L'Eau Magazine n°21 jun à oct 2013
L'Eau Magazine n°21 jun à oct 2013

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
Territoires Prendre en compte les conditions de vie des dispositifs d’assainissement non collectif Afin de bien préciser les forces et faiblesses de chacune des filières de traitement en assainissement non collectif, Veolia assure actuellement un suivi in situ de 66 dispositifs tout juste réhabilités dans le département du Tarn. Soixante-six dispositifs appartenant à vingt-deux filières de traitement seront réhabilités et suivis pendant cinq ans. 30 Filtres à sable, massifs de zéolithe, boues activées, cultures fixées, tranchées filtrantes, lits plantés de roseaux… Dans le domaine de l’assainissement non collectif (ANC), les dispositifs de traitement des eaux usées sont multiples et diversifiés. Afin d’évaluer plus précisément les avantages et les inconvénients de chacun d’entre eux, plusieurs études ont été menées ou sont en cours (voir étude Irstea, L’Eau Magazine n°19). L’une d’entre elles est l’étude in situ réalisée dans le département du Tarnpar Veolia Eau, en partenariat avec l’Agence de l’eau Adour-Garonne (AEAG). Lancée en 2008 dans trois communautés de communes, elle vise à mettre en conformité à la réglementation 66 dispositifs appartenant à 22 filières de traitement, ainsi qu’à effectuer un suivi in situ de ces installations pendant cinq ans. « Ce suivi expérimental en conditions réelles est une démarche unique pour comprendre réellement le fonctionnement des différents dispositifs mais aussi leurs contraintes », souligne Bernard Jayet, chef de service du département des Collectivités territoriales à l’AEAG. Un suivi poussé et cadré Pendant cinq ans, chaque dispositif réhabilité est suivi par Veolia Eau lors de campagnes trimestrielles d’analyses sur 24 heures. Ces mesures réalisées en entrée et en sortie d’installations, voire sur des éléments intermédiaires, portent sur différents paramètres tels que la DCO 1, la DBO5 2, 1 Demande chimique en oxygène. 2 Demande biochimique en oxygène pendant cinq jours. Veolia eau l’azote ou encore le phosphore. Des analyses microbiologiques semestrielles des eaux traitées ont également été mises en place. Un suivi à distance des consommations énergétiques sera aussi effectué par les équipes de Veolia. De leur côté, les propriétaires doivent tenir un carnet de vie de fonctionnement et d’entretien afin de consigner certaines informations (périodes et variations de l’occupation, déversements accidentels de produits chimiques, présence d’un adoucisseur…). « Les mesures, croisées avec ces données, offrent la possibilité d’étudier réellement le fonctionnement épuratoire du dispositif pendant toute sa vie », indique Bernard Jayet. Les premiers résultats en 2014 À terme, cette démarche permettra de confirmer sur le terrain les performances obtenues en plateforme et sur bancs d’essais lors de précédentes études, notamment celle réalisée par Veolia avec le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). « Bien souvent, les résultats de tests sur plateforme ne reflètent pas la réalité de terrain. Ils ne tiennent par exemple pas en compte les variations importantes de charge en sortie d’habitation », estime Christian Vignoles, chargé de mission ANC chez Veolia Eau. Les premiers résultats sont attendus pour le premier semestre 2014 et un guide d’appréciation des qualités de dispositifs proposant une méthodologie de choix pour ces derniers devrait en être issu. « Il n’y aura pas de classement, mais un tableau compilant des avantages et inconvénients pour chaque filière de traitement, en particulier la facilité et rapidité d’installation, leurs performances face aux variations de charges ou la qualité des rejets… Pour l’Agence, cette étude est donc une source d’informations et de relais d’informations à présenter à nos particuliers », précise le chef de service à l’AEAG. Cette dernière a ainsi financé 50% du suivi expérimental et a également participé pour 50% à la réhabilitation des dispositifs, comme c’est le cas pour les autres opérations groupées de ce type. Manuel Castel L’eau magazine juin 2013 N°21
Les racines de plantes comme complément épuratoire Située à 250 mètres des premières habitations, la station d’épuration n’est désormais plus un souci pour ses riverains. Entièrement reconstruite pour être mise en conformité et augmenter sa capacité à 7 000 équivalents-habitants, cet ouvrage a été doté d’un procédé qui génère le moins de nuisances possible. « Pour réhabiliter l’ancienne station, nous avons uniquement recherché des technologies compatibles avec des habitations si proches », indique Guy Guinard, le président du Syndicat intercommunal d’eau potable et d’assainissement de Ludon, Macau et Labarde (Siea), « et notre choix s’est porté sur le procédé Organica de MSE ». Développée pour la première fois en Hongrie il y a près de dix ans, cette technologie associe un procédé biologique traditionnel (boues activées) à un traitement par un écosystème planté sous serre, le tout dans un espace compact de 460 m². Un traitement plus poussé Implanté pour la première fois dans le sudouest, le procédé Organica s’appuie sur des traitements de boues activées associant des bactéries libres et des bactéries fixées sur les racines de plantes. En effet, au-dessus des bassins d’aérobie et d’anaérobie, pousse sous une serre une flore luxuriante, sélectionnée pour ses longues racines. « Au début des années 2000, l’utilisation de plantes pour le traitement des eaux usées comme le filtre planté de roseaux était une tendance assez forte. MSE a suivi ce mouvement d’ingénierie écologique en utilisant des plantes et surtout leurs racines comme apport supplémentaire pour l’épuration », explique Marc Biboulet, directeur de MSE sud-ouest. Cette combinaison de microorganismes assure ainsi un abattement complémentaire de la pollution carbonée, de l’azote et du phosphore, procurant une qualité de rejet supérieure aux normes européennes actuelles. « Le procédé Organica offre également la possibilité de changer les plantes en fonction des résultats, notamment vis-à-vis des polluants émergents », souligne Guy Guinard. Une station sans nuisance Outre un traitement performant, la nouvelle station de Ludon-Médoc présente l’avantage de ne pas générer de nuisances olfactives et visuelles. « Tous les ouvrages sont confinés et l’air vicié produit par le process est envoyé sur des filtres à charbon actif ; les plantes disposées à la surface du bassin d’aération jouent également le rôle de filtre. Au niveau de l’intégration paysagère, la station, qui ressemble à une serre tropicale, a été très bien acceptée par les riverains », souligne Marc Biboulet. De plus, la réutilisation des eaux usées traitées pour le nettoyage des équipements, la mise en place de panneaux solaires ou la réduction de 5% de la quantité de boues produites ancrent ce projet dans le développement durable. Vrai support de communication, la station est également devenue un outil pédagogique pour les scolaires et aussi un lieu de recherche pour les universitaires afin de développer les connaissances sur les plantes épuratoires. Au final, ce nouveau site a coûté près de 2,3 millions d’euros au Syndicat, financé en partie grâce à des aides du Conseil général de la Gironde (340 000 euros), du Feder (70 000 euros). L’Agence de l’eau Adour- Garonne a pour sa part participé à hauteur d’un million d’euros sous forme d’avances en capital (100 000 euros) et remboursables (900 000 euros).C.C. Territoires Inaugurée le 5 octobre 2012, la nouvelle station d’épuration de Ludon-Médoc ressemble davantage à une serre horticole qu’à un site de traitement des eaux usées. Grâce à un procédé simple et esthétique installé pour la première fois dans le sud-ouest. MSE Dans le procédé Organica, les racines des plantes servent de support à une culture fixée dont l'activité bactérienne se combine à celle des boues activées, améliorant ainsi l'efficacité du traitement. L’eau magazine juin 2013 N°21 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 1L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 84