L'Eau Magazine n°21 jun à oct 2013
L'Eau Magazine n°21 jun à oct 2013

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
Dossier - Reuse dans le bâtiment ou sur la parcelle une partie des eaux pluviales. Dans la même logique réglementaire, un décret du 6 juillet 2011 autorise les communes à instaurer une taxe pluviale sur les surfaces imperméabilisées, si aucun système d’infiltration à la parcelle n’est prévu. Sur une usine de recyclage de matériaux plastiques, Sebico vient ainsi de mettre en place une installation de valorisationrétention-infiltration qui offre « une réponse à une possible taxe pluviale  : avec 100% d’infiltration à la parcelle, l’industriel n’aura pas à payer cette taxe et valorisera l’eau de pluie sur sa parcelle », souligne Luc Lary. Sur cette usine, le refroidissement des granulés plastiques issus du recyclage était assuré par de l’eau potable. Désormais, trois cuves de 10 m 3 récupèrent les eaux de pluie qui ruissellent sur le bâtiment ainsi que le trop-plein des eaux de refroidissement ; l’installation les filtre et dissipe la chaleur avant de les faire recirculer dans le process. Le surplus est infiltré sur la parcelle. Eaux pluviales + eaux grises Les systèmes de récupération des eaux pluviales se veulent donc souples et adaptés aux diverses exigences 72 Traiter, mais aussi réutiliser ! Le tout n’est pas de traiter les eaux grises. Encore faut-il que la valorisation prévue devienne réalité. Le témoignage de la communauté d’agglomération du Val d’Yerres est à cet égard intéressant. Dans sa piscine inaugurée en 2007, la collectivité avait choisi de traiter les eaux des douches avec un système proposé par l’entreprise allemande Pontos. La valorisation prévue était l’arrosage des espaces verts et le nettoyage des chaussées. Cinq ans après, le bilan est mitigé. « L’installation fonctionne, c’est sûr. Mais les délégataires successifs ne l’ont pas entretenue comme il fallait », souligne Marc Pichereau, directeur technique de la communauté d’agglomération. D’où l’importance du « contrat d’entretien obligatoire », désormais imposé à ses clients par L4M, société qui a repris l’entretien des installations de Pontos en France. Autre souci  : les services des espaces verts de la ville de Yerres et les délégataires chargés du nettoyage des chaussées n’ont pas puisé longtemps leur eau à cette fontaine. Peur que l’eau traitée soit de qualité médiocre ? Branchement peu pratique ? Marc Pichereau fait plusieurs suppositions ; mais il espère surtout parvenir à remobiliser les équipes pour que cette ressource alternative soit vraiment valorisée dès mai 2013. À la Défense, EDF a souhaité valoriser les eaux de pluie et les eaux grises sur la tour Carpe Diem. des utilisateurs, à la fois réglementaires et économiques. Certains fabricants comme Aquae ou L4M (ancien dépositaire de la société allemande Pontos Hansgrohe, aujourd’hui fabricant de sa propre machine) s’efforcent en outre de proposer des systèmes couplant récupération des eaux pluviales et des eaux de lavage corporel, voire récupération de calories de ces eaux grises pour le chauffage de l’eau chaude sanitaire. La récupération et la valorisation de ces eaux grises est encore anecdotique en France, car elle n’est pas autorisée dans les bâtiments recevant du public. Seules des dérogations délivrées par les préfets après accord des Agences régionales de santé (ARS) rendent possibles de tels projets. Par contre, dans des bâtiments privés la pratique est possible. « D’après les ministères, que nous interrogeons régulièrement, pour ces installations nous devons nous caler sur les obligations réglementaires applicables aux eaux pluviales », précise Véronique Manent, notamment la séparation des réseaux et l’affichage des logos « non potable ». Pour ces eaux très peu chargées, deux grandes familles de traitement existent  : soit un traitement aérobie, soit une filtration membranaire. S’y ajoute souvent un traitement par ultraviolets (UV) en sortie. Sur la tour Carpe Diem d’EDF à La Défense, l’installation mise en place depuis fin 2012 par Aquae mixe L’eau magazine juin juin 2011 2013 N°17 N°21 Aquae
