea d’informations entre les différentes parties », précise Clémentine Dentz. Pour Thierry Charlemagne, cette compréhension mutuelle a pour l’instant permis de pousser assez loin la finition et la réalisation des mesures compensatoires. L’objectif étant de maintenir dans la durée cette relation de confiance avec les associations et les collectivités. Les ouvriers et terrassiers sont désormais sensibilisés et comprennent mieux les véritables enjeux, mais cette évolution s’est faite sur du long terme. « Pour beaucoup de conducteurs de chantier, c’est la première fois qu’ils ont autant de préconisations et de contraintes à respecter », note Stéphanie Fénéon. Un avis partagé par Clémentine Dentz qui ajoute que « c’est également un des premiers chantiers où l’environnement occupe une place aussi importante et notamment du fait des arrêtés interpréfectoraux. Les enjeux environnementaux sont pris en compte sur le terrain, bien qu’il y ait tout de même quelques ratés. » Clément Cygler Patrimoine Des ouvrages de continuité écologique (tunnels, passages busés…) sont mis en place pour assurer le franchissement de la ligne LGV-SEA. Deux fondations pour soutenir les actions Afin de renforcer son engagement, Lisea a créé deux fondations d’entreprise, l’une pour la biodiversité et l’autre pour le carbone. Une enveloppe de 5 millions d’euros par fondation permettra, pendant cinq ans, de financer des projets de terrain menés dans les six départements concernés par le tracé de la LGV SEA. La fondation pour la biodiversité aidera les initiatives en faveur de la faune et de la flore locales, et celle pour le carbone soutiendra principalement des actions visant la réduction des gaz à effet de serre, comme par exemple la rénovation énergétique du bâti. L’eau magazine novembre 2013 N°22 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 1L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 84-85L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 86-87L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 88-89L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 90-91L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 92-93L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 94-95L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 96