L'Eau Magazine n°21 jun à oct 2013
L'Eau Magazine n°21 jun à oct 2013

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
Sedif Recherche & innovation Réseaux  : des solutions techniques pour lutter contre les fuites Les pertes d’eau potable peuvent varier selon les réseaux entre 50% et 5%. Or, d’après le décret du 27 janvier 2012, le rendement des réseaux d’eau doit être compris entre 70% et 85%. Petit tour d’horizon sur les outils dont disposent les exploitants pour localiser les fuites. Entre 2011 et 2012, le Sedif a installé près de 1000 capteurs accoustiques à poste fixe sur ses 8 300 km de réseaux. 58 La lutte contre les fuites repose avant tout sur un pré-requis  : une bonne connaissance des réseaux, du type de conduite, de la nature de son matériau… Une fois l’inventaire du patrimoine réalisé, sur le plan technique les exploitants disposent de deux grandes familles de solutions pour trouver les fuites  : d’un côté la sectorisation et le comptage des débits, de l’autre la localisation du bruit provoqué par la fuite. Complexe sectorisation La sectorisation repose sur une division du réseau d’eau potable en plusieurs sous-secteurs, sur lesquels les débits entrants et sortants sont comptabilisés. Les données sont généralement transmises automatiquement à des agrégateurs, qui les transforment en alertes et en tableaux facilement lisibles par les utilisateurs. L’observation du débit de nuit, notamment des valeurs anormalement élevées, lorsque les consommations sont minimales, permet de savoir sur quel tronçon se produit une fuite. La sectorisation est une opération complexe, qui exige d’étudier attentivement le réseau afin de créer des sous-secteurs cohérents 1. Cette solution n’est pas souvent utilisée car elle exige des investissements importants, mais elle a le mérite d’être efficace. Le Syndicat des eaux d’île-de-France (Sedif) est actuellement en train de sectoriser deux tronçons de son réseau, soit 116 km sur un réseau total de 8 300 km. « Nous avons choisi des secteurs faciles à isoler, et 1 L’Onema et l’Irstea ont publié un véritable manuel de la lutte contre les fuites, qui contient notamment un chapitre consacré à la mise en place d’une sectorisation. Réduction des fuites dans les réseaux d’alimentation en eau potable, Eddy Renaud et alii, avril 2012. pourtant cela coûte très cher, puisqu’il faut poser un compteur à chaque croisement. Selon l’efficacité de cette expérimentation, nous envisagerons de la reproduire ailleurs », déclare Christophe Perrod, directeur général des services techniques du Sedif. Des oreilles électroniques Une autre technique permet de connaître les canalisations fuyardes  : la prélocalisation acoustique. Des capteurs sont installés dans les bouches à clés ou sur les vannes, en poste fixe ou en mode nomade, en fonction des fuites supposées. Ils mesurent le bruit (en décibels) provoqué par les fuites et, là encore, envoient leurs données vers des agrégateurs qui les consolident. Les bruits captés peuvent avoir plusieurs causes  : une fuite d’eau mais aussi la vibration du trafic routier transmise par le sol, celle des appareils électroménagers transmises par les branchements… C’est pourquoi les enregistrements de nuit seront ici aussi privilégiés. C’est une des autres actions entreprises par le Sedif  : baptisée Res’Echo, elle a consisté à déployer 1000 capteurs acoustiques à poste fixe entre 2011 et 2012. Ils sont placés aux endroits sensibles, comme les zones de carrières, où une fuite peut entraîner le creusement de cavités. « À ce jour, 60 à 65% des alarmes émises par Res’Echo correspondent effectivement à des fuites », note Christophe Perrod. Affiner grâce à la fréquence Une fois identifiée, par sectorisation ou par prélocalisation, la canalisation où se trouve la fuite, l’exploitant doit affiner la localisation. Pour cela, il utilise généralement un corrélateur acoustique. À nouveau, des capteurs sont introduits dans les bouches à clé ou sur des vannes – mais ils mesurent cette fois-ci la fréquence de la vibration, exprimée en hertz. Les mesures sont envoyées à une unité centrale (corrélateur), qui analyse le temps de retard entre les mesures des capteurs et situe précisément la fuite. L’eau magazine juin 2013 N°21
Enfin, après la corrélation et avant de creuser une tranchée, il est généralement recommandé de vérifier la localisation précise en utilisant un localisateur acoustique. Un technicien se déplace alors le long de la canalisation, casque sur les oreilles et capteur à la main, jusqu’à ce qu’il repère la fuite. Tout en un « De notre côté, nous avons développé un produit qui fait à la fois la prélocalisation, l’analyse et la corrélation, » explique Luc Bade, directeur commercial de Guterman France. Des prélocalisateurs, baptisés Zonescan 820, sont installés en poste fixe ou nomades. Ils enregistrent l’intensité du bruit (en décibels) et sa fréquence (en hertz) et envoient leurs mesures à un serveur, appelé ZonescanNet et situé en Allemagne. Ce dernier analyse les spectres de bruit et identifie les spectres cohérents, puis réalise la corrélation entre tous les prélocalisateurs. L’utilisateur reçoit automatiquement la localisation des fuites relevées. « Nos prélocalisateurs sont synchronisés à la milliseconde. Cela permet de localiser très précisément les fuites, sans avoir à recourir à une corrélation supplémentaire. Chaque jour, une resynchronisation se fait automatiquement, ce Deux techniques atypiques Gaz traceurs Dans certains cas où les techniques électro-acoustiques ne sont pas très efficaces, notamment pour les canalisations en plastique, des gaz traceurs peuvent être utilisés. Commercialisé par de nombreuses sociétés, cette solution consiste à injecter un gaz inerte dans le réseau d’eau. Il s’échappe avec l’eau à l’endroit de la fuite. Une pompe spéciale aspire l’air du sol, qui est analysé par un spectromètre afin de situer la fuite. qui évite les fausses alertes qui coûtent très cher en déplacements », poursuit Luc Bade. Quelle que soit la solution retenue, le succès de la lutte sera garanti par une bonne organisation humaine et matérielle  : une fois identifiées, les fuites doivent être rapidement et durablement réparées. Caroline Kim Recherche & innovation Balle anti-fuite La société américaine Pure Technologies et Suez Environnement ont développé le Smartball, une balle en mousse contenant un capteur acoustique. La balle est introduite dans la conduite sous pression. Poussée par le courant, elle enregistre les informations acoustiques sur les fuites qu’elle rencontre et est récupérée en aval. Ses informations sont analysées et donnent une localisation précise des fuites. L’eau magazine juin 2013 N°21 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 1L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 84