Définitions L’eau de pluie est définie selon l’arrêté du 21 août 2008 1 comme étant l’eau issue des précipitations récupérée en aval des toitures inaccessibles et donc pas chargée de matières de surface. Les eaux pluviales concernent toutes les eaux qui précipitent et qui ruissellent sur les surfaces urbaines et voiries. Elles incluent donc les eaux de pluies. 1 Arrêté du 21 août 2008 relatif à la récupération des eaux de pluie et à leur usage à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments. Trois cuves de 10 m 3 récupèrent les eaux de pluie pour les besoins en refroidissement d'une installation industrielle. la valorisation des eaux pluviales et le recyclage des eaux grises. Elle récupère d’un côté les eaux de ruissellement du toit et de la façade, qui sont dirigée vers des membranes d’ultrafiltration ; et de l’autre les eaux de lavage des mains, qui subissent un traitement aérobie et une filtration membranaire. Une fois traitées, ces deux types d’eaux alimentent les toilettes de l’immeuble de bureaux. Parfois, l’ARS peut ajouter aux traitements proposés par les fabricants ses propres exigences. Ainsi, à l’hôtel Enzo de Thionville, ce sont les eaux des douches qui sont récupérées. Elles sont traitées par voie aérobie et par UV avant d’être chlorées, « à la demande de l’ARS », explique Dominique Prouteau, administrateur de la société L4M qui a réalisé il y a un an cette installation. Ces eaux traitées alimentent les toilettes de l’établissement. Aujourd’hui, l’industrie du traitement des eaux grises attend une éventuelle autorisation officielle équivalente à celle de l’eau de pluie. Un groupe de travail de l’Agence L’eau magazine juin 2011 N°17 Sebico Dossier – Reuse nationale de sécurité sanitaire, auquel participe Aquae, est en train de mener des consultations pour évaluer les risques sanitaires liés à la réutilisation des eaux grises pour des usages domestiques. Son avis, qui devrait être rendu 2013, sera déterminant pour l’avenir de la filière. Caroline Kim Une solution simple et économe Le futur siège de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), dont l’inauguration est prévue fin juin 2013, intègrera une solution de récupération d’eau de pluie. Six réservoirs en polyéthylène de 4 m 3 chacun ont été installés par Aquality au onzième étage, sous le toit d’une surface de plus de 1000 m². Collectée via des descentes et des gouttières placées à différents endroits, l’eau de pluie est ensuite utilisée pour l’alimentation des 50 WC et 30 urinoirs du bâtiment. « Qualifié de zéro énergie, ce système d’alimentation gravitaire par conduite simple, avec réducteur de pression à différents étages évite l’installation de surpresseurs », souligne Thomas Contentin, responsable France d’Aquality. En outre, le système d’appoint en eau a été équipé d’un clapet intelligent qui permet de remplir uniquement la première cuve de quelques dizaines de centimètres afin « de rationnaliser au maximum l’usage de l’eau potable ». Avec cette solution, la CUB devrait économiser environ 2 m 3 d’eau par jour. Des eaux grises traitées en qualité eau potable Firmus France développe commercialement depuis 2011 une solution technique issue des travaux de recherche de l’Agence spatiale européenne et mise en place en 2005 sur la Station Concordia en Antarctique. Cette technologie traite les eaux de lavage corporel par des techniques membranaires, organiques et minérales, afin d’atteindre en fin de traitement une qualité « eau potable ». La solution actuelle, développée en commun avec EDF Optimal Solutions et Sherpa Engineering, repose aussi sur la récupération de l’énergie thermique de ces eaux grises pour le chauffage de l’eau chaude sanitaire. Une installation pilote pourrait être mise en œuvre d’ici un ou deux ans sur un hôtel de Bordeaux. L’eau magazine juin 2013 N°21 73



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 1L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 84