L'Eau Magazine n°21 jun à oct 2013
L'Eau Magazine n°21 jun à oct 2013

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Territoires Une station d’épuration inscrite dans le développement durable À Bordeaux, la station d’épuration Louis-Fargue termine petit à petit sa mutation. Performances environnementale, énergétique et architecturale sont désormais les maîtres-mots de ce nouvel ouvrage, dont la modernisation est en grande partie achevée. Cette opération de modernisation a un coût d'environ 100 millions d'euros, subventionné à hauteur de 19,2 millions par l'Agence de l'eau Adour-Garonne. 28 Lancée en 2009, l’opération de reconstruction et d’extension de la station d’épuration Louis-Fargue touche à sa fin, même si l’installation de certains traitements complémentaires devraient encore s’étaler jusqu’à fin 2013, voire début 2014. Chiffré à près de 100 millions d’euros, ce chantier a permis de mettre la station en conformité avec la directive européenne sur les eaux résiduaires urbaines (Deru) et d’augmenter la capacité de traitement pour répondre à l’évolution démographique de l’agglomération de Bordeaux. Des objectifs atteints le 1er janvier 2012 avec la mise en service de la nouvelle filière de traitement des eaux. Mais avec cette importante opération, la Communauté urbaine de Bordeaux (Cub) a voulu aller plus loin que l’aspect réglementaire, en se fixant également des enjeux énergétiques, environnementaux et urbanistiques. Haute performance par temps sec et de pluie Réalisée par Degrémont, la nouvelle file de traitement des eaux dont la capacité a été augmentée de 300 000 équivalents-habitants (EH) à 440 000 EH, intègre désormais des systèmes de décantation primaire Densadeg et de filtration biologique Biofor. Ces procédés éprouvés garantissent un rejet des eaux usées traitées conformes aux normes en vigueur. « De plus, un bassin-tampon de 22 000 m 3 a été ajouté en amont de cette nouvelle file pour pouvoir l’inclure dans L’eau magazine juin 2013 N°21 CUB
un projet de gestion dynamique du bassin versant de Louis Fargue. Le but est de diviser par deux les volumes rejetés dans la Garonne, de 8 à 4 millions de m 3 par an, en limitant les déversements par temps de pluie », détaille Mathieu Ahyerre, responsable du service Prospective et Travaux à la direction de l’Eau de la Cub. Par temps de pluie, les eaux excédentaires, constituées d’un mélange d’eaux usées et d’eaux pluviales, sont ainsi dirigées vers le bassin de stockage. Elles sont ensuite pompées après l’épisode pluvieux et réinjectées dans le circuit de traitement. « Pour l’instant, la station est capable de traiter 2,4 m 3/s par temps sec. Mais la mise en place prévue d’un pré-traitement permettra de prendre en charge le débit maximal par temps de pluie, soit 3,2 m 3/s », souligne Mathieu Ahyerre. 35% d’autonomie énergétique Performante, l’usine Louis-Fargue se veut également économe en énergie. La Cub a donc souhaité utiliser tous les gisements énergétiques disponibles pour optimiser au maximum la consommation énergétique de la station. Au final, elle présenterait une autonomie énergétique de l’ordre de 35%, en grande partie due à l’installation d’une unité de cogénération. Cette dernière, en brûlant le biogaz issu de la digestion, produit ainsi environ 27 000 kWe par jour, l’équivalent de 20% de la consommation électrique du site. L’énergie thermique est quant à elle utilisée pour les besoins de différents postes (digesteurs et bâtiments). Autre source de chaleur, le sécheur thermique Innoplana qui prend en charge les boues digérées. « Considéré comme le modèle le moins consommateur d’énergie du marché, ce sécheur possède un échangeur thermique pour récupérer des calories qui seront envoyées vers les différents besoins de la station », précise Sébastien Derruder de Degrémont. La Cub a également valorisé les calories présentes dans les eaux usées traitées en confiant à la société Mixener la possibilité de mettre des échangeurs thermiques et une pompe à chaleur en sortie de station. Cette énergie alimente un réseau de chaleur qui chauffera les bâtiments du quartier limitrophe en développement, le quartier des Bassins à Flots. Des habitants rassurés et sensibilisés Proche désormais d’un quartier en plein renouveau, l’usine Louis-Fargue se devait également d’être une station zéro nuisance. Une CUB partie des anciens bâtiments ont été détruits et ont laissé place à une installation compacte végétalisée qui s’intègre discrètement dans son environnement. Au niveau olfactif, tout a été pris en compte pour ne pas gêner les riverains. « Tous les ouvrages sont confinés et l’air vicié est aspiré pour être envoyé à terme vers trois unités de désodorisation (file eau, prétraitement de l’eau et file boue) », indique Sébastien Derruder. Chaque unité intègre un traitement spécifique en fonction de la nature de l’odeur. En outre, la mise en place de la digestion et d’un sécheur Innoplana diminuent fortement la production de boues, ce qui limite le nombre de passage de camions chargés de leur évacuation vers des filières de valorisation. « De nombreuses réunions avec des associations de riverains ont par ailleurs été organisées afin de leur présenter le projet dans son ensemble et de favoriser son acceptation », pointe le responsable de la Cub. Un projet qui vise également à sensibiliser le grand public et les scolaires aux enjeux environnementaux grâce à un espace pédagogique dédié. Différents parcours sont ainsi possibles pour aller à la découverte du cycle de l’eau et comprendre le fonctionnement de la station via des QCM, des maquettes géantes et même un film 3D. Clément Cygler Territoires Un bassin-tampon de 22 000 m 3 permet de limiter les déversements en temps de pluie. L’eau magazine juin 2013 N°21 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 1L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 84