L'Eau Magazine n°22 nov 13 à mai 2014
L'Eau Magazine n°22 nov 13 à mai 2014

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Territoires Bassin Loire-Bretagne, priorité à l’amélioration de la qualité des eaux Vaste territoire, le bassin Loire-Bretagne est le premier producteur de lait, de porcs ou encore de volailles. Mais ces activités impactent la qualité des masses d’eaux, ces dernières présentant seulement un bon état dans 30% des cas. Pour reconquérir ces milieux aquatiques, les politiques locales sont privilégiées. 24 Le coût des services de l’eau Sur le bassin Loire-Bretagne, le coût annuel estimé des services liés à l’utilisation de l’eau est d’environ 3,5 milliards d’euros, dont 1,9 de coûts de fonctionnement et 1,6 milliard de consommation de capital fixe. Eau potable (collectivités et activités assimilées)  : 1 105 millions ; Assainissement collectif (collectivités et activités assimilées)  : 1 445 millions ; Assainissement individuel  : 200 millions ; Industrie, approvisionnement et épuration  : 875 millions ; Agriculture, épuration des effluents d’élevage et irrigation  : 160 millions. Des sources de la Loire et de l’Allier jusqu’à la pointe du Finistère, le bassin Loire-Bretagne couvre près de 155 000 km², soit plus d’un quart de la France métropolitaine. Il correspond au bassin de la Loire et de ses affluents, au bassin de la Vilaine et aux bassins côtiers bretons et vendéens. 36 départements et 10 régions sont concernés, soit en totalité comme la Bretagne, soit partiellement comme la région Poitou-Charentes. Au total, 135 000 km de cours d’eau à l’hydrologie très contrastée sont recensés. Avec 12,4 millions d’habitants vivant dans 7 365 communes, ce territoire présente une empreinte rurale marquée (77 habitants au km 2). Outre l’aspect rural, le bassin Loire-Bretagne se caractérise également par une activité agricole forte, et environ 60% de sa superficie est occupée par des exploitations agricoles. En premier lieu, la Bretagne a toujours été historiquement une terre d’élevage, avec ses sols favorables à la production fourragère et son Grâce à un climat et des sols favorables, la région bretonne représente les deux tiers des activités d’élevage en France. climat adapté aux exploitations d’élevage. Malgré une régression de cette activité depuis deux décennies, la région bretonne possède encore les deux tiers des activités d’élevage français et reste donc le premier producteur de lait, porcs, volailles de chair et d’œufs de consommation en France. Par ailleurs, grâce surtout aux apports des régions Centre et Poitou-Charentes, le bassin Loire-Bretagne assure également près de 50% de la production nationale céréalière. Au niveau industriel, l’élevage et la production céréalières ont été des socles de développement économique et ont favorisé la prédominance du secteur agroalimentaire sur le territoire. Environ 40% des effectifs des industries agroalimentaires (IAA) françaises sont ainsi employés dans ce bassin. Seulement 30% des cours d’eau en bon état écologique Malgré leur importance économique, l’agriculture et l’élevage sont également les L’eau magazine novembre 2013 N°22
principales sources de pollutions pour les cours d’eau sur le bassin Loire-Bretagne. La forte présence de nitrates, du phosphore, et de pesticides est encore trop importante dans de nombreux secteurs du bassin. Présentée le 3 octobre 2013, une évaluation qui s’appuie des données collectées en 2010 et 2011 pour les cours d’eau, de 2007 à 2011 pour les plans d’eau et les eaux littorales, et de 2006 à 2011 pour les eaux souterraines, révèle que la proportion de masses d’eau en bon état reste constante depuis plusieurs années, soit environ 30% de l’ensemble des masses d’eau. Le pourcentage actuel de cours d’eau en bon et très bon état écologique est aussi bas (30%) et soulève des inquiétudes par rapport à l’objectif de 61% fixé par le Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage) d’ici 2015. De la même façon, les plans d’eau en bon ou très bon état écologique sont minoritaires (26%). Cependant, des évolutions positives de certains paramètres pris individuellement sont constatées comme pour les pollutions en matières organiques, en ammonium et en orthophosphates issues principalement des rejets de stations d’épuration. Le retard pour se mettre en conformité vis-à-vis des échéances initiales de la directive eaux résiduaires urbaines (ERU) a en effet été rattrapé au cours du IX e programme. Sur la période 2007-2012, les collectivités locales ont ainsi investit 2,12 milliards d’euros pour des études et des travaux d’assainissement, auxquels s’ajoutent 776 millions d’euros d’aides de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne (655 millions de subventions et 121 millions d’avances). Pour améliorer la qualité des eaux, les efforts se concentrent désormais en priorité sur la restauration des milieux aquatiques et la réduction des pollutions diffuses. Ces thématiques sont ainsi au centre du X e programme de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne (voir page XX) qui participe à la mise en œuvre du Sdage actuel ainsi qu’à l’élaboration du suivant (2015-2020). Une approche locale privilégiée sur le bassin Loire-Bretagne Afin de faciliter la mise en œuvre des politiques de l’eau au niveau local, l’approche territoriale et l’élaboration de Schémas d’aménagement et de gestion des eaux (Sage) sont indispensables. Conçu par les Commissions locales de l’eau (CLE) et approuvé par le Comité de bassin, le Sage permet de décliner concrètement les orientations et dispositions E. Bouju - AELB du Sdage, en les adaptant aux contextes locaux. De la réussite locale des Sage dépend donc le succès du Sdage. Sur le bassin Loire-Bretagne, 56 démarches sont engagées et couvrent plus de 85% du territoire. À titre de comparaison, moins de 200 démarches de Sage ont à ce jour été lancées en France. En Loire-Bretagne, ces Sage sont en grande majorité à l’initiative des acteurs locaux (élus, associations, acteurs économiques, aménageurs, usagers de l’eau), ce qui souligne la mobilisation de ces derniers pour la réduction des pollutions, la restauration des milieux aquatiques et l’utilisation raisonnée de la ressource. Plusieurs années de concertation sont également nécessaires pour élaborer un Sage qui est constitué d’un plan d’aménagement et de gestion durable (PAGD) de la ressource, d’un règlement ainsi que d’un rapport environnemental. Pour les 56 Sage du bassin Loire-Bretagne, les structures porteuses sont par ailleurs variées (syndicat mixte, syndicat de commune, collectivité territoriale, un groupement de collectivités territoriales ou établissement public territorial de bassin), ce choix dépendant avant tout du contexte local. Avec les Sage, les contrats territoriaux sont le cadre d’action privilégié, en ciblant les interventions et en contribuant à leur cohérence territoriale, donc à leur efficacité. Plus de 300 contrats territoriaux sont en cours ou en préparation, soit 75% du bassin. Clément Cygler Territoires Au total, le bassin Loire- Bretagne compte plus de 2 600 km de littoral sur la façade atlantique. L’eau magazine novembre 2013 N°22 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 1L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 84-85L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 86-87L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 88-89L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 90-91L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 92-93L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 94-95L'Eau Magazine numéro 22 nov 13 à mai 2014 Page 96