L'Eau Magazine n°21 jun à oct 2013
L'Eau Magazine n°21 jun à oct 2013

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
International À Melbourne, le dessalement comme ressource en eau complémentaire Pour lutter contre d’éventuelles nouvelles sécheresses, le continent australien poursuit sa politique de dessalement d’eau de mer. Sa dernière usine en date  : la station de Melbourne, qui produit l’équivalent d’un tiers des besoins en eau potable de la ville. Une référence de taille pour Suez Environnement. Cette nouvelle usine a coûté près de 4,3 milliards d’euros (5,7 milliards de dollars australiens) et le chantier a mobilisé près de 25 000 personnes. 38 Après trois ans de travaux, Suez Environnement a ouvert les vannes d’une des plus importantes usines de dessalement d’eau de mer, l’usine de Wonthaggi près de Melbourne en Australie. Depuis novembre 2012, l’usine produit 450 000 m 3 d’eaux traitées par jour, ce qui correspond à un tiers des besoins en eau potable de la ville. En effet, en trente ans, la deuxième ville du pays a doublé en population pour atteindre 4 millions d’habitants. Les épisodes de sécheresse se sont également succédé depuis plus d’une décennie, laissant les réservoirs de l’État de Victoria, dont Melbourne est la capitale, remplis au quart de leur capacité. En 2007, les autorités du pays ont commencé à réfléchir à une alternative à la gestion actuelle des ressources en eau potable, l’essentiel provenant des eaux pluviales. L’État lance alors le programme Melbourne Water Plan, qui conduira au choix du dessalement de l’eau de mer comme source de production d’eau. Degrémont C’est ainsi qu’en 2009, Suez Environnement, par le biais de sa filiale Degrémont, a été choisi pour construire et exploiter la station de dessalement. Cette usine est la deuxième du genre construite par Degrémont en Australie, après celle de Perth en 2006. Le projet de Wonthaggi a été monté en partenariat avec Thiess, l’une des plus grandes sociétés de construction australienne, et le fournisseur d’électricité AGL, au sein d’un consortium AquaSure. Il s’inscrit dans le cadre d’un partenariat public-privé sans précédent. Son coût atteint 5,7 milliards de dollars australiens, le projet a mobilisé près de 25 000 personnes du monde entier pour sa construction, dont les employés des 125 entrepreneurs locaux sous-traitants. L’exploitation du site est prévue pour 27 ans ; à l’expiration du contrat, elle sera transférée à l’État de Victoria. Des travaux titanesques Sur le plan logistique, l’usine de Melbourne enregistre aussi des records. Malgré des conditions météorologiques difficiles – des pluies interrompant le travail et inondant les fouilles, et des vents neutralisant les grues – les ouvriers sont venus à bout du chantier. L’usine a été construite en trois ans, en même temps que les travaux sous-marins d’amenée et de rejet d’eau de mer  : 2,5 km de tunnels d’un diamètre de 4,6 m forés à 25 m sous le fond marin. Le tuyau acheminant l’eau potable à la ville de Melbourne s’étend sur 87 km, entrecoupé par plusieurs stations de pompage. « Au final, le projet a nécessité plus de 20 000 mouvements de camions lourds entre les lieux de fabrication, le port et le site », commente Michel Ulrich, directeur du projet chez Degrémont. Quant à la technologie utilisée, Suez Environnement a opté pour l’osmose inverse qui peut fonctionner avec toutes les sources d’alimentation électrique, contrairement à l’évaporation. Le cycle de production compte sept étapes principales. L’eau est d’abord pompée dans la mer grâce à un tunnel de 1,2 km, puis elle est prétraitée par un processus de tamisage L’eau magazine juin 2013 N°21
Degrémont et de filtration qui permet de retirer les algues, les matières en suspension et les autres particules. Ensuite, elle est injectée dans les racks d’osmose inverse, qui assurent la filtration et le dessalement de l’eau à travers des membranes semi-perméables. La station compte trois lignes de production, chacune comprenant neuf racks d’osmose inverse première passe et huit racks seconde passe. Suit alors la phase de potabilisation où l’eau est reminéralisée afin de lui rendre les propriétés nécessaires à sa consommation. Pour finir, l’eau est acheminée vers le réservoir d’eau de Cardinia, situé aux portes de Melbourne. Les deux dernières étapes du cycle comprennent d’une part le traitement des boues, d’autre part les saumures produites par le procédé d’osmose inverse qui sont alors diluées et rejetées en mer. Aujourd’hui, le débit de pointe de la station est déjà atteint  : les trois lignes produisent 450 000 m 3/j, soit un volume annuel de 150 milliards de litres. Sa capacité de production représente le double de celle de Barcelone, la plus importante usine de dessalement en Europe (200 000 m 3/j pour 5 millions d’habitants). À titre de comparaison, elle pourrait à elle seule produire une quantité d’eau équivalente aux besoins d’une ville comme Lyon. Une station verte L’empreinte écologique de la station a été soigneusement étudiée. L’emprise foncière du site est réduite, et les toitures végétalisées recouvrant les bâtiments comptent plus de 100 000 plantes d’espèces locales. L’électricité provient du réseau principal à haute tension de 220 000 volts grâce à une ligne enterrée dédiée de 85 km, dont une partie provient des parcs éoliens de l’État. « Les kWh consommés sont intégralement compensés par la livraison aux pouvoirs publics de certificats carbone achetés sur le marché local ; l’énergie consommée est donc verte », ajoute Michel Ulrich. Concernant les rejets de saumure en mer, des analyseurs en ligne sont utilisés pour garantir la protection de la biodiversité marine en accord avec les règles de l’agence de protection de l’environnement du pays. Sophie Besrest International Trois lignes de traitement comprenant chacune 17 racks d’osmose inverse assurent une production de 450 000 m 3/j. L’eau magazine juin 2013 N°21 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 1L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 84