L'Eau Magazine n°21 jun à oct 2013
L'Eau Magazine n°21 jun à oct 2013

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Colloque « Les Enjeux de l’eau », l’innovation au service de la ressource en eau, du patrimoine et de l’énergie 1. Micropolluants dans l’eau, quelles actions concrètes ? La première table ronde de la matinée a été consacrée à un sujet qui ne cesse de prendre de l’importance, les micropolluants. Directeur adjoint de l’eau et de la biodiversité au ministère de l’Écologie, Alby Schmitt a commencé par rappeler les quatre objectifs qui découlent de l’ensemble des textes réglementaires  : améliorer la connaissance, réduire les émissions si possible à la source, atteindre le bon état des masses d’eau et réaliser une veille prospective. Au niveau européen, la directive sur les substances dangereuses de 2008 est en train d’être révisée afin d’apporter certains compléments. « La France a ainsi souhaité imposer une stratégie de réduction des émissions de substances pharmaceutiques, qui devrait être élaborée d’ici deux ans », a précisé Alby Schmitt. Dans l’Hexagone, différentes actions sont menées via les plans nationaux, avec toujours le même principe  : la réduction à la source et la surveillance. « Sur la surveillance, il y a un véritable défi technologique à relever. C’est d’arriver à ce que l’innovation en métrologie puisse suivre l’évolution réglementaire », a-t-il ajouté. 14 Le 9 avril 2013, l’Union nationale des entreprises de l’eau et de l’environnement (UIE) organisait à Paris la deuxième édition du colloque « Les Enjeux de l’eau ». Placée sous le haut patronage de Delphine Batho, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, et d’Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, cette journée a permis aux acteurs publics et privés d’échanger sur plusieurs thématiques réunies avec, pour fil conducteur, l’innovation. Consortium de laboratoires 1, Aquaref participe à cet objectif, « en favorisant la validation de méthodes d’analyses chimiques ou biologiques requises pour la mise en œuvre de la réglementation eau », a indiqué Wilfried Sanchez, ingénieur écotoxicologique à l’Inéris. Un panel d’analyses chimiques est disponible ainsi que des analyses biocénotiques qui étudient la qualité des populations de poissons et d’invertébrés. Depuis quelques 1 Ineris, BRGM, Ifremer, Irstea, LNE… UIE Didier Haegel, président de l’UIE. années, des biomarqueurs ont également été développés afin de prendre en compte le mode d’action des micropolluants. Selon Alby Schmitt, ces nouveaux outils commercialisés par Vigicell, Profilomic ou encore Watch Frog sont déjà mis en œuvre par la police de l’eau. Au niveau du traitement, il existe de nombreuses technologies qui permettent De gauche à droite, le journaliste Stéphane Bergounioux, Alby Schmitt, Wilfried Sanchez, Éric Dehouck et Samuel Besse. L’eau magazine juin 2013 N°21 UIE
d’éliminer les micropolluants, et beaucoup de projets innovants sont en train d’être menés pour en développer de nouvelles. Mais s’équiper de ces procédés demande un coût supplémentaire, estimé entre 5 et 30% du coût d’exploitation. « Tout l’enjeu d’innovation est de concevoir des technologies qui assurent le traitement des micropolluants à des coûts abordables par les collectivités », a expliqué Eric Dehouck, président du Siet et directeur général d’Ozonia-Innoplana, précisant que du point de vue des industriels, il était parfois difficile de suivre la réglementation du fait de La deuxième table ronde portait sur la réutilisation des eaux usées traitées (« reuse » ou « reut ») , mais également sur les nouvelles ressources disponibles comme les eaux grises et eaux de pluie. Pour Charles Saout, de la direction générale de la Santé, l’utilisation des eaux résiduaires urbaines épurées doit être encadrée réglementairement afin d’éviter tout risque sanitaire. L’arrêté du 2 août 2010 a ainsi défini des contraintes et un certain nombre de règles élaborés par des experts nationaux. Directeur technique adjoint de Veolia Eau, Abdelkader Gaïd a ensuite réalisé un tour d’horizon des exemples réalisés par des entreprises françaises dans le monde. Ces usages ne se limitent pas à l’irrigation mais concernent également la réinjection d’eau dans les nappes, la lutte contre l’intrusion saline, l’utilisation industrielle et enfin la production d’eau potable. À Durban (Afrique du Sud), le manque d’eau a ainsi poussé la ville à réutiliser 48 000 m 3 d’eaux usées traitées pour alimenter une papeterie, en construisant une nouvelle station d’épuration. « Ce sont des usages professionnellement encadrés mais par rapport à notre situation française, la question sur la réutilisation est  : jusqu’où va-t-on et à quel coût ? », a commenté Charles Saout. l’interdépendance de nombreux textes et plans nationaux. « Pourtant, la réglementation sur les substances dangereuses est la plus simple, la plus cohérente et la plus visible, avec une vision jusqu’en 2027 de ce que sera son évolution », s’étonne le représentant du ministère de l’Écologie. Cette première table ronde s’est clôturée sur l’exemple suisse avec l’intervention de Samuel Besse, ingénieur au bureau d’études BG Bonnard & Gardel. « Le projet Fischnetz (1998-2004) a mis en évidence la présence d’hormones synthétiques et leur impact sur les poissons. Dans la foulée, le gouvernement a lancé 2. Réutilisation des eaux usées traitées, eaux grises, eaux de pluie  : de nouvelles ressources disponibles En France, la société SCE a participé aux tous premiers projets de reuse, comme celui de Noirmoutier qui a permis dès 1980 de mettre à disposition les eaux usées traitées pour l’arrosage des pommes de terre. « Mais depuis août 2010, le nouvel arrêté a durci les possibilités de reuse, voire a totalement stoppé la réalisation de cette pratique pour de nouveaux projets », a jugé Jean-François Commaille, directeur activité infra eau et assainissement chez SCE. Cette Colloque un second projet appelé Stratégie Micropoll (2006-2012) qui avait des objectifs d’amélioration des connaissances et de développement de procédés de traitement », a détaillé Samuel Besse. Dans ce cadre, des essais pilotes ont montré un abattement de 80% des micropolluants. Du point de vue réglementaire, la Suisse va prochainement modifier ses textes et imposer un traitement de cinq substances dangereuses à certaines stations d’épuration en fonction de leur capacité et de leur localisation. Cela représente au final une station sur sept concernée par cette nouvelle mesure. De gauche à droite, le journaliste Stéphane Bergounioux, Jean-François Commaille, Nathalie Le Nouveau, Abdelkader Gaïd, Charles Saout et Alby Schmitt. dernière a ainsi récemment accompagné la ville de Dax dans son projet de réutilisation, en mettant en place un pilote en traitement tertiaire pendant les six mois réglementaires. Outre le respect des analyses demandées, ce suivi a surtout mis en évidence des freins liés à l’application de l’arrêté. « Vu la quantité d’analyses à réaliser, on arrive à plus de 200 000 euros. En prenant en compte le montage du pilote, on est à peu près à 30% du coût global du projet, ce qui n’est pas neutre », L’eau magazine juin 2013 N°21 15 UIE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 1L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 21 jun à oct 2013 Page 84